Archives de catégorie : Billets

Marie-Laure Boursin : compte rendu de terrain en Bulgarie

Par le prisme des circulations, je me propose d’étudier, dans le cadre du programme Cirelanmed, les enjeux identitaires et les dynamiques religieuses pour les minorités musulmanes de Bulgarie et de Grèce ainsi que les liens qu’elles entretiennent avec la Turquie. Il s’agit à partir de ce contexte balkanique – qui a connu une histoire mouvementée – d’aborder les transformations sociales, politiques et religieuses au travers du cas du hatim[1]. Organisé par les institutions religieuses (écoles coraniques, mosquées), ce rituel célèbre la première lecture complète du Coran d’un individu. L’approche par des « unités culturelles en communication » (Cuisenier, 2003, p. 95), c’est-à-dire le lien qu’entretiennent les minorités musulmanes de Bulgarie, et nous le verrons aussi celles de Grèce, avec l’État, mais aussi entre elles et avec leur voisin turc, permettrait un comparatisme à « bonne distance ». Continuer la lecture de Marie-Laure Boursin : compte rendu de terrain en Bulgarie

Compte-rendu de terrain – Toulouse (juin à novembre 2014)

Par Julie Picard

Après avoir effectué plusieurs terrains au Caire dans le cadre de ma thèse de doctorat en géographie, mes recherches se sont progressivement réorientées en France (du fait aussi de mes missions confiées en tant qu’ATER à l’Université de Toulouse II Jean-Jaurès).

Mes constats précédents, mon appartenance au programme ANR Cirelanmed, ainsi qu’au programme (LabEx SMS) Mirecom (« Migrations, Religion, Commerce », coordonné par Lucine Endelstein, LISST-CIEU), m’ont incitée à m’intéresser aux migrants « africains » installés récemment dans la métropole toulousaine. Toulouse, sur la rive nord de la Méditerranée, a jusqu’ici fait l’objet de peu d’études concernant les groupes migrants africains, notamment chrétiens. Mon objectif est d’analyser des processus d’installation durable en ville, toujours par le prisme des sphères chrétiennes, notamment protestantes évangéliques.  En outre, au-delà de l’étude de la répartition de la pluralité religieuse dans les paysages urbains, mon approche se veut également : multiscalaire / réticulaire (du local au transnational), « par le bas » (réseaux chrétiens de migrants) et « par le haut » (réseaux des institutions religieuses).

Au sein de la ville rose, un premier quartier a retenu mon attention : celui de Bayard/Belfort, à proximité de la gare Matabiau et un second : celui de Saint-Cyprien, sur la rive gauche de la Garonne. Des rencontres et prises de rendez-vous ont donné lieu à quelques entretiens, avec le responsable de l’Amicale du Nid (association d’aide aux prostituées, implantée dans le quartier Bayard), avec les responsables de CRICAO (association pour le soutien des artistes et le dialogue interculturel, située à Saint-Cyprien) et avec des étudiants étrangers (une Nigériane, deux Somaliens et un Congolais de RDC) de l’association Parole Expression (association d’aide et d’enseignement du français aux étranger, dans le quartier des Minimes).  J’ai pu retracer quelques parcours migratoires, plus ou moins complexes, me familiariser avec les quartiers d’habitation des migrants africains récemment arrivés (souvent situés en banlieue sud, desservie par la ligne A du métro : Bagatelle, Le Mirail, Basso Cambo, Fontaine Lestang…), comme j’ai pu identifier un certain nombre d’acteurs / organisations référents, devenus des repères importants pour certains migrants.

Le quartier de Saint-Cyprien est réputé pour ses ancrages cosmopolites et notamment africains. Une rue, la rue de la République concentre un très grand nombre de salons de coiffure « afro », des épiceries / commerces alimentaires spécialisés. A partir de leur seule vitrine ou même des murs de la rue, j’ai repéré à force d’observations et de passages répétés à différents moments de la semaine et de la journée, plusieurs affiches ou flyers, informant de réunions religieuses en différents endroits de la ville. Grâce aux adresses postales, virtuelles (pages Facebook), et aux toponymes des groupes religieux, j’ai pu « tirer les fils » et entrer en contact via Internet avec des pasteurs d’origine subsaharienne.

Julie1
photo 1. Commerce alimentaire à Saint-Cyprien, « La Gloire de Dieu »
Julie2
photo 2. Affiches annonçant le prochain culte du Centre Chrétien de Réveil, à Toulouse

J’ai assisté à deux cultes protestants évangéliques près du quartier de Lardenne (au nord de Toulouse, à proximité du périphérique, de l’hôpital Purpan et de l’aéroport de Blagnac). La forme des lieux occupés par ces Églises a particulièrement retenu mon attention.

La première Église était une Église transnationale, créée à la fin des années 1980, dont l’Eglise-mère est implantée à Kinshasa (le Ministère Chrétien du Combat Spirituel). Elle a trouvé des locaux en rez-de-chaussée, sur un parking, au sein de la zone industrielle et du parc d’activités de Purpan. Cette salle est disponible toute la semaine et peut accueillir jusqu’à 150 personnes.

La seconde Église est une Église indépendante, créée par un Gabonnais, issu d’une famille catholique, installé en France depuis 2003 et marié à une Guadeloupéenne (les origines des quelques fidèles présents étaient d’ailleurs plus diversifiées : Antilles, Côte d’Ivoire, Bénin, mais aussi Brésil et Espagne). Il a suivi une formation française par correspondance pour devenir pasteur et a également fondé en parallèle son école de disciples. Il se rend régulièrement au Maroc, où il a des contacts avec d’autres écoles bibliques africaines. Aujourd’hui, il loue temporairement une petite salle, chaque dimanche, au Centre des services évangéliques et protestants de Toulouse. Le quartier est en réalité une cité-jardin, qui a accueilli des réfugiés républicains espagnols lors de la guerre civile de 1936. La majorité des logements sont aujourd’hui gérés par le bailleur social Habitat Toulouse et les locaux du Centre des services évangéliques et protestants (« couveuses d’Églises ») auraient été rachetés par un groupe américain (Bible Centered Ministries International) dans le but d’aider à « démarrer » différentes Églises évangéliques à Toulouse.

Ces premiers terrains m’ont permis d’identifier différentes formes d’ancrages religieux chrétiens africains à Toulouse : par l’affichage mural urbain, par les lieux de culte (bâtiments officiels ou non), des formes virtuelles, spirituelles et rituelles (les eaux de la Garonne servent aux baptêmes de nouveaux convertis par exemple). J’envisage d’approfondir ces enquêtes et notamment de suivre le parcours de cette seconde Église, puisqu’elle négocie aujourd’hui de nouveaux locaux, toujours en périphérie toulousaine, qu’elle pourrait a priori occuper à temps complet.

photo 3. Le Capitole, en arrière-plan d’une affiche annonçant une prochaine réunion du Centre Chrétien de Réveil
photo 3. Le Capitole, en arrière-plan d’une affiche annonçant une prochaine réunion du Centre Chrétien de Réveil

Nora Demarchi : un terrain en cours dans les Alpes italiennes

Je présente ici quelques photos issues de mon terrain qui s’est déroulé du 1er au 15 aout dans les Alpes italiennes. Dans une optique comparative, je présente ici mes deux terrains de recherche. D’une part, la participation des habitants de la Vallée d’Aoste aux pèlerinages régionaux de haute montagne. Ces pèlerinages et ce qui s’y déroule seront ensuite comparés aux pratiques observées lors des pèlerinages provenant de la même région, mais à destination de Medjugorje, en Bosnie Herzégovine. L’objectif sera de comparer les formes de dévotions, locales et internationales, et d’analyser la manière dont les deux types de pèlerinages répondent à des demandes différentes.

Crédit photo : ND
Crédit photo : ND

La photo a été prise lors de la messe qui s’est déroulée le 10 août 2014 dans le sanctuaire de Saint Besse, en Valsoana, Piémont. Continuer la lecture de Nora Demarchi : un terrain en cours dans les Alpes italiennes

Présentation courte du programme Cirelanmed

Le programme s’intitule Circulations religieuses et ancrages méditerranéens. États et internationalisation des faits religieux contemporains. Europe du Sud, Maghreb, Moyen-Orient (ANR-12-TMED-0002-01 ; Juin 2013-Juin 2016) et il est dirigé par Katia Boissevain, chargée de recherche au CNRS.

Présentation générale du programme

1. Enjeux et objectifs

Dans un contexte de pluralisation du religieux, de labilité des identités religieuses et d’hybridation des pratiques, les États doivent adapter leurs cadres d’action avec des outils plus ou moins appropriés. La plus grande circulation religieuse est devenue source de tensions, d’affrontements et d’enjeux politiques.

Les questions religieuses apparaissent aussi centrales dans l’évolution politique des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, puisqu’elles se situent au premier plan des choix que les sociétés doivent opérer après les soulèvements populaires de 2011.

Ces évolutions ont des implications sur les questions d’individuation de soi, d’émancipation du groupe social, d’entretien du lien avec le pays d’origine dans le cas de migration internationale, de repositionnement identitaire.

Méthodes et approches : SHS, pluridisciplinarité et immersion

Le projet est motivé par trois positionnements forts :

  1. Une enquête comparative et multi-située due à la nécessité de penser les deux rives de la Méditerranée conjointement, dans une perspective résolument interdisciplinaire, attentive à la diversité des contextes et à la place centrale qu’occupent les religions dans les mobilisations et mouvements actuels.
  2. La nécessité de faire intervenir des chercheurs qui ont une connaissance intime de leurs terrains, pratiquant la langue et connaissant les enjeux locaux.
  3. La volonté de démontrer la complexité et la variété des modes de circulations religieuses et étudier comment elles  participent toutes à ancrer de nouvelles formes religieuses dans le paysage religieux méditerranéen.

Démarche suivie et moyens associés :

  • Équipe pluridisciplinaire : anthropologie, sociologie, géographie, histoire, science-politique
  • Enquêtes de terrain qualitatives en immersion

Pays étudiés : France, Italie, Bosnie, Roumanie, Grèce, Turquie, Israël, Égypte, Tunisie, Algérie, Maroc.

Perspectives

Les questions religieuses apparaissent centrales dans l’évolution politique des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, puisqu’elles se situent au premier plan des choix que les sociétés doivent opérer après les soulèvements populaires de 2011. Les travaux engagés au Maghreb sur les questions de libertés religieuses contribueront à une meilleure compréhension des implications politiques du pluralisme religieux dans les pays à majorité musulmane.

Ce projet vise donc à saisir ces processus dans un contexte particulier : une crise systémique au Nord qui pose in fine la question d’identités religieuses héritées face à de nouvelles croyances qui se sont implantées et des évolutions socio-politiques majeures au Sud, qui posent également la question des identités traditionnelles face à des revendications plurielles. Au Nord comme au Sud, ces questions interrogent les États qui répondent à ces phénomènes de pluralisme en fonction de leurs histoires propres.

CIRELANMED

Carnet d’ANR : présentation des axes, de l’équipe et des travaux menés dans le cadre du projet

Présentation vidéo du programme

Dans le cadre du programme  ANR TRANSMED (dont notre recherche fait partie), Katia Boissevain, responsable scientifique de l’ANR CIRELANMED a présenté la genèse du programme. Cette présentation a eu lieu lors du séminaire « Enjeux et perspectives des Recherches transméditerranéeennes » – 19 et 20 septembre 2013 – Agropolis International, Montpellier, France organisé par l´Agence Nationale de la Recherche (ANR) et Agropolis International.

Après une présentation rapide du programme, Katia revient sur l’organisation interne (axes de recherches, workpakages), sur les résultats attendus et sur les difficultés de mise en place du programme.

En voici la vidéo (durée : 17’59)

Il est également possible de télécharger la présentation utilisée (au format PDF).