Marie-Laure Boursin : compte rendu de terrain en Bulgarie

Par le prisme des circulations, je me propose d’étudier, dans le cadre du programme Cirelanmed, les enjeux identitaires et les dynamiques religieuses pour les minorités musulmanes de Bulgarie et de Grèce ainsi que les liens qu’elles entretiennent avec la Turquie. Il s’agit à partir de ce contexte balkanique – qui a connu une histoire mouvementée – d’aborder les transformations sociales, politiques et religieuses au travers du cas du hatim[1]. Organisé par les institutions religieuses (écoles coraniques, mosquées), ce rituel célèbre la première lecture complète du Coran d’un individu. L’approche par des « unités culturelles en communication » (Cuisenier, 2003, p. 95), c’est-à-dire le lien qu’entretiennent les minorités musulmanes de Bulgarie, et nous le verrons aussi celles de Grèce, avec l’État, mais aussi entre elles et avec leur voisin turc, permettrait un comparatisme à « bonne distance ».

Le séjour de recherche s’est déroulé en juillet 2015, à Roudozem, ville minière du sud-ouest de la Bulgarie dans la région des Rhodopes. Ce premier contact avec ce nouveau champ visait, au départ, à mieux cerner les enjeux de ce rituel et voir les influences de la Turquie sur la pratique du hatim aujourd’hui en Bulgarie. Dans le cas de Roudozem, d’autres circulations et liens sont apparus avec la Grèce.

Photo issue de la vidéo du hatim 2015 de Roudozem
Photo issue de la vidéo du hatim 2015 de Roudozem

« Pour Ahmed 11 ans, le 19 avril 2015 est enfin arrivé. Cela fait trois mois qu’il attend cette date avec impatience. Malgré le froid, ses paumes sont un peu moites et il s’efforce de les essuyer sur son pantalon de costume noir. L’impatience se changerait-elle en appréhension… Mais il est prêt, c’est sûr. Durant les trois semaines qui se sont écoulées, le rythme des répétitions s’est accéléré, et puis, maintenant qu’il est sur la scène, il ne peut plus reculer. Près de 5 000 personnes sont là, sur la place devant la mosquée de Roudozem, pour assister au hatim de Ahmed, mais aussi de ses 41 comparses (23 filles et 18 garçons), âgés de 6 à 14 ans. »

Hatim à Roudozem

Pour cette célébration, les élèves de la mosquée de Roudozem réciteront chacun leur tour une sourate, des invocations, dou’ā’, seront dites en arabe et bulgare et des ilahi[2] seront chantés en bulgare, arabe et anglais. Puis, des représentants religieux et politiques se succéderont pour des discours, avant que tous les impétrants, leur famille – dont certains membres sont venus de Grèce –, les enseignants et invités – villageois musulmans et orthodoxes de la région – ne partagent un repas, kourban, à base de viande de mouton sacrifiée pour l’occasion.

Le hatim ou ḥātima concerne de jeunes garçons et filles, au moment où ils ont achevé pour la première fois la lecture du Coran au sein de leur cours coranique. Il est généralement l’occasion d’une fête familiale et villageoise. En Bulgarie, il est principalement pratiqué par des musulmans bulgarophones (appelés communément Pomak[3]) et des musulmans turcophones. La cérémonie intervient à la suite des « cours de Coran d’été » et/ou des matières optionnelles de « religion islamique[4] ».

En raison de l’histoire complexe de la péninsule balkanique et de ses recompositions récentes, le renouveau de ce rituel, sous sa forme publique, met en exergue des circulations et certains enjeux identitaires pour les minorités musulmanes.

Contexte : entre circulations et renouveau

En Bulgarie, l’origine de la présence de populations de confession musulmane serait, à priori, liée à l’expansion ottomane[5], la majorité est sunnite de rite hanafite, certaines appartenant aussi aux minorités alévies. Ceci étant, ces populations sont loin d’être homogènes, d’autant plus avec l’entrée du pays dans l’Europe en 2007, puis les événements en Syrie et Irak, qui ont engendré des flux de migrants à partir de 2013. Les musulmans de Bulgarie se caractérisent par leur diversité, attenante à la variété des langues maternelles[6] et des dénominations dites « ethniques » comme pomaque, turque, tzigane ; puis aussi par leur inégale répartition dans le pays (Bougarel, 2006). Or, depuis la chute du régime communiste[7], les communautés musulmanes se sont efforcées de (ré)organiser un système institutionnel d’enseignement confessionnel.

Dans ce cadre, la pluralité intra-religieuse a mis, et persiste à mettre en concurrence, certaines légitimités (Öktem, 2010), notamment concernant la formation des dignitaires et enseignants. Ainsi en est-il de l’accord signé entre les directions des cultes bulgare et turque qui permet à la Turquie de financer une partie de l’enseignement islamique et de nommer des enseignants en Bulgarie (Ragaru, 2001). L’histoire complexe de la région – avec la dissolution de l’Empire ottoman et les guerres balkaniques – explique qu’il existe une présence pomaque en Grèce (Markou, 2002), notamment dans la région du Xanthi (Tsibiridou, 2000). Depuis les années 1990, c’est-à-dire après la chute du régime communiste, les communautés musulmanes ont, de la sorte, dû composer avec des influences turques, grecques, mais aussi jordaniennes ou saoudiennes (Alexiev et al., 2007), traduisant ainsi des circulations religieuses transnationales.

Certaines se font par le haut, avec l’implantation de fondations islamiques étrangères, la venue d’élites religieuses de pays voisins ou la formation de certains dignitaires bulgares à l’étranger. D’autres par le bas, avec la circulation des acteurs dans la péninsule balkanique, ce sont à ces dernières que je me suis intéressée dans le cadre de ce premier terrain.

Dans le cas du hatim en Bulgarie, je me suis aussi interrogée sur le renouveau de la pratique. En effet, si le hatim est attesté dans les années 1930, il disparaît dans sa forme publique à l’instauration du régime communiste. Il devient alors, caché et uniquement familial. Dans les années 1990 cette forme reparaît, incluant désormais des cérémonies pour adultes, qui n’ont pas pu avoir accès à un apprentissage institutionnel du Coran[8].

Imam principal de la mosquée dans son bureau posant devant ses coupes de football et ses livres religieux pour le journal « 24 heures » en 2014 –
Imam principal de la mosquée dans son bureau posant devant ses coupes de football et ses livres religieux pour le journal « 24 heures » en 2014 –

Le cadre du hatim, questionne ainsi la formation à l’islam dans un contexte européen et les dynamiques religieuses liées aux changements historiques et sociaux.

Pour comprendre ce qui se joue entre la Bulgarie, la Grèce et la Turquie, il me faut faire un retour sur le choix du terrain.

Pérégrination de la recherche et choix du terrain

Lors de ma thèse de doctorat sur l’enseignement islamique extrascolaire en contexte français, j’ai éprouvé le besoin d’aller « voir ailleurs », ce qui se passait en terme d’islam européen. C’est dans ce contexte que j’ai réalisé mon premier terrain bulgare à Satovcha (Rhodopes) en 2004. Ce village est dit mixte, c’est-à-dire qu’il est composé d’Orthodoxes et de Pomaks, et plus récemment de Tziganes évangélistes. Mon travail était alors centré sur l’enseignement coranique, et plus particulièrement les Koran-Kurs, dans leur organisation, curriculum, etc. C’est à cette occasion que j’ai appris qu’en Bulgarie aussi, on organisait des hatim. En effet, je connaissais ce rituel pour l’avoir observé en France dans des écoles coraniques comoriennes, shioni, où il est appelé hitima. Je n’avais pas observé directement de hatim en Bulgarie, mais j’avais appris qu’à Satovcha, les enfants pomaques y recevaient des dons en livres ou en voyage par l’intermédiaire de fondations turques, notamment Diyanet Vakfi (rattachée à la Présidence du Ministère des affaires religieuses de la Turquie, Diyanet İşleri Başkanlığı).

Puis, après ma thèse, m’intéressant davantage aux rituels, j’ai ouvert le champ du hatim en collectant des vidéos, concernant les Rhodopes bulgares. À leur visionnage, j’ai été interpellée par les discours des responsables religieux qui étaient centrés sur le hatim comme fabrique de « bons citoyens bulgares »[10]. Dans ce contexte, j’ai voulu comprendre, par le biais du hatim, la manière dont s’organisait cette « influence » turque, et comment se jouait aussi des revendications identitaires religieuses, culturelles, voire nationales.

Quand j’ai eu l’occasion d’entamer ce nouveau champ de recherche, je suis partie en Bulgarie en juillet, car la semaine nationale de l’éducation islamique organisée par l’Institut supérieur islamique de Sofia (ISIS) démarrait. Mais les aléas du terrain sont ainsi faits, une fois sur place, en plein Ramadan, impossible d’obtenir de rendez-vous avec le Grand Mufti de Bulgarie (GMB) ou le responsable de la formation religieuse… Il me fallait trouver autre chose. Le site internet du Grand Mufti avait fait l’annonce du hatim de Roudozem d’avril 2015 et plusieurs articles locaux avaient relayé l’information. Pensant que l’événement était encore présent dans les mémoires, j’ai pris la décision de me rendre à Roudozem. Là-bas, j’ai pu réaliser des entretiens avec les deux imams de la mosquée centrale, des familles dont les enfants ont fait le hatim, d’autres personnes ayant fait le hatim dans les années 1990 et avec un hodja de Chepintsi (7km de Roudozem) qui a mené le 30 août 2014, 27 enfants au hatim. À Roudozem, j’ai aussi assisté aux cours coraniques d’été proposés par la mosquée, aux prières et répétitions du groupe de ilahi de la mosquée.

Jeune fille de la mosquée chantant un ilahi – Photo issue de la vidéo du hatim 2015 de Roudozem
Jeune fille de la mosquée chantant un ilahi – Photo issue de la vidéo du hatim 2015 de Roudozem

Circulations contemporaines

À Roudozem, des familles habitant de part et d’autre de la frontière et longtemps séparées par le régime communiste, « renouent » des liens avec Xanthi (Grèce) en pratiquant un jumelage, notamment pour les sabor, fêtes « villageoises », et pour les hatim. Ces circulations sont apparues au cours de ce terrain exploratoire. Lors de mon premier entretien avec l’un des deux imams de la mosquée centrale, élu imam de l’année en 2013 par le Bureau du Grand Mufti de Bulgarie (BGMB) et président du football club de la ville, l’interrogeant sur les responsables religieux invités au hatim, il m’indique la présence de personnes venues de la région de Xanthi. Les familles interrogées ont aussi évoqué ces liens.

Fatma, 42 ans, qui travaille à la mine et qui est la mère de Ahmed, me dit :

« Ma famille de Grèce vient pour les hatim, car c’est un événement important, on trouve toujours de la place pour les loger ».

De même Ibrahim, 38 ans, entrepreneur et conseiller municipal de Roudozem (2011-2015) du parti GERB[11], dont la fille de 12 ans vient de faire son hatim, m’explique qu’il a été invité en Grèce il y a trois ans pour un hatim. Pour lui, c’est l’islam qui a permis de renforcer les liens avec la Grèce car : « on a des valeurs morales communes ». Après l’entretien, il me parle de solidarité spécifique entre les musulmans de la région et me cite à ce sujet une anecdote :

« On voit souvent la Bulgarie comme le pays le plus pauvre de l’Union européenne, plus pauvre que la Roumanie, c’est pour dire[12] ! Ici on a connu des périodes difficiles avec les inondations notamment[13] ; les Turcs quand ils ont vu ça à la télé, ils sont tout de suite venus pour nous apporter de quoi manger, de quoi nous couvrir. Alors qu’en fait, quand les invités grecs sont venus, ils nous ont dit qu’ici on vit bien mieux que là-bas. Bon c’est particulier à Roudozem, ici on est pas trop à plaindre parce qu’on a la mine… ».

Ces liens entre Turquie, Grèce et Bulgarie sont complexes et révèlent des positionnements politiques différents.

Quand je questionne l’imam sur l’organisation et le financement du hatim, il insiste pour préciser que tout a été financé par les dons de la communauté. Il m’indique qu’ils sont indépendants et que cela nécessite une longue préparation en amont pour budgéter la fête et récolter les fonds auprès des familles, puis de la communauté. Surprise par cette réponse, puisque généralement les invités officiels sont liés au BGMB, voire au diyanet turque, j’insiste en lui demandant si les « officiels » ont fait des cadeaux, etc. Il me répond que certes, indirectement, le BGMB est concerné puisqu’il met à disposition les supports d’apprentissage pour les cours annuels, mais reprécise que c’est avant tout un événement local, qui mobilise les « forces » de la ville. En fait, les enfants interrogés ont confirmé que des dons avaient été fait par ces instances. Même les articles de presse mentionnent que non seulement le BGMB et le maire de la ville ont fait des présents sous forme de livres religieux, mais aussi la direction régionale du parti politique DPS[14] de Smolyan[15]. Pourquoi l’imam « minimise » dans son discours l’influence des instances extérieures ? À ce stade de la recherche, je ne peux qu’avancer des pistes à explorer pour comprendre cette posture.

L’une concerne le parcours de l’imam. Il faut savoir, qu’en plus d’avoir été nommé imam de l’année en 2013, c’est une figure connue au niveau national pour le « procès des 13 ». Plusieurs « affaires » ont été couvertes par les médias entre 1994 et 2015[16] au sujet de l’implantation de fondations islamiques étrangères en Bulgarie. Des membres de l’État s’inquiètent du message djihâdiste et de l’enseignement wahhabite que diffuserait Al Waqf Al Islami[17], soupçonnée de liens avec Al-Qaïda. Ainsi, Nedialka Popova, procureure régionale de Pazardjik ouvre une enquête en juin 2009[18]. Une action policière est menée en octobre 2010[19] et le 18 septembre 2012, s’est ouvert le procès de 13 musulmans, accusés « d’appartenance à organisation illégale d’Al Waqf Al Islami “préconisant” l’idéologie anti-démocratique » et de diffuser « la haine pour des motifs religieux ». Toutefois, les auteurs d’un rapport soulignaient en 2007, que les diverses enquêtes n’ont pas pu prouver une activité terroriste, mais font plutôt état de détournement de fonds (Alexiev et al., 2007). Or, « l’imam de l’année » était sur le banc des 13 accusés. Pour lui, son seul « crime » est d’être parti en 1999 étudier 4 ans à Médine avant de prendre le poste d’imam en 2007 à Roudozem. Il a été condamné dans ce procès à une amende – une seule peine carcérale a été requise pour l’un des imams.

Ce qui est en jeu dans cette « affaire » est l’influence saoudienne, qu’elle soit financière ou idéologique. Dans ce contexte tendu, la cour d’appel de Plovdiv venait de rendre son jugement le 1er juillet 2015, l’imam souhaitait par son discours minimiser les influences extérieures. Ce contexte explique qu’à Roudozem, où les musulmans sont pomaques, il y ait différents positionnements politiques. Certains rejettent l’influence politique turque, comme Ibrahim, qui ne milite pas au DPS mais au GERB. D’autres vont s’en rapprocher, aux dernières élections municipales de 2015, le DPS obtient 61% des suffrages.

À Satovcha, où les musulmans sont aussi majoritairement pomaques, les liens avec la Turquie et le DPS sont plus officialisés – en invitant des dignitaires turcs aux hatim, ou y envoyant en excursion les enfants des cours coraniques. Toutefois une partie de la population pomaque dénonce leur « turcisation » et milite pour la reconnaissance d’une identité bulgare. En relayant par exemple l’idée d’une origine musulmane des Pomaks comme étant antérieure à l’occupation ottomane.

Ces enjeux, qui relèvent de problématiques politiques locales (dans la course aux électeurs) et nationales (dans les revendications à la liberté religieuse) se retrouvent en Grèce, mais dans une autre configuration.

Les invités officiels (politiques et responsables religieux) à l’intérieur de la mosquée – Photo issue de la vidéo du hatim 2015 de Roudozem
Les invités officiels (politiques et responsables religieux) à l’intérieur de la mosquée – Photo issue de la vidéo du hatim 2015 de Roudozem

Par exemple, la question de la langue est prégnante. Depuis le Traité de Lausanne (1923), l’État grec propose un enseignement primaire bilingue turc-grec à la minorité musulmane comprenant les Turcs, les Pomaks et les Tsiganes. Le bulgare pratiqué par les Pomaks de Grèce, qui s’est modifié en 50 ans dans la région, est donc une langue « familiale » ou « maternelle ». Dans ce contexte grec, les propagandes nationalistes (bulgares, grecques et turques) revendiquent toutes la primauté sur les populations pomaques (Markou, 2002). Les premières pour la langue, raison pour laquelle l’État grec n’a pas voulu au départ reconnaître le bulgare comme langue des minorités musulmanes de Grèce, de « peur » que l’État bulgare ne « revendique » ces populations. Les deuxièmes pour le territoire, les Pomaks seraient grecs et non pas bulgares ; et les troisièmes pour la religion, les Pomaks sont des musulmans ottomans, ce pourquoi la Turquie, par le biais des diyanet, finance aussi les enseignements religieux des Pomaks de Grèce. Mais depuis une vingtaine d’années, le gouvernement grec met en place des mesures pour minimiser l’influence turque auprès des Pomaks, par l’aide à l’ouverture d’écoles pomaques (Hersant, 2007). C’est peut être dans ce contexte, où une mobilisation politique pomaque s’est formée en Grèce, que les liens notamment avec le hatim se sont renforcés avec la Bulgarie.

Pour pouvoir développer cette piste, il me faut par des terrains à venir pouvoir observer ces liens entre Pomaks de Grèce et de Bulgarie en assistant à des hatim de part et d’autre de la frontière. Je souhaite aussi porter une attention aux circulations par le haut en interrogeant le parcours de formation des représentants religieux.

Ilahi

D’autres formes de circulation sont aussi à l’œuvre, à l’instar de celles induites par les modes de communication, via les médias (Internet, TV, etc.) ou par les modes de commercialisation (vêtements, objets de décorations, musiques, etc.). Par exemple, l’entreprise de cosmétique Ventoni, fondée en 1995 à Roudozem, produit entre autres du henné, distribué dans le pays et exporté en Géorgie, Iran et Irak. Je voudrais ainsi explorer d’autres formes de circulations présentes dans le rituel du hatim, comme les productions musicales.

Lors des hatim, des mawlid ou des inaugurations de mosquée, il est courant que les enfants des cours coranique chantent des ilahi. C’était déjà le cas dans les années 1990, avec par exemple un chant très populaire « Ahmad, Ya habibi ». Aujourd’hui, ce genre musical ne s’inspire plus seulement de chants « traditionnels » en arabe mais aussi de chanteurs mondialement connus, comme Maher Zain, suédois d’origine libanaise, qui fait du « RnB musulman »[20]. Lui-même reprend une célèbre louange au Prophète « Ya Nabi Salam Alayka », avec une version où les couplets sont en arabe, en anglais et en urdû. On voit aussi apparaître des groupes de ilahi, qui en plus de faire des reprises, composent des chants en bulgare. Lors de ce terrain exploratoire, j’ai rencontré et suivi le groupe de jeunes filles de la mosquée qui se produit pour les hatim locaux, elles sont dirigées par le second imam. Le groupe, qui s’est produit en septembre en Grèce pour un mariage, ambitionne désormais de se professionnaliser. Parallèlement, l’imam a lui aussi son propre groupe « Vest », dans lequel il est associé avec un autre chanteur, qui joue du synthétiseur. Ils produisent divers clips et sont tous les deux à l’origine du groupe des filles. Ces dernières affectionnent particulièrement les chants de Maher Zain, qu’elles traduisent en bulgare avec l’aide de l’imam. Au cours des répétitions que j’ai filmées, elles m’ont dit aussi qu’elles s’inspiraient de certains ilahi bosniaques. Quels ilahi sont sélectionnés pour être repris, quelles sont les adaptations mélodiques et linguistiques ? C’est autour de ces questions, qu’il me faudrait développer, que je souhaite explorer ces circulations musicales.

Voici une vidéo que j’ai réalisée à partir de différentes versions d’ilahi.

(Vous pouvez retrouver la vidéo sur mon site personnel : http://marielaureboursin.free.fr/Films/Ilahi_Hatim.html)

Ce premier terrain a permis de réajuster les circulations en fonction du contexte, ainsi pour Roudozem, il me faut prendre en compte les liens « renoués » avec la Grèce, qui éclaireront sans doute mieux, en contraste avec la Turquie, dans les multiples revendications actuelles des identités musulmanes et/ou pomaques.

Bibliographie

ALEXIEV, Bozhidar, Galina LOZANOVA, Georgeta NAZARSKA et al. (2007), « Regions, minorities and European integration: A case study on Muslim minorities (Turks and Muslim Bulgarians) in the SCR of Bulgaria », Romanian Journal of Political Sciences, n° 1, pp. 24-57.

BOUGAREL, Xavier (2006), « Le rôle des musulmans balkaniques dans l’élaboration d’un islam européen ». Dans  Conflict Prevention Partnership Issue Papers, 10 Mars. Bruxelles : [Archives ouvertes halshs-00220381− version 1], pp. 1-26.

CUISENIER, Jean (2003), « L’ethnicité en Europe dans les temps présents », Ethnologie française, n° 33, pp. 91-100.

HERSANT, Jeanne (2007), Mobilisations politiques, co-gouvernementalité et construction ethnique. Sociologie du nationalisme turc à travers le cas des turcs de thrace occidentale (Grèce, Allemagne, Turquie). Sous la dir. de Hamit BOZARSLAN, Thèse de sociologie : École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris), 608p.

MARKOU, Katerina (2002), « Les Pomaques de Thrace grecque et leurs choix langagiers », Études balkaniques, n° 9, pp. 41-51.

ÖKTEM, Kerem (2010), « New Islamic actors after the Wahhabi intermezzo: Turkeys return to the Muslim Balkans », Paper of International workshop “After the Wahabi Mirage: Islam, politics and international networks in the Balkans”, European Studies Centre, University of Oxford (en ligne). [Consulté le 5 Mai 2015]. Disponible sur : <https://www.academia.edu/1220435/New_Islamic_actors_after_the_Wahhabi_intermezzo_Turkeys_return_to_the_Muslim_Balkans>

RAGARU, Nadège (2001), « Quel islam en Bulgarie post-communiste ? », Archives de sciences sociales des religions, n° 115, pp. 125-159.

TSIBIRIDOU, Fotini (2000), Les Pomak dans la Thrace grecque : discours ethnique et pratiques socioculturelles. Paris : L’Harmattan.

Notes

[1] Le terme bulgare hatim (хатим), dérivé du turc, vient de l’arabe ḥātima (خاتمة‎), qui peut être transcrit aussi khātima. Pratiqué en diverses occasions – l’exemple le plus connu étant lors du mois de ramadan – le rite de ḥātima al-Qur’ān, consiste à lire la totalité du Coran. Il peut désigner aussi, et c’est là ce qui m’intéresse, une cérémonie de fin d’un processus d’apprentissage religieux.

[2] Ce sont des poèmes musulmans musicaux, appelés ilahi en Turquie et Bulgarie et anasheed en arabe.

[3] Leur appellation et origine sont objets de controverses, ils seraient des populations locales converties à l’islam sous l’Empire ottoman.

[4] Matière optionnelle facultative, (SIP), cours n’entrant pas dans la notation générale, et matière optionnelle obligatoire, (ZIP), option choisie parmi d’autres (informatique, langue, etc.) entrant dans la validation de l’année ou du diplôme. Ces cours sont inclus dans l’enseignement étatique et municipal promulgué sous l’égide de l’Institut supérieur islamique de Sofia (ISIS).

[5] En effet, la Bulgarie est restée près de 500 ans sous domination ottomane (1396-1878).

[6] Principalement bulgare et turque, mais aussi tzigani ou romani, voire tatare.

[7] Il a duré de 1946 à 1990.

[8] Voir « Après 84 ans d’interruption… » (Directoire du Grand Mufti de Bulgarie, <http://www.grandmufti.bg/bg/home/news-room/novini/286-sled-84-godini-prekasvane-v-selo-dolno-osenovo-otnovo-organiziraha-hatim.html>, consulté le 10/12/2014).

[9] Voir la carte ci-après, localisant les lieux mentionnés.

[10] Nedjmi Dabov, mufti de la région de Smolyan au hatim de Roudozem : « Nous sommes fiers de ces merveilleux enfants, qui sont les meilleurs élèves à l’école aujourd’hui et qui seront demain des citoyens hautement responsables, ce qui profitera à notre pays et à la société [dans son ensemble]. Les cours de Coran construisent chez les enfants le sens des responsabilités, du respect et de la compréhension, de la tolérance et du respect des institutions de l’État. Bien sûr, pour construire une société responsable, il est nécessaire d’unir dans le pays les forces entre les institutions religieuses et celles de l’État. », selon ma traduction.

[11] Les Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (en bulgare Граждани за европейско развитие на България GERB), est un parti politique bulgare de centre droit.

[12] Cette précision, en se comparant avec leur voisin du Nord, souligne combien les conditions de vie sont difficiles pour de nombreux bulgares. Cette représentation dans les discours des bulgares, se base sur des statistiques concernant le niveau de vie en Europe, largement relayées par les médias.

[13] Entre 2012 et 2015, la Bulgarie a connu des épisodes d’intempéries sévères avec plusieurs morts et de nombreuses infrastructures touchées.

[14] En bulgare : Движение за права и свободи, (mouvement pour les droits et libertés) — ou en turc, Hak ve Özgürlükler Hareketi, HÖH. À l’origine c’est le principal parti politique des Turcs et des musulmans de Bulgarie. Il se veut désormais un parti pour tous les Bulgares. Le DPS est membre de l’Alliance des libéraux et des démocrates pour l’Europe.

[15] Voir l’article du journal « Smolyan aujourd’hui », qui reprend l’annonce du DPS : <http://www.smolyandnes.com/oblastnoto-rakovodstvoto-na-dps-smolyan-pochete-tarzhestvoto-hatim-v-rudozem>.

[16] Ceux qui ont fait date sont les articles consécutifs parus dans l’hebdomadaire Kapital 14-20 et 21-27 août 2004. La journaliste Yana Yordanova en a rédigé trois, à l’issue desquels elle a obtenu un prix : « Ислямските училища не са това, което са » : « Les écoles islamiques ne sont pas ce qu’elles sont » ; « Кой плете мрежата на радикалния ислям в България » : « Qui fait le jeu des réseaux de l’islam radical en Bulgarie ? » ; « Запознайте се с „Ал Уакф“» : « Rencontrez Al Waqf ».

[17] Créée aux Pays Bas (Eindhoven). La fondation a été enregistrée en Bulgarie en 1993, sous la présidence du Grand mufti Fikri Sali. En 1994, la Direction des affaires religieuses du Conseil des Ministres a refusé sa réinscription et en 1999, son représentant Abdulrahim Taha a été expulsé du pays.

[18] Elle diligente une enquête sur l’existence d’une structure financée depuis l’Arabie Saoudite cherchant à imposer le salafisme et finançant des bourses d’études pour Médine. Voir l’édition du 8 octobre 2010 du journal 24 Tchasa, article de Lubomir Ilkov « Пускайте брадите, стрижете мустаците » : « Laissez pousser vos barbes et coupez vos moustaches ».

[19] Avec perquisition et simultanément dans les régions de Blagoevgrad, Pazardjik et Smolyan.

[20] Chanteur d’anasheed, son premier album sort en 2009.


Une réflexion au sujet de « Marie-Laure Boursin : compte rendu de terrain en Bulgarie »

  1. Les pomaks sont des purs bulgares – qui sous la menace turque ont dû changer leur religion chrétiens en islam . Ou encore il ne devait payer des impôts s’ils prenait la religion d’islam . Dans les régions ou il y a l’islam , le peuple est illettré . Il y a très peu de personne instruite . Mon père a était instituteur dans ces régions de très longues années . Et c’est plus tôt lui qui a apprit le turque , qu’eux le bulgare .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *