Archives de catégorie : Actualités / News

Partenariat avec l’association Ethnoméditerranée pour la valorisation du projet (2014-2017)

De 2014 à 2017, l’association Ethnoméditerranée a été chargée de la valorisation scientifique du projet ANR « Circulations religieuses et ancrages méditerranéens. États et internationalisation des faits religieux. Europe du Sud, Maghreb, Moyen-Orient (ANR-12-TDEM-002-01) (Cirelanmed) auprès du jeune public.

Dans le cadre d’une convention avec l’IDEMEC associant Aix-Marseille Université et le CNRS, l’association a conçu et réalisé, à Marseille, trois ateliers sur le thème des pèlerinages et des pratiques culturelles qui les entourent.

Animés par Guylaine Bouvÿ-Thabourey et Julie Giabiconi, ethnologues, et Elise Oudin Gilles, plasticienne, les ateliers, qui comportaient entre six et dix séances, ont eu lieu

Les deux classes du lycée Charles Péguy étaient encadrées par Madame Charlotte Créach, professeure de philosophie.

Les ateliers : une initiation à l’ethnologie

Conçus autour d’une trame commune et adaptés en fonction des options ou filières choisies, les ateliers ont permis d’initier les élèves aux méthodes et aux problématiques de l’ethnologie, notamment à travers des exemples de terrains effectués par les intervenantes au Canada et en Australie (populations amérindienne et aborigène).

L’initiation à la thématique de l’atelier s’est effectuée par le biais de films et d’émissions radiophoniques. A travers ces supports, les élèves ont pu saisir la diversité des formes et des significations des pèlerinages accomplis par des fidèles issus de religions différentes, en Europe et Méditerranée, tout en prenant conscience du fait que certains sanctuaires étaient partagés par des pèlerins de plusieurs confessions.

Les élèves ont ensuite mené, à Marseille, des entretiens ethnographiques sur le (grand) pèlerinage à la Mecque et à Notre-Dame de la Garde. Ces entretiens, dont certains ont été enregistrés et transcrits, concernaient des pèlerins ou des aspirants pèlerins, des responsables d’agences de voyage et des marchands d’articles religieux. Ils portaient sur les préparatifs et les rituels auxquels se livrent les pèlerins ainsi que sur leurs représentations et, pour les agences de voyage, sur les prestations proposées, les formalités et quotas appliqués, le profil de la clientèle et les spécificités du tourisme religieux.

Parallèlement à ce travail ethnographique, les élèves ont réalisé, dans chaque classe, un livre d’art différent dont les motifs s’inspiraient des voûtes de la mosquée de Médine et des médaillons en mosaïque de la basilique Notre-Dame-de-la-Garde ou reprenaient les contours de cartes anciennes ou contemporaines pour évoquer les thèmes du voyage et des flux touristiques. Les trois livres d’art réalisés lors des ateliers ont été exposés, l’un à la librairie du Mucem lors de l’exposition « Lieux saints partagés », les deux autres au lycée. Œuvres collectives, les livres d’art se déploient en accordéon et permettent de mettre en valeur le travail de chacun.

Une approche ethnographique de l’objet religieux

Les ateliers ont offert aux élèves l’opportunité de découvrir l’ethnologie à travers des enquêtes de terrain et d’apprendre à rédiger un guide d’entretien. Ils ont aussi été l’occasion pour eux de se familiariser avec des systèmes de croyances appartenant à des sociétés éloignées et d’appréhender, de manière concrète, des notions telles que le relativisme culturel qui figurent au programme de philosophie de terminale. Dans un contexte de crispations identitaires et de montée des intégrismes, l’introduction à une approche ethnographique de l’objet religieux centrée sur l’étude des rites et des pratiques pèlerines a aussi permis de désamorcer certaines tensions perceptibles dans la classe : aborder le religieux à travers ces ateliers comme un « objet de culture » plutôt que comme « objet de culte » (cf. l’article de Régis Debray dans la revue Etudes, 2002/9) a en effet été l’occasion d’amorcer un dialogue avec les élèves sur la diversité religieuse tout en les sensibilisant aux questions migratoires et aux croisements entre religion et patrimonialisation.

Nous présentons ici les spécificités de chacun des trois ateliers menés par l’association Ethnoméditerranée dans le cadre du projet ANR-CIRELANMED sans revenir sur leur trame commune que nous avons détaillée plus haut : initiation à l’ethnologie et à la méthodologie de l’enquête de terrain, découverte et approfondissement du thème de l’atelier à travers des films et des émissions radiophoniques, entretiens ethnographiques, réalisation d’un travail plastique.

Atelier au lycée Victor Hugo (classe de Seconde)

Les élèves ont suivi une visite commentée de la basilique et du musée d’art religieux de Notre-Dame-de-la Garde assurée par Magali Chapus, régisseur des collections et responsable du musée qui a été inauguré en 2013. A notre demande, la visite de la basilique s’est concentrée sur la présentation des mosaïques ornant le chœur, les coupoles et le sol de la chapelle, puis sur celle des ex-voto présents à l’intérieur et à l’extérieur de l’édifice.

Visite du musée d’art religieux de Notre-Dame-de-la-Garde. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.
Visite du musée d’art religieux de Notre-Dame-de-la-Garde. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.

Les élèves, qui avaient au préalable effectué des recherches sur l’histoire de la basilique ainsi que sur l’origine, la fonction, l’organisation et l’évolution des pèlerinages à Notre-Dame-de-la Garde, ont interviewé Magali Chapus à ce sujet. L’entretien a eu lieu dans la chapelle. Il a été complété par la visite commentée du musée d’art religieux, laquelle était axée sur la tradition des pèlerinages à Notre-Dame de la Garde et sur les objets de la liturgie catholique (calice, patère et ostie, bénitier, ciboire, etc.). Ces visites ont été très instructives pour les élèves dont beaucoup étaient de confession musulmane et n’avaient jamais eu l’occasion de pénétrer dans un lieu chrétien. Elles ont été prolongées par une discussion avec P. Jacques Bouchet, recteur de la basilique, qui a abordé les pèlerinages catholiques de manière plus vaste (Lourdes, Jérusalem…).

Livre d’art. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.
Livre d’art. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.

Pour le livre d’art, les élèves ont effectué des croquis noir et blanc figurant l’entrée d’un lieu imaginaire en s’inspirant des voûtes de la mosquée de Médine puis dessiné, en couleur, des oiseaux inspirés des médaillons en mosaïque de Notre-Dame-de-la-Garde. L’ouvrage a été exposé à la librairie du Mucem sous le titre « Motifs saints partagés » en résonance avec l’exposition « Lieux saints partagés » qui était alors présentée au Mucem et en accord avec Dionigi Albera  et Manoël Penicaud, commissaires de l’exposition.

Certains entretiens menés sur le terrain ont été réécrits par les élèves à partir de leurs notes et avec l’aide des intervenantes de l’atelier.

Photographie collectée lors de l’enquête de terrain. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.
Photographie collectée lors de l’enquête de terrain. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.

Lycée Charles Péguy (classe de terminale ES, Sciences économiques et sociales)

L’enseignante, qui encadrait cet atelier, était chargée de dispenser les cours de philosophie à la classe et souhaitait que nous abordions, par le biais de l’ethnologie, des notions qui figuraient au programme du baccalauréat de philosophie.

Nous nous sommes donc attardés, lors des premières séances, sur des concepts tels que l’ethnocentrisme et le relativisme culturel, en empruntant des exemples à Lévi-Strauss (réflexion sur la symétrie qui existe entre les pratiques anthropophages des sociétés traditionnelles et les pratiques pénitentiaires des sociétés occidentales) et à Descola (proposition d’une classification ontologique permettant de dépasser le dualisme nature/culture).

Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme
Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme

La notion de « morale absolue » a également été discutée à propos des religions dites révélées (christianisme, judaïsme, islam), qui se réclament toutes des Ecritures tout en proposant des lectures théologiques très différentes.

Comme pour le lycée Victor Hugo, le livre d’art confectionné par les élèves a été inspiré par les motifs des voûtes de la mosquée de Médine et les médaillons en mosaïque de la basilique Notre-Dame-de-la-Garde (que les élèves ont découvert à travers un film et non lors d’une sortie sur le terrain).

Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme
Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme

Les enquêtes sur le terrain ont été restituées en classe, par chaque groupe d’enquête, sous la forme de PowerPoint. Un entretien relatif au pèlerinage à la Mecque a été enregistré.

Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme
Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme

Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)

Le contenu de l’atelier a été adapté afin de correspondre à l’option « tourisme ».

Katia Boissevain, anthropologue, est intervenue pour animer une séance sur le thème « tourisme et pèlerinage ».

Les élèves ont aussi préparé, par groupes, un exposé sur les principaux pèlerinages religieux à travers le monde : chrétien (Vatican, Lourdes, Saint-Jacques de Compostelle, El Rocio, en Europe ; Basilique de Notre-Dame de Guadeloupe, au Mexique) ; musulman (Kerbala, en Inde ; Hadj, en Arabie saoudite) ; bouddhiste (Shikoku, au Japon) ; syncrétique, emprunté au catholicisme et au culte des dieux de la nature préhispaniques (Qoyllurit’i, au Pérou). Trois aspects avaient été retenus pour l’exposé : circuits empruntés par les pèlerins sur place, rituels observés, enjeux économiques et commerciaux du pèlerinage.

Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)
Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)

Le livre d’art  a été réalisé sur le thème du voyage et des flux touristiques en s’inspirant de divers documents : anciennes cartes géographiques présentées lors d’une exposition sur la Mecque à l’Institut du Monde Arabe à Paris ; cartes de navigation anciennes, images de magazines d’Air France figurant les différentes destinations/pays desservis par la compagnie. Chaque élève a créé une carte géographique en dessinant des trajectoires imaginaires reliant les pays entre eux et en y ajoutant des signes personnels distinctifs liés à des voyages effectués ou fantasmés, des envies, des projets, la famille, etc. Chacun a ensuite réalisé une deuxième carte sur laquelle les continents étaient figurés de manière stylisée, sur un fond noir entouré de papiers de couleur découpés.

Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)
Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)

Tous les groupes ont présenté les résultats de leurs enquêtes de terrain à la classe. Deux entretiens portant sur les pèlerinages à Notre-Dame-de-la-Garde ont été enregistrés.

Sophie Bava : Migrations africaines et dynamiques religieuses au Maroc

Migrations africaines et dynamiques religieuses au Maroc. Observations autour de la création d’un espace de formation chrétien.

Par Sophie Bava, anthropologue à l’IRD-LPED. En accueil au LEPOSHS-UIR, Maroc.

Anthropologue, j’ai construit au gré de mes recherches une « anthropologie religieuse du mouvement » en croisant les migrations africaines et les dynamiques religieuses issues de ces mobilités entre l’Afrique subsaharienne et le monde arabe. Je ne suis par contre pas spécialiste du christianisme puisque mes travaux ont d’abord porté sur l’islam, le mouridisme dans la migration africaine, les constructions religieuses des migrants africains au Caire, puis sur la formation religieuse des étudiants africains à Al Azhar. C’est sur le terrain Egyptien que j’ai découvert la question chrétienne en migration. Continuer la lecture de Sophie Bava : Migrations africaines et dynamiques religieuses au Maroc

Le projet CIRELANMED au Congrès de la SISR

To read an english version of this post, please click here

Une partie de l’équipe du projet CIRELANMED s’est retrouvée au congrès de la Société internationale de sociologie des religions (SISR) qui avait lieu cette année à Louvain-La-Neuve. Réunis dans un atelier intitulé : Conversions religieuses en Méditerranée, un jeu de frontières, les travaux de l’axe 2 de notre équipe ont ainsi pu trouver un espace de dialogue et se confronter à l’écoute et l’avis des collègues présents. Continuer la lecture de Le projet CIRELANMED au Congrès de la SISR

The CIRELANMED team at the ISSR Congress

Pour lire une version de ce billet en français, c’est ici !

A part of the CIRELANMED team met at the ISSR Congress wich was held this year at Louvain-La-Neuve.

We organised a workshop entitled: religious conversions in the Mediterranean, Enacting Physical and Symbolic Borders the work of the axis 2 of our team found a space and special time for dialogue and confront opinions of our colleagues.

In addition to our team, composed of Stefano Allievi, Vincenzo Pace, Khalid Rhazzali, Nora Demarchi, Julie Picard, Katia Boissevain and Loïc Le Pape we invited Christophe Pons and Martin Zillinger.

You will find below the program of the two sessions and summaries of each intervention.

Logo_SISR_1Organizers

  • Katia BOISSEVAIN, CNRS, IDEMEC (Institut d’ethnologie européenne méditerranéenne et comparative), AMU.
  • Loïc Le Pape, CNRS, IDEMEC (Institut d’ethnologie européenne méditerranéenne et comparative), AMU.
  • Vincenzo PACE, Université de Padoue, LABREL.

Summary

If religious conversions have existed throughout the history of the Mediterranean, the phenomenon has taken an unprecedented importance in the last forty years. The first reason could be understood as the result of a greater individuation of actors and a greater freedom of choice in the ways of relating to the supernatural. The second is the widest choice on the « religious market » itself, this offer being considerably enhanced since the increase of migration in 1970’s to Europe from the Maghreb and sub-Saharan Africa.

This WorkGroup will primarily study religious conversions in their effect on the physical space of individuals as well as the new modes of interactions. In the perspective of changing space, we will ask how does conversion change one’s geography of the city or the symbolic geography of the world? How does the network of churches, mosques and other places of worship become a resource for the new convert? What inversions are at stake, what becomes of the center / periphery relation when a new relationship with God is built? Religious conversion itself involves movement, exchange of ideas, of practices and of theology, whether it is related to migratory mobility or not. Thus, we will also study examples of religious passages directly related to migration in the northern and southern shores of the Mediterranean.

Program of the sessions

Session 1

Convener Katia BOISSEVAIN (IDEMEC-CNRS-AMU, France)

Presenters

  • Nora DEMARCHI (IDEMEC-CNRS-AMU, France) : Converting to the Virgin of Medjugorje: Where are the Symbolic Boundaries?
  • Loïc LE PAPE (IDEMEC-CNRS-AMU, France) : Radical Conversion and Migration: The Case of Foreign Fighters in Syri
  • Khalid RHAZZALI (Labrel – Université Padoue, Italy) : Ash-Shahada with a Click: Conversions to Islam on the Web
  • Christophe PONS (IDEMEC-CNRS-AMU, France) : Challenges of proselytism in Cape Verde: The Breakthrough of Islam in a Context of Christian Competition.

Session 2

Convener Loïc LE PAPE (IDEMEC-CNRS-AMU, France)

Presenters

  • Stefano ALLIEVI (Université de Padoue, Italy) : New Itineraries of Conversion to Islam: Between Urban Marginalization and Seduction of the Caliphat
  • Julie PICARD (LISST-CIEU, France) : Migration, a Moment in Religious Mobility? The Case of Africans in Cairo
  • Katia BOISSEVAIN (CNRS-Idemec-AMU, France) : Open the Doors and Let Them In: Planting New Christian Churches in Tunisia

Resumes

image4
A part of the team in Louvain-La-Neuve

Challenges of proselytism in Cape Verde. The breakthrough of Islam in a context of Christian competition.

Christophe Pons, IDEMEC-CNRS-AMU

The Republic of Cape Verde is a good illustration of paradoxes, misunderstandings and challenges that today proselytism addresses to many different societies. Since the late 1990s, Cape Verde is confronted with a strong competition between denominations and religions, mostly Christians, coming from Africa, Europe, South and North America. There is no signs of slowing, stabilization or deflation in the progression of this competition. Until now, Cape Verdean government clearly adopted a hands-off and ultra-liberal attitude toward religious proselytism. But this posture is recently challenged by the arrival of a fundamentalist Islam that enters the local arena of religious competition. Cape Verde therefore offers the opportunity to observe how, in a country saturated with religious competition, an ultra-minority religion forces the state to re-consider what should be its attitude toward religion and proselytizing.

Preacher’s style and religious differenciation in mediterranean pentacostalism

Enzo Pace, Labrel, Padoue University

To approaching the complexity of the Pentecostalism in the Maghreb, the analysis of the religious leadership, the various patterns of organizations and strategies of communication implemented by the Pentecostal churches, represents a useful starting point to understand the process of differentiation of the Christianity and its capability to spread in so-called Muslim societies. The presentation focuses on the typology of charismatic and Pentecostal leaders: from the traditional figure to the entrepreneur of the charisma who is able to manage both old and new media (the communication assisted by computer).

Open the doors and let them in ! New christian sites in Tunisia

BOISSEVAIN Katia, IDEMEC-CNRS-AMU

In this communication, I will describe the different styles of Evangelical Christian churches in Tunis and the reasons for which adepts enjoy being there. Il will explore more precisely the recent arrival and opening of a small church in the old Italian area and the way in which the Pastor and his assistant work together with the aim of transforming it in a central locus of sociability and spirituality for the people who use it. What institutional work is at activated for changing participants habitus ? Why and how was this site chosen ? What alterations, namely linguistic, do they operate ? A comparison with other churches in the Maghreb region will enable us to put forth a few hypothesis concerning the structuring of religious groups.

Converting to the Virgin of Medjugorje : where are the symbolic boundaries ?

DEMARCHI Nora , Ph.D., IDEMEC-CNRS-AMU

Conversion is a central topic in Medjugorje, the site of Marian apparition in Bosnia Herzegovina. Since the third day of apparitions, the 26th june 1981, when one of the visionaries ask to the Lady that appears in front of him « why you have coming here and what do you want ? » the Virgin says « because here there are some good believers. And because I want that you have a conversion.» And she continues: «I come here to convert everyone».

Since this day, the desire of Mary to convert has been repeated all over the 30 years that have followed this first encounter. Conversion is in this way clearly required by the Virgin Mary and, at the same time, declared by the pilgrims who come back home from Bosnia “changed”. For all the converts an aspect became evident: once came back home from Bosnia, they have to change their life. What’s going to happen? What kind of change happens once came back home? New modes of interactions are established? What’s the effect on the physical space of individuals?

Radical conversion and migration. The case of foreign fighters in Syria.

Loïc Le Pape, IDEMEC (AMU-CNRS)

My communication aims to discuss the articulation between religious conversion and migration by exploring the experiences of the foreign European jihadis in Syria. Theses foreign fighters present their migration as a way to accord their beliefs and way of life, thinking that it is easier to leave as Muslims in a Muslim country. The high level of converts among these foreign fighters (I suppose that the great majority of them are converted) will allow us to explore the links they establish between their conversion and their migration in Syria.

Through testimonies from those who have returned (through the media), and through echos from those who are still in Syria (social media observations), I attempt to show that foreign jihadis cross a double thresh-hold : from a religious reality to another with their conversion, and from a political situation to another with their migration. I will show that radical conversions implies new simplified conceptions of world spaces, but migration in a war situation implies much more violent conceptions of physical and symbolic spaces imagined and lived by jihadis.

Ash-Shahada with a click. Conversions to Islam on the web

Khalid Rhazzali. Labrel, Padoue University

The plurality of traditions that arose throughout the history of Islam is now evolving on the web. The web becomes the most important driver of the so called globalized Islam. The phenomenon of conversions that occurs on and through the web represents the outcome of this process of globalization, producing an Islam that overcomes its traditional cultural boundaries. In the past few years, especially since September 11, and after the events that occurred in Paris, the media attached an increasing attention to the role of the web in the dissemination of Islamic extremism. This leads to the prevalence on the web of the image of an Islam inspired by Jihadist and terrorist ideas, and therefore the phenomenon of online conversions has mainly been interpreted in this perspective. In fact, as for other major religions, even for Islam one is confronted with an extremely wide and varied offer on the web: from merely theological information managed by institutional centers, to preaching and proposing new authority figures and religious guides. From a netnographic angle, which focused on various websites and social networks which discuss or propose a defined shape toward conversion to Islam, the intervention will focus on the interaction that takes place in the communication surrounding the potential conversion of an individual that decides to rely on the web and on those that offer advice and guidance through it, concentrating specifically on analyzing the specific communicational strategies and discursive styles used on the web, and the link that is established between these and the Islamic theological heritage, and between these and Western culture, from which potential converts are assumed to originate.

New itineraries of conversion to Islam: between urban marginalization and seduction of the Califate

Stefano Allievi. Labrel, Padoue University

In this paper I will make some considerations on the conversion to Islam of young and very young people, particularly in the urban context. These conversions can lead to very differentiated paths, from the engagement in Islamic organizations at the local level to trajectories of radicalization.

Groupement d’intérêt scientifique Moyen-Orient et Mondes musulmans

Le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans du CNRS est heureux de vous présenter son site web à l’adresse suivante : http://majlis-remomm.fr

Le GIS été créé au 1er janvier 2013. Il a vocation à fédérer l’ensemble des équipes de recherche françaises qui travaillent sur ce champ, dans toutes les disciplines concernées.

Dans cette perspective, le GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans est partenaire de l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman) et des autres GIS « aires culturelles » concernés : le GIS Asie et le GIS études africaines en France.

Ce site comprend les rubriques suivantes : partenaires du GIS, associations, bibliothèques, formations, revues, un annuaire des chercheurs, l’état de la recherche en France (Livre blanc, thèses en cours et soutenues, ERC/ANR, etc), le Congrès du GIS et le bulletin de l’IISMM.

Plusieurs chercheurs de l’ANR participent au GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans.

momm_logo_coul

Michèle Baussant : à propos d’un terrain en Israël

Le terrain sur les juifs égyptiens, à Alexandrie et au Caire, est devenu difficile. Plusieurs articles ont fait récemment état du nombre de juifs demeurant en Egypte – qui ne tient pas compte de la descendance -, dont un publié par Al Ahram et un autre par Times of Israël.

J’ai donc décidé d’effectuer un terrain de courte durée en Israël, principalement à Jérusalem et Tel Aviv, du 3 septembre au 10 septembre inclus.

Au cours de ce terrain, j’ai pu mener trois entretiens auprès de personnes nées en Egypte et installées en Israël en 1948 ou plus récemment. J’ai également rencontré un spécialiste du dialecte arabe et de la culture des Juifs dans l’Egypte moderne, professeur de l’Université Hébraïque de Jérusalem, et deux personnes avec qui j’ai eu déjà l’occasion soit de mener un entretien, soit de travailler autour des questions coloniales et postcoloniales et des Juifs des pays arabes.

La lecture d’un article d’Haaretz, « Umm Kulthum in the men’s section« , relatant l’existence d’un mouvement introduisant dans les poèmes hébreux liturgiques, les cantiques (piyoutim) et les hazanout (art vocal développé par les ‘Hazanim (chantres) chargés de diriger les offices religieux), les chansons populaires entre autres d’Umm Kulthum, de Farid al Atrach, Daoud Hosni, Zakaria Ahmed et Mohammed Abdel Wahab, m’a conduite à rechercher la ou les synagogues à Jérusalem, notamment dans les quartiers de Bukharan et de Nahlaot où une tradition « Sepharade Jerusalemite » a émergé. L’auteur de l’article, A. Behar fait ainsi référence aux nombreux morceaux en hébreu de rite égyptien, chanté par Moshe Haboucha, dont la famille est originaire d’Irak. Certains ont été mis en ligne et d’autres  en arabe également. Il semble que cette tradition soit également suivie aux Etats-Unis où M. Haboucha a été invité, en particulier à la synagogue égyptienne de Brooklyn par Ahava Ve Ahba, congrégation fondée 1979, dans le cadre du Seder Tawhid de Pessah, célébrant la sortie d’Egypte. Ce rituel, qui se tient la nuit du Rosh Hodesh Nissan, commence par la lecture du sacrifice de Pâque, le Parashat hahodesh hazeh lachem, à laquelle sont ajoutés des psaumes.

Etant donné l’importante activité de cette synagogue et la communauté qu’elle rassemble, le maintien et la revivification qu’elle assure de certaines traditions égyptiennes, elle pourrait faire l’objet d’un terrain particulièrement intéressant, ainsi qu’il me l’a été indiqué lors de mon terrain par un de mes interlocuteurs.

Porter attention aux Karaim

J’ai été également orientée, au cours de ce séjour, vers un second terrain, cette fois-ci en Israël, auprès des Karaim. On ne connait pas précisément l’origine des Karaim, qui seraient soit issus d’une secte établie à Bagdad au VIIIe siècle, soit d’une branche saducéenne qui a survécu à la destruction du temple et qui précède l’arrivée des Arabes en Égypte. Les Karaim n’adhèrent qu’à la Loi écrite (le Tanakh hébraïque) comme seule loi religieuse et ne reconnaissent pas l’autorité de la tradition postbiblique incorporée dans le Talmud et les écrits rabbiniques. Ils rejettent tout enseignement rabbinique qui place le Talmud au même niveau que la Torah.

KaraiteSynnagogOldCity By Shmuliko (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons
KaraiteSynnagogOldCity By Shmuliko (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons
Au Caire, ils vivaient dans différents quartiers – ‘Abbasiyah, Ghamrah, Sakakini, Al-Daher Heliopolis, Hilwan ou encore Zamalek en fonction de leur niveau social. Ils exerçaient des professions d’artisanat spécialisé, comme menuisier, tailleur, graveur ou joailliers et composaient une minorité face aux Rabbanites, qui suivent la tradition rabbinique incluant les lois écrites et orales. Un petit groupe existait également à Alexandrie. En 1927, selon J-F Fau et F. Abecassis (1992), cette communauté, qui a été étudiée en particulier par J.F Fau (2000), E.Trevisan-Semi (1992) et Mourad el Kodsi (1987), comportait 1 848 étrangers, surtout russes et syriens, et 2 659 égyptiens.

Selon le Tanakh, ils suivent une filiation patrilinéaire. Ils sont en général opposés aux Rabbanites dans la littérature: décrits comme ancrés dans le pays depuis plusieurs siècles, on leur reproche la ressemblance de certaines de leurs pratiques (entrée dans la synogogue pieds déchaussés, prosternation lors de la prière, abstention de vin, etc…), approches (rapport direct entre le fidèle et Dieu, entre le fidèle et le texte sacré) et composition dans les textes, avec l’islam.

En Israël, ils seraient aujourd’hui plusieurs milliers, originaires d’Egypte et d’Irak, et l’on compterait 12 synagogues ou kenessas et 10 oratoires, à Ramlah, Ashdod, Beer Shva, Ofakim, Kiryat Gat, Rishon Lezion, Bat Yam, Arad, Jérusalem, Beit Ezra et Renan. Le Hakham al-Akbar (grand rabbin karaïte) Moshe Ben Yosef, siège à Ramlah. La communauté est structurée autour du « HaYahadut HaQara’it Ha‘Olamit », le Judaïsme Karaïte Universel. Elle est représentée au sein de l’Etat par le conseil religieux du judaïsme karaïte. Ses activités religieuses sont reconnues par le gouvernement. Une autre communauté, sur laquelle un documentaire a été réalisé, est installée à San Francisco. La congrégation B’nai Israel KJA est l’unique synagogue karaïte aux Etats-Unis. Elle se trouve aussi en Californie, à Daly City. Depuis 2007, des conversions sont organisées par le Beth Din karaïte en Israël et la Karaïte Jewish University, centre formation pour apprendre le judaïsme karaïte et ses pratiques.

La poursuite de mon terrain dans une ou plusieurs de ces directions, autour des juifs d’Egypte, de tradition karaïte ou rabbanite – les Karaim en Israël et aux USA, les synagogues de tradition sépharade jérusalémite et les lieux où l’on enseigne la musique du Moyen-Orient et les piyutim (notamment à la Musrara School of Eastern Music à Jerusalem), et la congrégation d’Ahava Ve Ahba – devrait permettre de mieux comprendre comment se redéfinit une identité religieuse juive égyptienne particulière en contexte migratoire, en fonction des conditions sociales et historiques propres à chaque pays d’installation. Dans tous ces cas, il s’agira d’explorer en particulier comment l’utilisation d’un répertoire religieux musical en arabe peut être ou non mobilisée non seulement pour exprimer de manière acceptable et « légitime » la spécificité d’un judaïsme reconnu et/ou considéré aujourd’hui comme égyptien, mais aussi pour transmettre des valeurs, des représentations ou encore revendiquer un lien à l’Egypte, à une culture arabe conçue comme non contradictoire avec une identité israélienne et /ou juive.

La « judéité » et la « culture arabe »

Ce travail me conduit également à creuser la question de l’usage de l’arabe égyptien et du judéo-arabe, qui renvoie ici à une problématique centrale autour du judaïsme et de la judéité dans ses articulations ou ses démarcations avec l’égyptianité et la « culture arabe », ensemble qu’il s’agira de mieux définir à la lumière du terrain, sur le long terme, en Egypte puis en Israël. Le terrain en Israël me permet ici d’interroger non seulement les évolutions de ce lien mais aussi les modes d’interaction et d’interpénétration, dans les pratiques et par-delà parfois les discours, entre ces deux sphères, en situation migratoire et dans un rapport politique et social très différent – soit la place du judaïsme et des pratiques culturelles juives dans la culture arabe israélienne et inversement, la place de la « culture arabe » et égyptienne dans le judaïsme et la judéité (cet extrait de la cérémonie d’inauguration à Jérusalem par le Maire Nir Barkat en 2012, d’une rue à Beit Hanina à Jérusalem témoigne pour partie de ces liens).

Umm Kulthum reste très populaire en Israël, même si elle a été aussi un symbole du mouvement nationaliste arabe au XXe siècle. Les propos sur la connaissance du Maqam chez les chanteurs juifs orientaux, de Nasreen Qadri, qui a gagné en 2012 un concours de chant télévisé peuvent également illustrer certains de ces croisements). En m’intéressant aux notions d’égyptianité et d’arabité dans leurs relations avec les conceptions de la judéité et du judaïsme, telles qu’elles peuvent se décliner en Israël (et en diaspora), j’envisage ainsi d’analyser les formes multiples et performatives par lesquelles les individus peuvent continuer d’associer, de faire vivre et évoluer, pour partie hors du politique, deux « identités » que beaucoup déclarent dans le même temps inconciliables.

Deuxième réunion plénière de l’ANR Cirelanmed (Rabat)

Les chercheurs de l’ANR CIRELANMED se sont retrouvés à Rabat pour la deuxième réunion plénière du programme. Les débats ont été très enrichissants et soutenus.

Nous tenons à remercier l’ensemble des participants, des invités, ainsi que le Centre Jacques Berque pour l’accueil.

Programme de la rencontre

Vendredi 28 novembre 2014

Matin (9h30-12h30) Présidence : Vincenzo Pace

  • Ouverture de la rencontre (K. Boissevain)
  • Point sur l’avancement des recherches et des travaux et des recherches (L. Le Pape, K. Boissevain)
  • Annalisa Butticci : African Pentecostalism in Italy. Mobility, Vulnerability and Charisma.
  • Farid El-Asri : Former à l’islam en Méditerranée : autorité et leadership religieux en reconstruction.
  • Aziz Hloua : Les convertis au soufisme : les privilèges et les contraintes d’une catégorie d’immigrés. Cas de la zawiya Qadiriya-Boutchichiya au Maroc.

Après midi (14h-16h30) Présidence : Khalid Mouna

  • Julie Picard : Églises de migrants africains à Toulouse : quels ancrages symboliques et territoriaux ?
  • Vincenzo Pace : Achille et la tortue. Le néo-pentecôtisme de troisième génération en concurrence avec l’islam ?
  • Nora Demarchi : Les pèlerinages de Cuney et Saint Besse : ethnographie d’une religiosité locale.
  • Intervention de Baudouin Dupret, directeur du CJB

Samedi 29 novembre 2014

Matin (10h-12h30) Présidence : Julie Picard

  • Sophie Bava : Formation religieuse et migration africaine. Observations autour de la création d’un espace de formation chrétien à Rabat et de sa réception par la société marocaine.
  • Karima Dirèche : Suivre les itinéraires de formation des pasteurs néo-évangéliques (méthodistes et pentecôtistes) algériens : entre opacité et éléments de langage
  • Khalid Rhazzali : Aide en direct 24h/24. La conversion à l’islam en ligne.

Après-midi (14h-17h) Présidence : Katia Boissevain

  • Stefano Allievi : Nouvelles trajectoires de conversions à l’islam, entre marginalisation urbaine et séduction du califat.
  • Katia Boissevain : Conversions au protestantisme évangélique au Maghreb : construire une comparaison. Quand le terrain s’en mêle (Tunisie-Maroc).
  • Loïc Le Pape : Enquêter sur les croyances religieuses des migrants chinois en Algérie. Comment observer la ségrégation ?
  • Discussion générale sur les perspectives – projets à venir

Le tourisme religieux en Europe, Colloque Eurethno

Une partie de l’équipe de Cirelanmed  (Katia BoissevainNora Demarchi et   André Julliard) a participé au 28ème colloque du réseau Eurethno, un réseau membre de la Fédération Européenne des Réseaux de Coopération Scientifique et Technique.

Le colloque a eu lieu à Pérouse, Italie, et à mobilisé des chercheurs francophones de toute l’Europe.

Voir le programme de la manifestation (en PDF) et la présentation du colloque ci-dessous :

Italie - Perrugia by fblicks on Flickr

Italie – Perrugia by fblicks on Flickr

 

Continuer la lecture de Le tourisme religieux en Europe, Colloque Eurethno

Tourisme religieux et pèlerinages dans le monde arabe et musulman (WOCMES 2014)

Katia Boissevain a récemment participé au quatrième Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient” (WOCMES) à Ankara en dirigeant un atelier intitulé : Tourisme religieux et pèlerinages dans le monde arabe et musulman : enjeux multiples.

Quatre personnes composaient le panel :

  • Katia Boissevain, CNRS, Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative, Université Aix-Marseille, Aix-en-Provence, France
  • Justin Mc Guinness, American University in Paris, Department of communication, Paris, France
  • Norig Neveu, Ehess, Centre de recherches historiques, Paris, France
  • Michel Boivin, CNRS, Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du sud à l’Ehess, Paris, France

Présentation de l’atelier

Continuer la lecture de Tourisme religieux et pèlerinages dans le monde arabe et musulman (WOCMES 2014)

Présentation courte du programme Cirelanmed

Le programme s’intitule Circulations religieuses et ancrages méditerranéens. États et internationalisation des faits religieux contemporains. Europe du Sud, Maghreb, Moyen-Orient (ANR-12-TMED-0002-01 ; Juin 2013-Juin 2016) et il est dirigé par Katia Boissevain, chargée de recherche au CNRS.

Présentation générale du programme

1. Enjeux et objectifs

Dans un contexte de pluralisation du religieux, de labilité des identités religieuses et d’hybridation des pratiques, les États doivent adapter leurs cadres d’action avec des outils plus ou moins appropriés. La plus grande circulation religieuse est devenue source de tensions, d’affrontements et d’enjeux politiques.

Les questions religieuses apparaissent aussi centrales dans l’évolution politique des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, puisqu’elles se situent au premier plan des choix que les sociétés doivent opérer après les soulèvements populaires de 2011.

Ces évolutions ont des implications sur les questions d’individuation de soi, d’émancipation du groupe social, d’entretien du lien avec le pays d’origine dans le cas de migration internationale, de repositionnement identitaire.

Méthodes et approches : SHS, pluridisciplinarité et immersion

Le projet est motivé par trois positionnements forts :

  1. Une enquête comparative et multi-située due à la nécessité de penser les deux rives de la Méditerranée conjointement, dans une perspective résolument interdisciplinaire, attentive à la diversité des contextes et à la place centrale qu’occupent les religions dans les mobilisations et mouvements actuels.
  2. La nécessité de faire intervenir des chercheurs qui ont une connaissance intime de leurs terrains, pratiquant la langue et connaissant les enjeux locaux.
  3. La volonté de démontrer la complexité et la variété des modes de circulations religieuses et étudier comment elles  participent toutes à ancrer de nouvelles formes religieuses dans le paysage religieux méditerranéen.

Démarche suivie et moyens associés :

  • Équipe pluridisciplinaire : anthropologie, sociologie, géographie, histoire, science-politique
  • Enquêtes de terrain qualitatives en immersion

Pays étudiés : France, Italie, Bosnie, Roumanie, Grèce, Turquie, Israël, Égypte, Tunisie, Algérie, Maroc.

Perspectives

Les questions religieuses apparaissent centrales dans l’évolution politique des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, puisqu’elles se situent au premier plan des choix que les sociétés doivent opérer après les soulèvements populaires de 2011. Les travaux engagés au Maghreb sur les questions de libertés religieuses contribueront à une meilleure compréhension des implications politiques du pluralisme religieux dans les pays à majorité musulmane.

Ce projet vise donc à saisir ces processus dans un contexte particulier : une crise systémique au Nord qui pose in fine la question d’identités religieuses héritées face à de nouvelles croyances qui se sont implantées et des évolutions socio-politiques majeures au Sud, qui posent également la question des identités traditionnelles face à des revendications plurielles. Au Nord comme au Sud, ces questions interrogent les États qui répondent à ces phénomènes de pluralisme en fonction de leurs histoires propres.

CIRELANMED

Carnet d’ANR : présentation des axes, de l’équipe et des travaux menés dans le cadre du projet

Présentation vidéo du programme

Dans le cadre du programme  ANR TRANSMED (dont notre recherche fait partie), Katia Boissevain, responsable scientifique de l’ANR CIRELANMED a présenté la genèse du programme. Cette présentation a eu lieu lors du séminaire « Enjeux et perspectives des Recherches transméditerranéeennes » – 19 et 20 septembre 2013 – Agropolis International, Montpellier, France organisé par l´Agence Nationale de la Recherche (ANR) et Agropolis International.

Après une présentation rapide du programme, Katia revient sur l’organisation interne (axes de recherches, workpakages), sur les résultats attendus et sur les difficultés de mise en place du programme.

En voici la vidéo (durée : 17’59)

Il est également possible de télécharger la présentation utilisée (au format PDF).