Katia Boissevain : compte rendu de terrain à Fez (Maroc)

Ce séjour de recherche au Maroc est le second d’une série qui tente de construire une comparaison entre les modalités de conversions au Protestantisme évangélique en Tunisie et au Maroc. Plus précisément, les deux recherches visent à mettre au jour les dynamiques de formations religieuses et les voyages d’études nécessaires telles qu’elles existent pour former les pasteurs et les diacres.

Bien entendu, pour ce faire, il faut avoir une vision claire de la présence chrétienne dans ces deux pays du Maghreb, de son histoire et de ses différents enjeux (Karima Dirèche travaille sur l’Algérie). En Tunisie comme au Maroc, les communautés historiques de chrétiens, c’est-à-dire les européens et occidentaux, soit anciennement installés, soit plus récemment expatriés, doivent désormais cohabiter avec des chrétiens africains, catholiques ou protestants, francophones ou anglophones, professionnels, étudiants ou clandestins, ainsi qu’avec une nouvelle figure, celle du converti (maghrébin) au christianisme. La grande majorité des conversions religieuses en Tunisie comme au Maroc s’opèrent vers le protestantisme évangélique plutôt que vers le catholicisme, pour des raisons historiques et théologiques exposées ailleurs.

Fez, un choix de décentrement fructueux

Pour mes terrains précédents, j’avais choisi de me rendre à Rabat, la capitale. Bien qu’étant une ville de taille moyenne,  sa centralité m’est vite apparue comme posant quelques inconvénients pour des terrains courts.  En tant que carrefour important pour la migration d’Afrique subsaharienne, la ville semble être aujourd’hui un hub de chercheurs, de migrants, d’associations, et de représentants d’églises qui oriente les problématiques de recherche dans une direction qui n’est pas la mienne. Cette configuration particulière incite le chercheur, soit à s’inscrire dans le temps long ( Sophie Bava, sur place pour l’IRD depuis septembre 2014, aura la chance de prendre le temps) et à observer les interaction de tous ces acteurs en place, soit à faire un pas de côté, choix qui a été le mien en allant à Fez.

Fez est à proximité de Aïn Leuh, village dont avaient été expulsés en 2010, pour prosélytisme, les évangéliques américains qui y dirigeaient un orphelinat. De plus, plusieurs conversations m’avaient assurée d’une présence assez importante de professeurs d’anglais, certains d’entre eux évangéliques, et d’un petit foyer de conversion, discret mais avéré.

Une évangélisation contrariée ou balbutiante

Mon terrain était court, mais mes premiers contacts avec la ville furent fructueux. Il m’aurait été possible de rencontrer des marocains convertis, mais j’avais à l’esprit la dangerosité de la situation, principalement pour eux. La répression contre les convertis est très forte, les emprisonnements fréquents et je ne souhaitais pas faire courir de risque, ni en prendre, de manière inconsidérée. N’étant pas à la recherche du « scoop », j’ai décidé de m’intéresser dans un premier temps à la structuration des églises catholiques et protestantes dans la ville ainsi qu’à leur vie quotidienne afin d’aborder, de biais, la question des marocains qui s’en approchent, soit par curiosité, soit par désir de conversion.

répétition à St François d'Assise (photo : KB)
répétition à St François d’Assise (photo : KB)

De mes entretiens et observations, il ressort que les conversions sont –pour l’heure- le fait d’individus et qu’il n’existe pas de communauté marocaine organisée ayant pignon sur rue dans les églises. Quelques cellules de prières (églises de maison) existent dans la ville, mais les cultes n’y sont pas célébrés en darija marocaine, contrairement à la situation tunisienne où plusieurs cultes hebdomadaires sont célébrés en langue tunisienne, par des pasteurs tunisiens, dans différentes églises de la capitale et du pays.

J’ai également observé une posture « sur le fil » des cadres religieux protestants francophones : la crainte d’enfreindre la loi est contrebalancée par le désir d’évangéliser. Du coup, les francophones s’appuient sur les cadres religieux anglophones qui semblent moins sensibles au « politiquement correct »  ou qui se sentent moins mis en danger par le pouvoir politique. Une des hypothèses que je formule est peut-être qu’une expulsion serait vécue comme moins déshonorante par des individus ayant des liens historiques moins forts avec le pays d’accueil ?

Des églises africaines

Répétition au Temple protestant (photo KB)

Répétition au Temple protestant (photo KB)

 

 

 

 

Devant la réalité du terrain (des conversions discrètes, fréquemment évoquées sur le mode du témoignage ou de la rumeur par des interlocuteurs vivant à Fès), je me suis intéressée à la réalité quotidienne des églises, catholiques comme protestantes, toutes situées dans la ville moderne. Il en ressort que les églises chrétiennes sont principalement fréquentées par des ressortissants des pays d’Afrique subsaharienne, (Côte d’ivoire, Ghana, Gabon, Guinée Bissao, Centrafrique…), étudiants en premier cycle d’études universitaire dans leur grande majorité (1ère à 3ème année), qui vivent dans des logements éloignés du centre historique de la ville. Ceux qui souhaitent poursuivre en Master vont généralement à Rabat ou en France s’ils en ont les moyens. L’Eglise est donc très jeune (moyenne d’âge 21 ans) et doit faire face aux questions propres à cette tranche d’âge. Je me suis attachée à comprendre l’organisation du culte ; à cerner la formation religieuse offerte chez les catholiques comme chez les protestants ; j’ai assisté à des répétitions de concerts (chez les catholiques : pour venir en aide aux détenus africains / chez les protestants : pour une célébration à venir) ; j’ai participé à une séance de prière dans une église de maison,  mené des entretiens avec les représentants des églises chrétiennes et avec des habitants marocains de la ville au sujet des migrants africains et des conversions au Protestantisme évangélique.

Je prévois un autre séjour en novembre 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *