Tourisme religieux et pèlerinages dans le monde arabe et musulman (WOCMES 2014)

Katia Boissevain a récemment participé au quatrième Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient” (WOCMES) à Ankara en dirigeant un atelier intitulé : Tourisme religieux et pèlerinages dans le monde arabe et musulman : enjeux multiples.

Quatre personnes composaient le panel :

  • Katia Boissevain, CNRS, Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative, Université Aix-Marseille, Aix-en-Provence, France
  • Justin Mc Guinness, American University in Paris, Department of communication, Paris, France
  • Norig Neveu, Ehess, Centre de recherches historiques, Paris, France
  • Michel Boivin, CNRS, Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du sud à l’Ehess, Paris, France

Présentation de l’atelier

Le tourisme religieux, chrétien, juif ou musulman s’est développé rapidement dans le monde arabe et musulman depuis la fin des années 1980. La promotion de cette activité révèle la mobilité des pratiques religieuses à l’échelle nationale ou internationale. À partir des années 2000, le développement du tourisme musulman vint, dans la plupart des pays du monde arabe, densifier la topographie sacrée officielle consacrée à d’autres types de tourisme religieux, en particulier juif ou chrétien. Certains sites étaient également visités par des touristes qui ne partageaient pas la même confession. Au cours des trente dernières années des conférences et des coopérations internationales furent organisées pour structurer les échanges touristiques et faire connaître les nouveaux lieux à visiter. Les États du monde arabe mirent en place des politiques nationales, parfois internationales, de patrimonialisation de leurs lieux saints et des sites liés à l’histoire religieuse. Ce processus accompagnait souvent la réécriture de l’histoire religieuse de ces pays. Ces derniers entamèrent une promotion intensive des sites religieux par l’intermédiaire de leurs ministères du tourisme, d’agences de tourisme et de compagnies internationales. Les politiques patrimoniales eurent pour conséquence l’affirmation de traditions architecturales et archéologiques religieuses nationales qui marquent aujourd’hui profondément le paysage urbain et rural des pays du monde arabe et musulman. La centralisation des politiques patrimoniales religieuses a parfois entraîné des destructions de sanctuaires ou de monuments quand ils n’entraient pas dans le cadre des projets officiels, c’est notamment le cas des sites dédiés aux saints locaux et familiaux.

Ankara. Crédit photo KB

Ankara. Crédit photo KB

 

Ces politiques patrimoniales furent la plupart du temps mises en œuvre sans consultation des populations locales. Elles pouvaient ainsi entrer en concurrence avec les pratiques de cultes de ces dernières. C’est parfois pour mettre un terme à certaines pratiques religieuses que les autorités nationales réinvestirent un lieu saint pour en faire un complexe touristique. La rénovation ou la reconstruction de sites religieux à des fins touristiques entraîna de nombreux conflits d’intérêts entre les instances officielles et les gestionnaires traditionnels de ces sites. Pourtant, l’encouragement du tourisme religieux a souvent été intégré à des projets de développement économique régional, en particulier dans les régions rurales. Il devait permettre l’implantation d’infrastructures touristiques et le développement de régions économiquement en marge. Comment dans ce contexte ces lieux de pèlerinage constituent-ils des arènes au sein desquelles les tensions sociales deviennent visibles et où entrent en conflit des intérêts différents: ceux de groupes sociaux divers ou de différentes localités. Par ailleurs, pourquoi certains sites furent constitués en centres touristiques internationaux alors que d’autres restaient en marge des circuits touristiques ? Du Maroc au Pakistan, les interventions de ce panel montreront comment l’avènement d’un tourisme religieux a généré une diversification et une internationalisation des itinéraires culturels et cultuels. C’est aussi l’articulation de l’activité touristique avec les pratiques patrimoniales ou de culte locales et les interactions qui en découlent que tenteront de mettre en lumière ces présentations. Le tourisme religieux et la patrimonialisation qu’il sous-entend permet, en effet, d’appréhender la contemporanéité et l’évolution des enjeux liés aux pratiques pèlerines dans le monde arabe et musulman, en mettant en perspective les dynamiques communes qui existent à l’échelle internationale.

Programme de l’atelier

Katia Boissevain (présidente) : Burning Zâwiyas: Religious arson in the Tunisian Revolution. Tourism, Religion and National issues (Sidi Bou Saïd)

The arson of the sanctuary of Sidi Bou Said in November 2012 was the culmination of a long series of degradation and destruction that affected holy sanctuaries, small mosques and cemeteries throughout Tunisia in 2012. Even though other zâwiyas have been burned down before and since, my talk will concentrate on this particular sanctuary for different reasons. Firstly this XIVth centuary saint is highly venerated and important in the local religious landscape. Secondly, the village where its shrine is located constitutes one of the touristic showcase of the country. As a consequence, this fire and the total destruction of the catafalque provoked very strong emotions among the local population and the different political institutions (local and national). The collective mobilization which followed was caused (and permitted) by a complicated web of issues relevant to heritagisation, tourism, religion, and local pride. The following Mouled was the occasion for civil society to reaffirm the specificity of a North African Islam contrasting with a stern and austere Wahhabi ideal.

Justin McGuinness (co-chair) : Spirituality staged: the case of an annual Sufi festival in a North African historic city.

The historic city of Fès, branded in the tourist literature and State discourse as Morocco’s ‘spiritual capital’, historically has several pilgrimage traditions, drawing visitors from across the country and sub-Saharan Africa. In the early 1990s, an annual festival of world sacred music was created, a first in an Arab-Muslim country. This now highly successful event has moved on from its arguably rather élite roots. This paper examines the case of another annual event, the spring Festival de la culture soufie. How are soufi practices which in the past traditionally took place in the spaces of zaouïa and home, now being staged? What sort of audience is constituted? Through reading of festival publicity materials, press-accounts and observation, this paper explores a new phase in the life of spiritual traditions in Fès. As the city’s built heritage is retrofitted for neo-liberal consumption, it could be that traditional spiritual practice is being reworked as commodity too. However, the argument that Sufism is becoming part of the city’s emerging entertainment offerings may be too simplistic. Leisurely spirituality is just part of the story.

Norig Neveu : « Le développement du tourisme chiite dans le sud de la Jordanie, objet de contestation locale »

A partir de la fin des années 1990, le mausolée de Ja‘far b. Abî Tâlib dans le sud de la Jordanie a été aménagé en vue d’accueillir des pèlerins musulmans, en particulier chiites. Depuis, ces derniers ont visité par milliers ce mausolée. Ce sont d’abord des réfugiés irakiens qui ont visité le site puis, dès les années 2000, des touristes iraniens sont venus prier sur le sanctuaire au moment de l’achoura. Le mausolée de Ja‘far b. Abî Tâlib participait ainsi de la constitution d’une topographie sacrée chiite au Moyen-Orient, notamment en Syrie. Cependant, dans un contexte d’affirmation d’un discours sur l’existence de la menace d’un « axe chiite » par le roi Abdallah II et l’exécution de Sadam Hussein en 2006, les populations locales se sont mobilisées à plusieurs reprises contre l’organisation de ce tourisme religieux. Ces mobilisations, souvent violentes, se sont matérialisées par la constitution d’une topographie dédiée à la figure de Sadam Hussein. Le lieu saint, qui ne faisait plus l’objet de pèlerinage local depuis les années 1960 a pourtant gardé sa fonction de lieu d’affirmation des notabilités locales. Il leurs permet par l’intermédiaire d’une contestation du tourisme religieux et des pratiques religieuses chiites de formuler des protestations à l’encontre du régime.

Michel Boivin, “The issue of Shiite Religious Tourism in the Sufi sanctuaries of Pakistan”

The population of Pakistan is dominated by the Muslims with about 95%. Among them, about 75% are Sunnis, and 20% Shiites, mainly Twelvers but also Ismailis, to whom some regionals sects like the Zikris or the Nukhbakhshis should be added. Despite the spread of Islamist radicalism and of terrorist violence, the Sufi pilgrimages or ziyarats still attract millions of devotees. For some time, the Shiites are performing the ziyarat not as simple pilgrims, but as Shiite pilgrims. It means that they express outwardly their Shiite identity in the Sufi sanctuaries, for example in performing matams in the courtyard or even inside the shrine. The main hypothesis I wish to discuss here is that the spread of Shiite religious tourism in the Sufi pilgrimages partly mirrors the State policy.

Keywords: tourisme religieux, patrimonialisation, islam

WOCMES 2014 -- Quatrième Congrès Mondial des Etudes sur le Moyen-Orient


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *