Chinese workers at In Salah market by [ john ] on Flickr

Loïc Le Pape compte-rendu d’un terrain de recherche en Algérie

Dans le cadre du programme Cirelanmed, je commence une nouvelle recherche sur la population chinoise en Algérie. Le séjour de recherche s’est déroulé en mars 2014, à Alger puis à Oran. Ce premier contact avec le nouveau terrain visait à qualifier et quantifier la présence chinoise en Algérie au delà des polémiques et des ressentis de part et d’autre. Plus tard, je souhaiterais travailler sur les pratiques religieuses des immigrés chinois et des éventuels contacts avec les Algériens. Dans ce premier séjour, j’ai tout d’abord essayé de chiffrer la présence chinoise en Algérie. Celle-ci faisant débat, les chiffres mêmes deviennent un enjeu, et il n’est pas tout à fait certain que quelqu’un en Algérie connaisse exactement le nombre de chinois présents sur le territoire. J’ai ensuite axé mes recherches sur les dispositifs mis en place en cas de décès des travailleurs chinois : où et comment sont-ils enterrés ?

À la recherche de la « ChinAlgérie »

La population chinoise en Algérie est très majoritairement composée de travailleurs pauvres, employés sur des chantiers de construction dispersés sur tout le territoire (dont la très grande mosquée d’Alger, 6000 employés chinois qui vivent sur place).

Chinese workers at In Salah market by [ john ] on Flickr

Chinese workers at In Salah market by [ john ] on Flickr

Il y a une sorte de black-out sur ces travailleurs : employés directement par des entreprises chinoises ou des consortiums algéro-chinois qui ont décroché un ou plusieurs appel d’offres, il n’y a aucune communication, il est très difficile de chiffrer cette population, ni même de savoir comment elle vit (ou survit) en Algérie. Le chiffre de 30 000 chinois sur le territoire est avancé par tous les acteurs (le gouvernement, l’ambassade chinoise, les milieux d’affaires) mais rien ne peut le confirmer ou l’infirmer. De plus, aucune association, organisation internationale ou syndicat de travailleurs n’a pu entrer en contact avec ces employés, qui vivent dans des « bases-vie » sur les chantiers et aucun rapport officiel n’est disponible. C’est-à-dire qu’ils sont administrativement « invisibles », tout en étant physiquement visibles et identifiables. Car malgré leurs vie recluse dans des « bases-vie » (cantonnements sur les chantiers le plus souvent)  ils vont faire quelques courses lorsqu’ils ne travaillent pas.

Cependant, en plus de ces travailleurs probablement exploités, deux autres catégories de travailleurs chinois sont présents en Algérie :

  • Des commerçants qui ouvrent des magasins et vivent de l’importation de produits fabriqués en Chine
  • et des dirigeants de grandes entreprises chinoises, hommes d’affaires et personnels diplomatiques (qui sont en Algérie le plus souvent avec leurs familles)

J’ai essayé dans une conférence donnée au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle d’Oran (CRASC, Algérie) de réfléchir en termes de prolétaires, de commerçants et de patrons en reprenant un article d’Emmanuel Ma Mung, Le prolétaire, le commerçant et la diaspora sur les migrations chinoises1 . On trouvera sur mon blog personnel la présentation de cette conférence et d’autres références sur la question des chinois en Algérie. Cette thématique de recherche se poursuivra lors de mon prochain séjour.

La mort chinoise en Algérie

La question de la mort des travailleurs chinois et des problèmes que peuvent poser l’organisation de leurs funérailles m’avait été suggéré à la lecture d’un article du journaliste et écrivain Kamel Daoud, qui a le don de poser un regard « en biais » sur sa société et de soulever ainsi des questions compliquées. Cet article publié sur Slate-Afrique, intitulé « En Algérie, les chinois ne reposent pas en paix » posait la question des lieux où l’on enterre aujourd’hui les travailleurs chinois décédés en Algérie. Car au moment où il publiait son article, les pompes funèbres de la ville d’Oran proposaient au Wali (équivalent du préfet) l’ouverture d’un cimetière « chinois ».

Cimetière d'El Alia, Alger. Crédit photo : LLP

Cimetière d’El Alia, Alger. Crédit photo : LLP

Ce projet a finalement été abandonné mais la question est encore vive : face aux coûts de rapatriement, où enterrer les travailleurs chinois décédés ? Il le sont pour l’instant dans des cimetières « européens » (c’est à dire chrétiens), ou en bordure des cimetières musulmans (le « ravin du chinois » dans l’article de Daoud). À Alger, la capitale, il y a un carré chinois au sein du cimetière d’El-Alia, le plus grand cimetière de la ville où coexistent des sépultures musulmanes, chrétiennes et donc maintenant, « chinoises ».

Mes recherches en cours, visent à questionner ce qu’est (ou ce que peut être) un « cimetière chinois » ou une « sépulture chinoise » en Algérie. Cela soulève des questions d’ordre multiple :

  • le rituel « chinois » de la mort en migration
  • la gestion politique des morts « étrangers » par les autorités locales
  • les façons de gérer la mort à travers l’exemple d’une minorité non reconnue (qui est à la fois visible et invisible)
  • les pratiques des grandes entreprises chinoises vis-à-vis de leurs employés, et de leurs familles.

Toutes ces réflexions sont en cours et feront l’objet de communications lors de journées d’études ou de colloques, et de publications dans le cadre du programme.

  1. MA MUNG Emmanuel, 2009, Le prolétaire, le commerçant et la diaspora, Revue Européenne des migrations internationales, vol 25, n°1 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *