Archives de catégorie : Axe 1 : Internationalisation de la formation religieuse et socialisation

Khalid Rhazzali : socio-anthropologie de la prison en Tunisie

Khalid1Les activités qui se sont déroulées au cours du séjour effectué en Tunisie du 09/02/2016 au 27/02/2016 s’inscrivent dans le cadre d’un cycle de recherche que j’ai initié au cours de l’année passée. Ce cycle cherche à créer une base de connaissances autour des formes que prend le fait religieux dans l’espace carcéral, afin de réaliser une comparaison entre la réalité des prisons des pays européens et des pays de tradition islamique du pourtour méditerranéen. Le rôle de la religion au sein des institutions carcérales européennes est traditionnellement et juridiquement reconnu. Au cours des quinze dernières années, les recherches sur la question sont allées croissant, et elles ont souvent été stimulées par l’évolution et la mutation de la composition culturelle et religieuse de la population carcérale. Ces transformations font suite aux phénomènes migratoires et font dans de nombreux cas l’objet d’analyses concentrées sur le thème de la présence musulmane. Dans les pays musulmans, en revanche, il semble que la religion n’ait pas eu un rôle explicitement défini. A la suite des réformes entreprises au cours des dernières années, après ce que l’on a appelé les Printemps Arabes, la religion a commencé à se proposer comme un objet du débat public, médiatique et politique. Cependant, la communauté scientifique ne s’est pas penchée sur cette question. En prêtant attention à certains des plus importants processus de transformation en cours dans l’ensemble méditerranéen, et particulièrement du point de vue de la religion, l’on constate qu’il est aujourd’hui devenu essentiel de connecter à l’intérieur d’un unique ensemble de connaissances des réalités qui, jusqu’à récemment, étaient séparées et ne communiquaient pas entre elles. Ainsi, il devient essentiel de comprendre comment les lectures comparatistes sont désormais la condition sine qua non d’une lecture adéquate du phénomène d’internationalisation du fait religieux et de la circulation des problèmes et des stratégies dans le contexte étudié. La société tunisienne est marquée par une spécificité qui en fait un terrain d’enquête extrêmement intéressant, elle est largement plus sécularisée que les sociétés des pays voisins. Dans cette configuration, la question de savoir quel rôle tiendra la religion islamique dans le système carcéral émerge inévitablement. Je me suis intéressé en particulier à la formation, à l’assistance, et aux espaces de socialisation religieux destinés aux détenus et aux acteurs – qu’ils soient ou non institutionnels – impliqués dans l’organisation du culte.

Dans ce but, deux après-midis (d’une durée de quatre heures chacune) ont été consacrées à l’ethnographie dans un quartier qui abrite le siège d’une association islamique (fermée pour des motifs politiques) ainsi que l’un de ses sièges d’exploitation ; à cela s’ajoutent trois entretiens ethnographiques, neuf entretiens en profondeur et deux focus groups. Continuer la lecture de Khalid Rhazzali : socio-anthropologie de la prison en Tunisie

Nazarena Lanza : Être un « saint » aujourd’hui. La baraka expliquée par des descendants de cheikh Ahmed Tijani

Nazarena Lanza a effectué une mission de deux mois à Rabat (Maroc) dans le cadre du programme CIRELANMED. Voici quelques une de ses notes de terrain.

Sainteté et baraka dans le monde musulman

Une énorme bibliographie existe sur les notions de sainteté et de baraka dans le monde musulman, au point que le jeune chercheur se trouve facilement noyé dans ce flux d’informations. J’étais l’un de ces chercheurs lorsque, il y a cinq ans, j’ai commencé mon parcours de thèse sur la Tijaniyya et ses pèlerins entre le Sénégal et le Maroc. Continuer la lecture de Nazarena Lanza : Être un « saint » aujourd’hui. La baraka expliquée par des descendants de cheikh Ahmed Tijani

Sophie Bava : Migrations africaines et dynamiques religieuses au Maroc

Migrations africaines et dynamiques religieuses au Maroc. Observations autour de la création d’un espace de formation chrétien.

Par Sophie Bava, anthropologue à l’IRD-LPED. En accueil au LEPOSHS-UIR, Maroc.

Anthropologue, j’ai construit au gré de mes recherches une « anthropologie religieuse du mouvement » en croisant les migrations africaines et les dynamiques religieuses issues de ces mobilités entre l’Afrique subsaharienne et le monde arabe. Je ne suis par contre pas spécialiste du christianisme puisque mes travaux ont d’abord porté sur l’islam, le mouridisme dans la migration africaine, les constructions religieuses des migrants africains au Caire, puis sur la formation religieuse des étudiants africains à Al Azhar. C’est sur le terrain Egyptien que j’ai découvert la question chrétienne en migration. Continuer la lecture de Sophie Bava : Migrations africaines et dynamiques religieuses au Maroc

Marie-Laure Boursin : compte rendu de terrain en Bulgarie

Par le prisme des circulations, je me propose d’étudier, dans le cadre du programme Cirelanmed, les enjeux identitaires et les dynamiques religieuses pour les minorités musulmanes de Bulgarie et de Grèce ainsi que les liens qu’elles entretiennent avec la Turquie. Il s’agit à partir de ce contexte balkanique – qui a connu une histoire mouvementée – d’aborder les transformations sociales, politiques et religieuses au travers du cas du hatim[1]. Organisé par les institutions religieuses (écoles coraniques, mosquées), ce rituel célèbre la première lecture complète du Coran d’un individu. L’approche par des « unités culturelles en communication » (Cuisenier, 2003, p. 95), c’est-à-dire le lien qu’entretiennent les minorités musulmanes de Bulgarie, et nous le verrons aussi celles de Grèce, avec l’État, mais aussi entre elles et avec leur voisin turc, permettrait un comparatisme à « bonne distance ». Continuer la lecture de Marie-Laure Boursin : compte rendu de terrain en Bulgarie

Compte-rendu de terrain – Toulouse (juin à novembre 2014)

Par Julie Picard

Après avoir effectué plusieurs terrains au Caire dans le cadre de ma thèse de doctorat en géographie, mes recherches se sont progressivement réorientées en France (du fait aussi de mes missions confiées en tant qu’ATER à l’Université de Toulouse II Jean-Jaurès).

Mes constats précédents, mon appartenance au programme ANR Cirelanmed, ainsi qu’au programme (LabEx SMS) Mirecom (« Migrations, Religion, Commerce », coordonné par Lucine Endelstein, LISST-CIEU), m’ont incitée à m’intéresser aux migrants « africains » installés récemment dans la métropole toulousaine. Toulouse, sur la rive nord de la Méditerranée, a jusqu’ici fait l’objet de peu d’études concernant les groupes migrants africains, notamment chrétiens. Mon objectif est d’analyser des processus d’installation durable en ville, toujours par le prisme des sphères chrétiennes, notamment protestantes évangéliques.  En outre, au-delà de l’étude de la répartition de la pluralité religieuse dans les paysages urbains, mon approche se veut également : multiscalaire / réticulaire (du local au transnational), « par le bas » (réseaux chrétiens de migrants) et « par le haut » (réseaux des institutions religieuses).

Au sein de la ville rose, un premier quartier a retenu mon attention : celui de Bayard/Belfort, à proximité de la gare Matabiau et un second : celui de Saint-Cyprien, sur la rive gauche de la Garonne. Des rencontres et prises de rendez-vous ont donné lieu à quelques entretiens, avec le responsable de l’Amicale du Nid (association d’aide aux prostituées, implantée dans le quartier Bayard), avec les responsables de CRICAO (association pour le soutien des artistes et le dialogue interculturel, située à Saint-Cyprien) et avec des étudiants étrangers (une Nigériane, deux Somaliens et un Congolais de RDC) de l’association Parole Expression (association d’aide et d’enseignement du français aux étranger, dans le quartier des Minimes).  J’ai pu retracer quelques parcours migratoires, plus ou moins complexes, me familiariser avec les quartiers d’habitation des migrants africains récemment arrivés (souvent situés en banlieue sud, desservie par la ligne A du métro : Bagatelle, Le Mirail, Basso Cambo, Fontaine Lestang…), comme j’ai pu identifier un certain nombre d’acteurs / organisations référents, devenus des repères importants pour certains migrants.

Le quartier de Saint-Cyprien est réputé pour ses ancrages cosmopolites et notamment africains. Une rue, la rue de la République concentre un très grand nombre de salons de coiffure « afro », des épiceries / commerces alimentaires spécialisés. A partir de leur seule vitrine ou même des murs de la rue, j’ai repéré à force d’observations et de passages répétés à différents moments de la semaine et de la journée, plusieurs affiches ou flyers, informant de réunions religieuses en différents endroits de la ville. Grâce aux adresses postales, virtuelles (pages Facebook), et aux toponymes des groupes religieux, j’ai pu « tirer les fils » et entrer en contact via Internet avec des pasteurs d’origine subsaharienne.

Julie1
photo 1. Commerce alimentaire à Saint-Cyprien, « La Gloire de Dieu »
Julie2
photo 2. Affiches annonçant le prochain culte du Centre Chrétien de Réveil, à Toulouse

J’ai assisté à deux cultes protestants évangéliques près du quartier de Lardenne (au nord de Toulouse, à proximité du périphérique, de l’hôpital Purpan et de l’aéroport de Blagnac). La forme des lieux occupés par ces Églises a particulièrement retenu mon attention.

La première Église était une Église transnationale, créée à la fin des années 1980, dont l’Eglise-mère est implantée à Kinshasa (le Ministère Chrétien du Combat Spirituel). Elle a trouvé des locaux en rez-de-chaussée, sur un parking, au sein de la zone industrielle et du parc d’activités de Purpan. Cette salle est disponible toute la semaine et peut accueillir jusqu’à 150 personnes.

La seconde Église est une Église indépendante, créée par un Gabonnais, issu d’une famille catholique, installé en France depuis 2003 et marié à une Guadeloupéenne (les origines des quelques fidèles présents étaient d’ailleurs plus diversifiées : Antilles, Côte d’Ivoire, Bénin, mais aussi Brésil et Espagne). Il a suivi une formation française par correspondance pour devenir pasteur et a également fondé en parallèle son école de disciples. Il se rend régulièrement au Maroc, où il a des contacts avec d’autres écoles bibliques africaines. Aujourd’hui, il loue temporairement une petite salle, chaque dimanche, au Centre des services évangéliques et protestants de Toulouse. Le quartier est en réalité une cité-jardin, qui a accueilli des réfugiés républicains espagnols lors de la guerre civile de 1936. La majorité des logements sont aujourd’hui gérés par le bailleur social Habitat Toulouse et les locaux du Centre des services évangéliques et protestants (« couveuses d’Églises ») auraient été rachetés par un groupe américain (Bible Centered Ministries International) dans le but d’aider à « démarrer » différentes Églises évangéliques à Toulouse.

Ces premiers terrains m’ont permis d’identifier différentes formes d’ancrages religieux chrétiens africains à Toulouse : par l’affichage mural urbain, par les lieux de culte (bâtiments officiels ou non), des formes virtuelles, spirituelles et rituelles (les eaux de la Garonne servent aux baptêmes de nouveaux convertis par exemple). J’envisage d’approfondir ces enquêtes et notamment de suivre le parcours de cette seconde Église, puisqu’elle négocie aujourd’hui de nouveaux locaux, toujours en périphérie toulousaine, qu’elle pourrait a priori occuper à temps complet.

photo 3. Le Capitole, en arrière-plan d’une affiche annonçant une prochaine réunion du Centre Chrétien de Réveil
photo 3. Le Capitole, en arrière-plan d’une affiche annonçant une prochaine réunion du Centre Chrétien de Réveil

Groupement d’intérêt scientifique Moyen-Orient et Mondes musulmans

Le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans du CNRS est heureux de vous présenter son site web à l’adresse suivante : http://majlis-remomm.fr

Le GIS été créé au 1er janvier 2013. Il a vocation à fédérer l’ensemble des équipes de recherche françaises qui travaillent sur ce champ, dans toutes les disciplines concernées.

Dans cette perspective, le GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans est partenaire de l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman) et des autres GIS « aires culturelles » concernés : le GIS Asie et le GIS études africaines en France.

Ce site comprend les rubriques suivantes : partenaires du GIS, associations, bibliothèques, formations, revues, un annuaire des chercheurs, l’état de la recherche en France (Livre blanc, thèses en cours et soutenues, ERC/ANR, etc), le Congrès du GIS et le bulletin de l’IISMM.

Plusieurs chercheurs de l’ANR participent au GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans.

momm_logo_coul

Deuxième réunion plénière de l’ANR Cirelanmed (Rabat)

Les chercheurs de l’ANR CIRELANMED se sont retrouvés à Rabat pour la deuxième réunion plénière du programme. Les débats ont été très enrichissants et soutenus.

Nous tenons à remercier l’ensemble des participants, des invités, ainsi que le Centre Jacques Berque pour l’accueil.

Programme de la rencontre

Vendredi 28 novembre 2014

Matin (9h30-12h30) Présidence : Vincenzo Pace

  • Ouverture de la rencontre (K. Boissevain)
  • Point sur l’avancement des recherches et des travaux et des recherches (L. Le Pape, K. Boissevain)
  • Annalisa Butticci : African Pentecostalism in Italy. Mobility, Vulnerability and Charisma.
  • Farid El-Asri : Former à l’islam en Méditerranée : autorité et leadership religieux en reconstruction.
  • Aziz Hloua : Les convertis au soufisme : les privilèges et les contraintes d’une catégorie d’immigrés. Cas de la zawiya Qadiriya-Boutchichiya au Maroc.

Après midi (14h-16h30) Présidence : Khalid Mouna

  • Julie Picard : Églises de migrants africains à Toulouse : quels ancrages symboliques et territoriaux ?
  • Vincenzo Pace : Achille et la tortue. Le néo-pentecôtisme de troisième génération en concurrence avec l’islam ?
  • Nora Demarchi : Les pèlerinages de Cuney et Saint Besse : ethnographie d’une religiosité locale.
  • Intervention de Baudouin Dupret, directeur du CJB

Samedi 29 novembre 2014

Matin (10h-12h30) Présidence : Julie Picard

  • Sophie Bava : Formation religieuse et migration africaine. Observations autour de la création d’un espace de formation chrétien à Rabat et de sa réception par la société marocaine.
  • Karima Dirèche : Suivre les itinéraires de formation des pasteurs néo-évangéliques (méthodistes et pentecôtistes) algériens : entre opacité et éléments de langage
  • Khalid Rhazzali : Aide en direct 24h/24. La conversion à l’islam en ligne.

Après-midi (14h-17h) Présidence : Katia Boissevain

  • Stefano Allievi : Nouvelles trajectoires de conversions à l’islam, entre marginalisation urbaine et séduction du califat.
  • Katia Boissevain : Conversions au protestantisme évangélique au Maghreb : construire une comparaison. Quand le terrain s’en mêle (Tunisie-Maroc).
  • Loïc Le Pape : Enquêter sur les croyances religieuses des migrants chinois en Algérie. Comment observer la ségrégation ?
  • Discussion générale sur les perspectives – projets à venir

Katia Boissevain : compte rendu de terrain à Fez (Maroc)

Ce séjour de recherche au Maroc est le second d’une série qui tente de construire une comparaison entre les modalités de conversions au Protestantisme évangélique en Tunisie et au Maroc. Plus précisément, les deux recherches visent à mettre au jour les dynamiques de formations religieuses et les voyages d’études nécessaires telles qu’elles existent pour former les pasteurs et les diacres.

Bien entendu, pour ce faire, il faut avoir une vision claire de la présence chrétienne dans ces deux pays du Maghreb, de son histoire et de ses différents enjeux (Karima Dirèche travaille sur l’Algérie). En Tunisie comme au Maroc, les communautés historiques de chrétiens, c’est-à-dire les européens et occidentaux, soit anciennement installés, soit plus récemment expatriés, doivent désormais cohabiter avec des chrétiens africains, catholiques ou protestants, francophones ou anglophones, professionnels, étudiants ou clandestins, ainsi qu’avec une nouvelle figure, celle du converti (maghrébin) au christianisme. La grande majorité des conversions religieuses en Tunisie comme au Maroc s’opèrent vers le protestantisme évangélique plutôt que vers le catholicisme, pour des raisons historiques et théologiques exposées ailleurs.

Fez, un choix de décentrement fructueux

Continuer la lecture de Katia Boissevain : compte rendu de terrain à Fez (Maroc)

Karima Dirèche

Voir sa page personnelle sur le site de l’IRMC

Situation actuelle :

  • Directrice de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis)
  • CR1 CNRS à Telemme, MMSH Aix-en-Provence depuis 2005

Diplômes : doctorat d’histoire contemporaine (Université de Provence, 1992) et agrégation d’histoire (1996)

Continuer la lecture de Karima Dirèche

Mohammed Khalid Rhazzali

Lien vers sa page personnelle sur le site de l’Université de Padoue

Situation actuelle : enseignant à l’Université de Padoue

Diplômes :

  • Doctorat de l’Université de Padoue (Italie) et de l’EHESS (France)

Activités scientifiques :

  • Enseignant à l’Université de Padoue
  • Responsable du master européen d’études interculturelles
  • Consultant et formateur indépendant

Principales publications :

  • M. K. Rhazzali, L’islam in carcere. L’esperienza religiosa dei giovani musulmani nelle prigioni italiane, FrancoAngeli, Milano, 2010.
  • M. K. Rhazzali, I sintomo delle seconde generazioni, in « Cittadinanza a punti, Esodo, n. 1, 2010.
  • M. K. Rhazzali, I facilitatori tra cultura ed intercultura. Ricerca-intervento nella pratica interculturale, in Vincenzo Romania e Adriano Zamperini, a cura di, La città interculturale, Francoangeli, Milano, 2009
  • V. Schivinato, K. M. Rhazzali, D. Soru, I. Giuriolo, G. Mantovani, Accesso e comunicazione agli sportelli di servizio pubblico. Un’indagine nel territorio padovano, Progetto Ateneo, Costruzione di un centro interculturale, Dipartimento di Psicologia Generale,Università degli studi di Padova, Padova, 2008
  • K. M. Rhazzali, Le seconde generazioni sulla soglia, in « Generazioni alla Seconda », Trickster, Rivista del Master in Studi interculturali, n. 6, Padova, 2008.
  • A. Brandalise, A. Celli, M. K. Rhazzali, E. Sartori, Il multilinguismo nella migrazione, in G. Mantovani, a cura di, Intercultura e Mediazione, Carocci, Roma, 2008
  • P. Bevilaqua, M. K. Rhazzali, C. Saint Blancat, Il cibo come contaminazione: tra indifferenza ed attrazione, interazioni nei kebab padovani e trevigiana, in F. Neresini e V. Rettore, a cura di, Cibo, cultura e identità, Carrocci, 2008

Vincenzo Pace

Lien vers sa page personnelle sur le site de l’Université de Padoue

Situation actuelle :  Directeur du Laboratoire Labrel de l’Université de Padoue (Padova).

Diplômes :Doctorat en Droit et Philosophie à l’Université de Padoue.

Autres expériences professionnelles :

Professeur titulaire de Sociologie et de Sociologie de la Religion à l’Université de Padoue, il a été professeur de Sociologie à l’Université de Calabre (1996-97) et de Trieste (1997-99). Il a été Directeur du Département de Sociologie durant sept ans (2000-2005 et 2009-2011) et  Directeur de l’école Doctorale en Sociologie (Communication et Relations Interculturelles) (2000-2003). Il est Directeur du Centre Interdépartemental d’Etudes Interculturelles et membre du Centre d’étude et de recherche sur le droit de l’homme de l’Université de Padoue.

Continuer la lecture de Vincenzo Pace

Annalisa Butticci

Situation actuelle : Researcher Department of Philosophy and Religious Studies

Diplômes :

  • Doctorat en Sociologie et méthodologie des sciences sociales, Université Catholique de Milan (2008) ;
  • Maîtrise de sociologie et sciences politiques, Université de Padoue, Italie (1999)

Continuer la lecture de Annalisa Butticci

Julie Picard

Lien vers son blog personnel

Situation actuelle : ATER à l’Université de Toulouse

Diplômes :

  • Doctorat en géographie à l’EHESS (LISST, Toulouse) : Le Caire des migrants africains chrétiens. Impasse migratoire et citadinités religieuses.
  • Master 2 « Villes, Territoires et Territorialités », Université de Toulouse II Le Mirail.

Continuer la lecture de Julie Picard

Katia Boissevain

Directrice scientifique du programme CIRELANMED

Voir sa page personnelle sur le site de l’IDEMEC (UM7307)

Situation actuelle :

  • CR2 CNRS à l’IDEMEC MMSH Aix-en-Provence depuis 2011.

Diplômes :

  • doctorat d’ethnologie (2003), Univ. Paris X Nanterre .

Activités professionnelles antérieures: 

  • Chercheur contractuel dans le programme de recherche ANR MIGRELI, dirigé par S. Bava (IRD/ LPED) -2009-2010 « Instances religieuses et d’origine confessionnelle sur les routes de la migration africaine » » ;
  • Chercheur contractuel dans le programme de recherche ANR MYSTOU, dirigé par Ch. Pons (CNRS/IDEMEC) 2008-2009 « Un mysticisme pour tous. Conceptions de l’individu et conditions d’implantation des protestantismes évangéliques : Europe, Maghreb, Arctique, Océanie» ; Ces deux programmes ont fourni la base de ces nouveaux terrains sur les conversions de tunisiens au protestantisme évangélique et les rapports entretenus avec les Africains sub-sahariens présents dans le pays.
  • Chercheur associé à l’IDEMEC (2006-2010) ;

Continuer la lecture de Katia Boissevain

Présentation courte du programme Cirelanmed

Le programme s’intitule Circulations religieuses et ancrages méditerranéens. États et internationalisation des faits religieux contemporains. Europe du Sud, Maghreb, Moyen-Orient (ANR-12-TMED-0002-01 ; Juin 2013-Juin 2016) et il est dirigé par Katia Boissevain, chargée de recherche au CNRS.

Présentation générale du programme

1. Enjeux et objectifs

Dans un contexte de pluralisation du religieux, de labilité des identités religieuses et d’hybridation des pratiques, les États doivent adapter leurs cadres d’action avec des outils plus ou moins appropriés. La plus grande circulation religieuse est devenue source de tensions, d’affrontements et d’enjeux politiques.

Les questions religieuses apparaissent aussi centrales dans l’évolution politique des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, puisqu’elles se situent au premier plan des choix que les sociétés doivent opérer après les soulèvements populaires de 2011.

Ces évolutions ont des implications sur les questions d’individuation de soi, d’émancipation du groupe social, d’entretien du lien avec le pays d’origine dans le cas de migration internationale, de repositionnement identitaire.

Méthodes et approches : SHS, pluridisciplinarité et immersion

Le projet est motivé par trois positionnements forts :

  1. Une enquête comparative et multi-située due à la nécessité de penser les deux rives de la Méditerranée conjointement, dans une perspective résolument interdisciplinaire, attentive à la diversité des contextes et à la place centrale qu’occupent les religions dans les mobilisations et mouvements actuels.
  2. La nécessité de faire intervenir des chercheurs qui ont une connaissance intime de leurs terrains, pratiquant la langue et connaissant les enjeux locaux.
  3. La volonté de démontrer la complexité et la variété des modes de circulations religieuses et étudier comment elles  participent toutes à ancrer de nouvelles formes religieuses dans le paysage religieux méditerranéen.

Démarche suivie et moyens associés :

  • Équipe pluridisciplinaire : anthropologie, sociologie, géographie, histoire, science-politique
  • Enquêtes de terrain qualitatives en immersion

Pays étudiés : France, Italie, Bosnie, Roumanie, Grèce, Turquie, Israël, Égypte, Tunisie, Algérie, Maroc.

Perspectives

Les questions religieuses apparaissent centrales dans l’évolution politique des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, puisqu’elles se situent au premier plan des choix que les sociétés doivent opérer après les soulèvements populaires de 2011. Les travaux engagés au Maghreb sur les questions de libertés religieuses contribueront à une meilleure compréhension des implications politiques du pluralisme religieux dans les pays à majorité musulmane.

Ce projet vise donc à saisir ces processus dans un contexte particulier : une crise systémique au Nord qui pose in fine la question d’identités religieuses héritées face à de nouvelles croyances qui se sont implantées et des évolutions socio-politiques majeures au Sud, qui posent également la question des identités traditionnelles face à des revendications plurielles. Au Nord comme au Sud, ces questions interrogent les États qui répondent à ces phénomènes de pluralisme en fonction de leurs histoires propres.