Cirelanmed. Circulations religieuses et ancrages méditerannéens

Circulations religieuses et ancrages méditerranéens. États et internationalisation des faits religieux contemporains. Europe du Sud, Maghreb, Moyen-Orient. Carnet d’une recherche collective financée par l’Agence nationale pour la recherche (ANR)

Le programme s’intitule Circulations religieuses et ancrages méditerranéens. États et internationalisation des faits religieux contemporains. Europe du Sud, Maghreb, Moyen-Orient (ANR-12-TMED-0002-01 ; Juin 2013-Juin 2016) et il est dirigé par Katia Boissevain, chargée de recherche au CNRS.

Présentation générale du programme

1. Enjeux et objectifs

Dans un contexte de pluralisation du religieux, de labilité des identités religieuses et d’hybridation des pratiques, les États doivent adapter leurs cadres d’action avec des outils plus ou moins appropriés. La plus grande circulation religieuse est devenue source de tensions, d’affrontements et d’enjeux politiques.

Les questions religieuses apparaissent aussi centrales dans l’évolution politique des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, puisqu’elles se situent au premier plan des choix que les sociétés doivent opérer après les soulèvements populaires de 2011.

Ces évolutions ont des implications sur les questions d’individuation de soi, d’émancipation du groupe social, d’entretien du lien avec le pays d’origine dans le cas de migration internationale, de repositionnement identitaire.

Méthodes et approches : SHS, pluridisciplinarité et immersion

Le projet est motivé par trois positionnements forts :

  1. Une enquête comparative et multi-située due à la nécessité de penser les deux rives de la Méditerranée conjointement, dans une perspective résolument interdisciplinaire, attentive à la diversité des contextes et à la place centrale qu’occupent les religions dans les mobilisations et mouvements actuels.
  2. La nécessité de faire intervenir des chercheurs qui ont une connaissance intime de leurs terrains, pratiquant la langue et connaissant les enjeux locaux.
  3. La volonté de démontrer la complexité et la variété des modes de circulations religieuses et étudier comment elles  participent toutes à ancrer de nouvelles formes religieuses dans le paysage religieux méditerranéen.

Démarche suivie et moyens associés :

  • Équipe pluridisciplinaire : anthropologie, sociologie, géographie, histoire, science-politique
  • Enquêtes de terrain qualitatives en immersion

Pays étudiés : France, Italie, Bosnie, Roumanie, Grèce, Turquie, Israël, Égypte, Tunisie, Algérie, Maroc.

Perspectives

Les questions religieuses apparaissent centrales dans l’évolution politique des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, puisqu’elles se situent au premier plan des choix que les sociétés doivent opérer après les soulèvements populaires de 2011. Les travaux engagés au Maghreb sur les questions de libertés religieuses contribueront à une meilleure compréhension des implications politiques du pluralisme religieux dans les pays à majorité musulmane.

Ce projet vise donc à saisir ces processus dans un contexte particulier : une crise systémique au Nord qui pose in fine la question d’identités religieuses héritées face à de nouvelles croyances qui se sont implantées et des évolutions socio-politiques majeures au Sud, qui posent également la question des identités traditionnelles face à des revendications plurielles. Au Nord comme au Sud, ces questions interrogent les États qui répondent à ces phénomènes de pluralisme en fonction de leurs histoires propres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Circulations religieuses et ancrages méditerranéens