Khalid Rhazzali : socio-anthropologie de la prison en Tunisie

Khalid1Les activités qui se sont déroulées au cours du séjour effectué en Tunisie du 09/02/2016 au 27/02/2016 s’inscrivent dans le cadre d’un cycle de recherche que j’ai initié au cours de l’année passée. Ce cycle cherche à créer une base de connaissances autour des formes que prend le fait religieux dans l’espace carcéral, afin de réaliser une comparaison entre la réalité des prisons des pays européens et des pays de tradition islamique du pourtour méditerranéen. Le rôle de la religion au sein des institutions carcérales européennes est traditionnellement et juridiquement reconnu. Au cours des quinze dernières années, les recherches sur la question sont allées croissant, et elles ont souvent été stimulées par l’évolution et la mutation de la composition culturelle et religieuse de la population carcérale. Ces transformations font suite aux phénomènes migratoires et font dans de nombreux cas l’objet d’analyses concentrées sur le thème de la présence musulmane. Dans les pays musulmans, en revanche, il semble que la religion n’ait pas eu un rôle explicitement défini. A la suite des réformes entreprises au cours des dernières années, après ce que l’on a appelé les Printemps Arabes, la religion a commencé à se proposer comme un objet du débat public, médiatique et politique. Cependant, la communauté scientifique ne s’est pas penchée sur cette question. En prêtant attention à certains des plus importants processus de transformation en cours dans l’ensemble méditerranéen, et particulièrement du point de vue de la religion, l’on constate qu’il est aujourd’hui devenu essentiel de connecter à l’intérieur d’un unique ensemble de connaissances des réalités qui, jusqu’à récemment, étaient séparées et ne communiquaient pas entre elles. Ainsi, il devient essentiel de comprendre comment les lectures comparatistes sont désormais la condition sine qua non d’une lecture adéquate du phénomène d’internationalisation du fait religieux et de la circulation des problèmes et des stratégies dans le contexte étudié. La société tunisienne est marquée par une spécificité qui en fait un terrain d’enquête extrêmement intéressant, elle est largement plus sécularisée que les sociétés des pays voisins. Dans cette configuration, la question de savoir quel rôle tiendra la religion islamique dans le système carcéral émerge inévitablement. Je me suis intéressé en particulier à la formation, à l’assistance, et aux espaces de socialisation religieux destinés aux détenus et aux acteurs – qu’ils soient ou non institutionnels – impliqués dans l’organisation du culte.

Dans ce but, deux après-midis (d’une durée de quatre heures chacune) ont été consacrées à l’ethnographie dans un quartier qui abrite le siège d’une association islamique (fermée pour des motifs politiques) ainsi que l’un de ses sièges d’exploitation ; à cela s’ajoutent trois entretiens ethnographiques, neuf entretiens en profondeur et deux focus groups.

Pour une socio-antropologie de la prison en Tunisie

La recherche consacrée à l’étude des rapports entre religion et prison en Tunisie doit être en mesure de coordonner différents angles d’approche. Si le premier doit se concentrer sur le plan institutionnel en ce qui concerne les activités législatives, politiques et administratives, le second est en revanche tourné vers la société civile qui, au travers de sujets coordonnés par les institutions ou en autonomie interviennent dans la vie religieuse des prisons ; le dernier angle d’approche doit enfin s’intéresser au vécu subjectif des détenus. Au vu de l’économie du moment de ce séjour, il a été possible d’obtenir des résultats significatifs par rapport aux deux premiers angles, le troisième a été renvoyé à une prochaine occasion.

Khalid2Avant même le début du séjour, j’ai mené des actions préliminaires afin d’obtenir les informations disponibles sur la réalité carcérale tunisienne. En l’absence d’une littérature spécifiquement scientifique, je me suis tourné vers la consultation de deux types de documentation mises à la disposition du public : la documentation officielle d’une part et les informations consultables par voie de presse d’autre part. Il faut souligner que le terrain d’enquête choisi n’est pas immédiatement accessible et qu’il requiert des autorisations qui dépendent de procédures à l’issue incertaine. De fait, j’ai fait parvenir la demande d’autorisation nécessaire au déroulement de mes recherches aux autorités compétentes un mois avant la date de mon départ. Mon séjour de recherche a été soutenu par mes contacts scientifiques locaux (notamment le soutien de Karima Dirèche, directrice de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain – IRMC http://www.irmcmaghreb.org), de Sabri Gharbi, mon ancien étudiant du Master en Études sur l’Islam d’Europe de l’Université de Padoue, et de collègues chercheurs et du monde associatif parmi lesquels Raoudha Elguédri, Chérif Ferjani et Momo Cheker Khodja.

Khalid3Du point de vue institutionnel dans le cas tunisien, le rôle des ministères de la Justice et des affaires religieuses est essentiel. En ce qui concerne le ministère de la Justice, il a été impossible d’aller au-delà de la réalisation d’un entretien ethnographique avec deux dirigeants de la Direction Générale des Prisons et de la Rééducation (DGPR), tandis que l’autorisation indispensable à l’accès aux prisons n’a, à ce jour, pas été délivrée (ce ralentissement des temps de procédure est dû au récent changement de ministre).

Le Ministère des affaires religieuses a, pour sa part, très largement contribué à notre enquête. Ainsi, il nous a donné la possibilité d’examiner la documentation relative au thème de la religion en prison, ainsi que de mener un entretien en profondeur avec l’un des dirigeants en charge du rapport avec la DGPR auprès du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme tunisienne, et avec trois imams qui sont actuellement actifs dans les prisons.

D’autre part, le ministère a mis en place depuis 2012 un ambitieux projet relatif à la formation et à la sensibilisation islamique des détenus. Ce projet se base sur une expérimentation inédite : mettre en place l’hypothèse d’une  assistance religieuse et spirituelle qui présente des caractéristiques en partie similaires à celles des aumôniers chrétiens (et maintenant, également des musulmans) qui travaillent dans les prisons européennes et américaines.

Ce ministère a également rendu possible un contact direct avec l’ancien ministre Noureddine Khadimi (en exercice du 24 décembre 2011 au 29 janvier 2014).

Khalid4Au cours de son mandat, ce dernier avait mis en place un projet avec la coopération de son directeur de cabinet. Trois entretiens -un ethnographique avec l’ancien ministre et deux en profondeur avec l’ancien directeur et un autre consultant- ont été réalisés avec eux.

Islam en prison et Tunisie post-révolutionnaire

Au cours de la période qui a suivi la chute de Ben Ali, la société civile tunisienne a manifesté une remarquable vitalité dans son rapport au thème de l’univers carcéral. Cette effervescence est renforcée par les orientations idéologiques et les différents programmes. A ceux-ci s’ajoute une pluralité de sujets organisés, souvent membres connectés de réseaux internationaux au travers desquels ils entrent en relation avec des formes variées de l’activisme relatif aux droits de l’homme, aux questions de genre, et à la galaxie de l’islam politique transnational. Les rapports entre ce monde et les institutions vont du conflit le plus violent à la collaboration affichée.

C’est dans cette perspective qu’a agit le Think Tank Joussour (http://joussour.org), qui a joué un rôle d’importance en tant qu’organe de consultation du gouvernement entre 2012 et 2014. Elle s’est notamment occupée de l’élaboration de politiques publiques stratégiques et donc de la sphère de l’encadrement du fait religieux dans la redéfinition de l’identité nationale tunisienne par rapport aussi  de l’organisation matérielle du culte islamique. En ce sens, elle a contribué à la mise en place du projet mentionné ci-dessus relatif à la religion dans l’espace carcéral. Al-Joussour s’est proposé de m’illustrer les contenus de leurs activités au travers d’un focus group avec trois consultants (dans ce cas, j’ai dirigé le focus group en collaboration avec Raoudha Elguédri qui a joué un rôle d’observatrice).

Khalid5

Nombre d’associations développent leur action en milieu carcéral tunisiens dans le cadre d’une revendication plus générale de respect des droits de l’homme et de la liberté de culte. Dans ce contexte, une association telle qu’Al-Wassatia Li-Tawia Wal-Islah  (Ass. La Modération pour la Sensibilisation et la Reforme) s’est distinguée. En effet, cette dernière a fait de la prison son principal champ d’intervention, précédant l’action institutionnelle dans le temps. En conséquence, son action est antérieure à celle du projet déjà mentionné, et met en place un modèle d’organisation de l’assistance religieuse en milieu carcéral.

Khalid6J’ai eu la possibilité de conduire au sein de l’association Al-Wassatiya deux jours d’observation ethnographique, un entretien en profondeur avec son président, El Adel El Almi, ainsi qu’avec le coordinateur du groupe d’imams et de prédicateurs qui travaillent en prison.

Khalid7Enfin, nous avons réalisé un focus group avec le président et quatre de ses collaborateurs (parmi lesquels on trouve une femme qui agit dans la prison pour femmes de Manouba).

Aumôniers catholiques pour les non musulmans

La question des détenus non musulmans subsiste, dans un contexte à majorité musulmane. Khalid8En effet, et le phénomène est antérieur aux révoltes de 2011, il existe une reconnaissance de la liberté religieuse qui prend la forme d’autorisations de la présence en prison d’aumôniers catholiques. Khalid9Ces opérateurs religieux assurent en outre une fonction de suppléance en ce qui concerne la présence éventuelle d’autres confessions religieuses en prison. Ils sont engagés par une sorte d’accord tacite à ne pas faire de prosélytisme qui encourage à des conversions de l’islam vers d’autres religions. Ces opérateurs sont reconnus comme les tuteurs des « Autres » et dans leur fonction, l’empreinte spécifiquement religieuse vire vers un secours matériel et existentiel plus général. Ils deviennent en quelque sorte des assistants sociaux et des médiateurs interculturels au service des détenus non tunisiens (ainsi, ils servent d’intermédiaires avec les représentations diplomatiques, les familles, fournissent des vivres, des médicaments etc.).

Khalid10Nombre de détenus non chrétiens, principalement originaires de l’Afrique subéquatoriale, se tournent vers ces aumôniers pour répondre à l’ensemble de leurs besoins, du fait de la nature des ressources mises en œuvre par ces deniers. J’ai eu confirmation de cet état de faits au cours des entretiens en profondeur que j’ai mené avec trois aumôniers catholiques de l’archevêché de Tunis (l’un d’entre eux étant en activité, les deux autres à la retraite).

La radicalisation violente et la réponse des institutions

Dans le cas de la Tunisie aussi, le rapport entre le milieu carcéral et la radicalisation violente tournée vers le Djihadisme est devenu un thème central du débat politique et public. La menace terroriste apparaît aujourd’hui comme l’un des thèmes dominants de l’actualité tunisienne. Le fait que le pays soit un grand « contributeur » du recrutement de Foreing Fighters inspire l’exigence d’opérer une action préventive dans les lieux propices au développement de choix en faveur de la radicalisation violente. Ce climat a déterminé une transformation du rapport entre les sujets tournés vers la réalité de la religion en prison. Les activités de l’association Al-Wassatiya ont été suspendues à la suite d’une violente polémique médiatique. En effet, l’association a été soupçonnée de jouer un rôle dans la diffusion d’un prosélytisme radical et donc d’avoir favorisé le recrutement de tunisiens dans les rangs de DAESH. Cette question a été largement abordée au cours de l’entretien avec son président et au cours du focus group avec le  groupe des opérateurs d’Al-Wassatiya.

Les documents et déclarations de fonctionnaires du Ministère de la Justice et du Ministère des Affaires religieuses que j’ai recueillis illustrent la manière dont est en train de naître un projet de prévention et de lutte contre l’extrémisme. Ce projet de déradicalisation s’adresse aux détenus de droit commun, et surtout aux accusés et détenus en lien avec une activité terroriste. Dans cette optique, un projet de formation est à l’étude. Il concerne les experts religieux qui se destinent à cette activité et prévoit l’institution d’un référent religieux présent sur le modèle des aumôniers en Europe qui assurent une présence permanente au sein des espaces carcéraux.

Enfin, le Ministère a fait savoir qu’il était intéressé par une collaboration avec notre groupe de recherche dans le cadre de ce projet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *