Nora Demarchi : un terrain en cours dans les Alpes italiennes

Je présente ici quelques photos issues de mon terrain qui s’est déroulé du 1er au 15 aout dans les Alpes italiennes. Dans une optique comparative, je présente ici mes deux terrains de recherche. D’une part, la participation des habitants de la Vallée d’Aoste aux pèlerinages régionaux de haute montagne. Ces pèlerinages et ce qui s’y déroule seront ensuite comparés aux pratiques observées lors des pèlerinages provenant de la même région, mais à destination de Medjugorje, en Bosnie Herzégovine. L’objectif sera de comparer les formes de dévotions, locales et internationales, et d’analyser la manière dont les deux types de pèlerinages répondent à des demandes différentes.

Crédit photo : ND
Crédit photo : ND

La photo a été prise lors de la messe qui s’est déroulée le 10 août 2014 dans le sanctuaire de Saint Besse, en Valsoana, Piémont. Les deux jeunes qu’on voit en premier plan sont des conscrits de la Valsoana, un groupe de jeunes qui vont fêter leurs 18 ans en 2014. La mise en valeur de cette tradition jusqu’alors oubliée en Piémont est le produit d’un processus de réappropriation des tradition locales mis en œuvre par les dévots Piémontais depuis 2011, année durant laquelle une organisation de valorisation du pèlerinage est née au sein des communautés piémontaises. Parmi les activités de réinvention des traditions on trouve la création et la vente d’objets votifs qui étaient introuvables, comme des broches à l’image du saint ou des petites images pieuses, réimprimées pour l’occasion. Par ailleurs, de nouvelles initiatives comme la diffusion en streaming de la messe du 10 août ou la création d’une loterie pour la restauration de la chapelle ont été mises en place. Ces actions ont été entreprises suite à la prise de conscience, du coté de l’administration du Valsoana, d’une nette diminution de l’affluence de la part dévots vers le pèlerinage pendant ces dix dernières années.

Sur cette deuxième photo, les conscrits de Cogne se préparent à passer la nuit du 9 au 10 août dans le sanctuaire.

Crédit photo : ND
Crédit photo : ND

Saint Besse est depuis longtemps un « pardon montagnard », comme le définissait Hertz en 1929. Pour y arriver, le pèlerinage par la Vallée d’Aoste dure neuf heures, ce qui explique que les fidèles venant de Cogne arrivent la veille. Bien que le  sanctuaire-refuge possède une chambre dédiée aux pèlerins de Cogne, leur nombre est souvent trop élevé. Aussi certains d’entre-eux dorment dans le sanctuaire, transformé en dortoir pour l’occasion.

Les travaux de restauration du sanctuaire du Cunéy (à 2600 mètres d’altitude,  sanctuaire marial le plus haut d’Europe) ont nécessité le déménagement de tous les ex voto. En 2012, à la fin des travaux, des volontaires ont ramené peu à peu tous les ex voto dans le sanctuaire.

Crédit photo : ND
Crédit photo : ND

Entreprise longue et difficile (à dos d’homme) puisqu’il n’y a pas de route carrossable qui mène jusqu’au sanctuaire. Un volontaire ayant ramené les ex voto me raconte un peu dépité :

« j’ai entendu des gens protester parce qu’ils ne trouvaient plus leur ex voto et qu’ils pensaient qu’on l’avait perdu ou qu’on avait délibérément choisi de ne pas le ramener. Les gens viennent ici chaque année retrouver leurs vœux ou celui de leur famille. C’est très délicat. »

Les nouvelles photos ou nouveaux objets déposés chaque année témoignent de la vivacité de la pratique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *