Le tourisme religieux en Europe, Colloque Eurethno

Une partie de l’équipe de Cirelanmed  (Katia BoissevainNora Demarchi et   André Julliard) a participé au 28ème colloque du réseau Eurethno, un réseau membre de la Fédération Européenne des Réseaux de Coopération Scientifique et Technique.

Le colloque a eu lieu à Pérouse, Italie, et à mobilisé des chercheurs francophones de toute l’Europe.

Voir le programme de la manifestation (en PDF) et la présentation du colloque ci-dessous :

Italie - Perrugia by fblicks on Flickr

Italie – Perrugia by fblicks on Flickr

 

L’Europe est chrétienne, mais en son sein il y a de grandes différences.
Il y a des catholiques, des orthodoxes, des protestants, chacun avec des cultes très différents, entre l’Est et l’Ouest, entre les pays continentaux et méditerranéens.
Dans le monde catholique, il y a des endroits très importants de pèlerinage comme Saint-Jacques de Compostelle en Espagne, Lourdes en France, Loreto, Rome, Assise et Cascia en Italie, Mediugorje en Bosnie.
Puis il y a les communautés Rom et Sinti, qui ont leurs propres sanctuaires spéciaux, comme les Saintes-Maries-de-la-Mer en Camargue et d’autres endroits en Roumanie.
Comparativement, le rapport des protestants à leurs lieux de culte apparaît très différent.
Et que dire des lieux de culte non chrétiens ?
Dans toutes les religions, le monde des sanctuaires est associé à des formes de culte, à des rituels, à des institutions chargées des aspects économiques et touristiques ou des supports de transmission.
Aujourd’hui beaucoup de ces lieux font l’objet d’un tourisme religieux, le tourisme impliquant les voyagistes, les autorités locales (municipalités, régions), les associations culturelles, les musées.
Aujourd’hui, en effet, le tourisme religieux ne s’inscrit pas seulement dans le contexte du culte, mais investit la culture, l’histoire, la politique, l’économique.
La gestion des lieux de culte investit les municipalités locales, les organisations religieuses, les activités commerciales du territoire ; certains endroits peuvent être un lieu de dialogue inter-religieux et de promotion de la paix, comme à Assise, en Italie.
Pour paraphraser Mauss, le tourisme religieux pourrait être appelé un «fait social total».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *