Archives de catégorie : Terrains de recherches

Partenariat avec l’association Ethnoméditerranée pour la valorisation du projet (2014-2017)

De 2014 à 2017, l’association Ethnoméditerranée a été chargée de la valorisation scientifique du projet ANR « Circulations religieuses et ancrages méditerranéens. États et internationalisation des faits religieux. Europe du Sud, Maghreb, Moyen-Orient (ANR-12-TDEM-002-01) (Cirelanmed) auprès du jeune public.

Dans le cadre d’une convention avec l’IDEMEC associant Aix-Marseille Université et le CNRS, l’association a conçu et réalisé, à Marseille, trois ateliers sur le thème des pèlerinages et des pratiques culturelles qui les entourent.

Animés par Guylaine Bouvÿ-Thabourey et Julie Giabiconi, ethnologues, et Elise Oudin Gilles, plasticienne, les ateliers, qui comportaient entre six et dix séances, ont eu lieu

Les deux classes du lycée Charles Péguy étaient encadrées par Madame Charlotte Créach, professeure de philosophie.

Les ateliers : une initiation à l’ethnologie

Conçus autour d’une trame commune et adaptés en fonction des options ou filières choisies, les ateliers ont permis d’initier les élèves aux méthodes et aux problématiques de l’ethnologie, notamment à travers des exemples de terrains effectués par les intervenantes au Canada et en Australie (populations amérindienne et aborigène).

L’initiation à la thématique de l’atelier s’est effectuée par le biais de films et d’émissions radiophoniques. A travers ces supports, les élèves ont pu saisir la diversité des formes et des significations des pèlerinages accomplis par des fidèles issus de religions différentes, en Europe et Méditerranée, tout en prenant conscience du fait que certains sanctuaires étaient partagés par des pèlerins de plusieurs confessions.

Les élèves ont ensuite mené, à Marseille, des entretiens ethnographiques sur le (grand) pèlerinage à la Mecque et à Notre-Dame de la Garde. Ces entretiens, dont certains ont été enregistrés et transcrits, concernaient des pèlerins ou des aspirants pèlerins, des responsables d’agences de voyage et des marchands d’articles religieux. Ils portaient sur les préparatifs et les rituels auxquels se livrent les pèlerins ainsi que sur leurs représentations et, pour les agences de voyage, sur les prestations proposées, les formalités et quotas appliqués, le profil de la clientèle et les spécificités du tourisme religieux.

Parallèlement à ce travail ethnographique, les élèves ont réalisé, dans chaque classe, un livre d’art différent dont les motifs s’inspiraient des voûtes de la mosquée de Médine et des médaillons en mosaïque de la basilique Notre-Dame-de-la-Garde ou reprenaient les contours de cartes anciennes ou contemporaines pour évoquer les thèmes du voyage et des flux touristiques. Les trois livres d’art réalisés lors des ateliers ont été exposés, l’un à la librairie du Mucem lors de l’exposition « Lieux saints partagés », les deux autres au lycée. Œuvres collectives, les livres d’art se déploient en accordéon et permettent de mettre en valeur le travail de chacun.

Une approche ethnographique de l’objet religieux

Les ateliers ont offert aux élèves l’opportunité de découvrir l’ethnologie à travers des enquêtes de terrain et d’apprendre à rédiger un guide d’entretien. Ils ont aussi été l’occasion pour eux de se familiariser avec des systèmes de croyances appartenant à des sociétés éloignées et d’appréhender, de manière concrète, des notions telles que le relativisme culturel qui figurent au programme de philosophie de terminale. Dans un contexte de crispations identitaires et de montée des intégrismes, l’introduction à une approche ethnographique de l’objet religieux centrée sur l’étude des rites et des pratiques pèlerines a aussi permis de désamorcer certaines tensions perceptibles dans la classe : aborder le religieux à travers ces ateliers comme un « objet de culture » plutôt que comme « objet de culte » (cf. l’article de Régis Debray dans la revue Etudes, 2002/9) a en effet été l’occasion d’amorcer un dialogue avec les élèves sur la diversité religieuse tout en les sensibilisant aux questions migratoires et aux croisements entre religion et patrimonialisation.

Nous présentons ici les spécificités de chacun des trois ateliers menés par l’association Ethnoméditerranée dans le cadre du projet ANR-CIRELANMED sans revenir sur leur trame commune que nous avons détaillée plus haut : initiation à l’ethnologie et à la méthodologie de l’enquête de terrain, découverte et approfondissement du thème de l’atelier à travers des films et des émissions radiophoniques, entretiens ethnographiques, réalisation d’un travail plastique.

Atelier au lycée Victor Hugo (classe de Seconde)

Les élèves ont suivi une visite commentée de la basilique et du musée d’art religieux de Notre-Dame-de-la Garde assurée par Magali Chapus, régisseur des collections et responsable du musée qui a été inauguré en 2013. A notre demande, la visite de la basilique s’est concentrée sur la présentation des mosaïques ornant le chœur, les coupoles et le sol de la chapelle, puis sur celle des ex-voto présents à l’intérieur et à l’extérieur de l’édifice.

Visite du musée d’art religieux de Notre-Dame-de-la-Garde. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.
Visite du musée d’art religieux de Notre-Dame-de-la-Garde. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.

Les élèves, qui avaient au préalable effectué des recherches sur l’histoire de la basilique ainsi que sur l’origine, la fonction, l’organisation et l’évolution des pèlerinages à Notre-Dame-de-la Garde, ont interviewé Magali Chapus à ce sujet. L’entretien a eu lieu dans la chapelle. Il a été complété par la visite commentée du musée d’art religieux, laquelle était axée sur la tradition des pèlerinages à Notre-Dame de la Garde et sur les objets de la liturgie catholique (calice, patère et ostie, bénitier, ciboire, etc.). Ces visites ont été très instructives pour les élèves dont beaucoup étaient de confession musulmane et n’avaient jamais eu l’occasion de pénétrer dans un lieu chrétien. Elles ont été prolongées par une discussion avec P. Jacques Bouchet, recteur de la basilique, qui a abordé les pèlerinages catholiques de manière plus vaste (Lourdes, Jérusalem…).

Livre d’art. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.
Livre d’art. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.

Pour le livre d’art, les élèves ont effectué des croquis noir et blanc figurant l’entrée d’un lieu imaginaire en s’inspirant des voûtes de la mosquée de Médine puis dessiné, en couleur, des oiseaux inspirés des médaillons en mosaïque de Notre-Dame-de-la-Garde. L’ouvrage a été exposé à la librairie du Mucem sous le titre « Motifs saints partagés » en résonance avec l’exposition « Lieux saints partagés » qui était alors présentée au Mucem et en accord avec Dionigi Albera  et Manoël Penicaud, commissaires de l’exposition.

Certains entretiens menés sur le terrain ont été réécrits par les élèves à partir de leurs notes et avec l’aide des intervenantes de l’atelier.

Photographie collectée lors de l’enquête de terrain. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.
Photographie collectée lors de l’enquête de terrain. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.

Lycée Charles Péguy (classe de terminale ES, Sciences économiques et sociales)

L’enseignante, qui encadrait cet atelier, était chargée de dispenser les cours de philosophie à la classe et souhaitait que nous abordions, par le biais de l’ethnologie, des notions qui figuraient au programme du baccalauréat de philosophie.

Nous nous sommes donc attardés, lors des premières séances, sur des concepts tels que l’ethnocentrisme et le relativisme culturel, en empruntant des exemples à Lévi-Strauss (réflexion sur la symétrie qui existe entre les pratiques anthropophages des sociétés traditionnelles et les pratiques pénitentiaires des sociétés occidentales) et à Descola (proposition d’une classification ontologique permettant de dépasser le dualisme nature/culture).

Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de Terminale ES, Sciences économiques et sociales
Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de Terminale ES, Sciences économiques et sociales

La notion de « morale absolue » a également été discutée à propos des religions dites révélées (christianisme, judaïsme, islam), qui se réclament toutes des Ecritures tout en proposant des lectures théologiques très différentes.

Comme pour le lycée Victor Hugo, le livre d’art confectionné par les élèves a été inspiré par les motifs des voûtes de la mosquée de Médine et les médaillons en mosaïque de la basilique Notre-Dame-de-la-Garde (que les élèves ont découvert à travers un film et non lors d’une sortie sur le terrain).

Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de Terminale ES, Sciences économiques et sociales
Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de Terminale ES, Sciences économiques et sociales

Les enquêtes sur le terrain ont été restituées en classe, par chaque groupe d’enquête, sous la forme de PowerPoint. Un entretien relatif au pèlerinage à la Mecque a été enregistré.

Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de Terminale ES, Sciences économiques et sociales
Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de Terminale ES, Sciences économiques et sociales

Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)

Le contenu de l’atelier a été adapté afin de correspondre à l’option « tourisme ».

Katia Boissevain, anthropologue, est intervenue pour animer une séance sur le thème « tourisme et pèlerinage ».

Les élèves ont aussi préparé, par groupes, un exposé sur les principaux pèlerinages religieux à travers le monde : chrétien (Vatican, Lourdes, Saint-Jacques de Compostelle, El Rocio, en Europe ; Basilique de Notre-Dame de Guadeloupe, au Mexique) ; musulman (Kerbala, en Inde ; Hadj, en Arabie saoudite) ; bouddhiste (Shikoku, au Japon) ; syncrétique, emprunté au catholicisme et au culte des dieux de la nature préhispaniques (Qoyllurit’i, au Pérou). Trois aspects avaient été retenus pour l’exposé : circuits empruntés par les pèlerins sur place, rituels observés, enjeux économiques et commerciaux du pèlerinage.

Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)
Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme

Le livre d’art  a été réalisé sur le thème du voyage et des flux touristiques en s’inspirant de divers documents : anciennes cartes géographiques présentées lors d’une exposition sur la Mecque à l’Institut du Monde Arabe à Paris ; cartes de navigation anciennes, images de magazines d’Air France figurant les différentes destinations/pays desservis par la compagnie. Chaque élève a créé une carte géographique en dessinant des trajectoires imaginaires reliant les pays entre eux et en y ajoutant des signes personnels distinctifs liés à des voyages effectués ou fantasmés, des envies, des projets, la famille, etc. Chacun a ensuite réalisé une deuxième carte sur laquelle les continents étaient figurés de manière stylisée, sur un fond noir entouré de papiers de couleur découpés.

Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)
Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme

Tous les groupes ont présenté les résultats de leurs enquêtes de terrain à la classe. Deux entretiens portant sur les pèlerinages à Notre-Dame-de-la-Garde ont été enregistrés.

Khalid Rhazzali : socio-anthropologie de la prison en Tunisie

Khalid1Les activités qui se sont déroulées au cours du séjour effectué en Tunisie du 09/02/2016 au 27/02/2016 s’inscrivent dans le cadre d’un cycle de recherche que j’ai initié au cours de l’année passée. Ce cycle cherche à créer une base de connaissances autour des formes que prend le fait religieux dans l’espace carcéral, afin de réaliser une comparaison entre la réalité des prisons des pays européens et des pays de tradition islamique du pourtour méditerranéen. Le rôle de la religion au sein des institutions carcérales européennes est traditionnellement et juridiquement reconnu. Au cours des quinze dernières années, les recherches sur la question sont allées croissant, et elles ont souvent été stimulées par l’évolution et la mutation de la composition culturelle et religieuse de la population carcérale. Ces transformations font suite aux phénomènes migratoires et font dans de nombreux cas l’objet d’analyses concentrées sur le thème de la présence musulmane. Dans les pays musulmans, en revanche, il semble que la religion n’ait pas eu un rôle explicitement défini. A la suite des réformes entreprises au cours des dernières années, après ce que l’on a appelé les Printemps Arabes, la religion a commencé à se proposer comme un objet du débat public, médiatique et politique. Cependant, la communauté scientifique ne s’est pas penchée sur cette question. En prêtant attention à certains des plus importants processus de transformation en cours dans l’ensemble méditerranéen, et particulièrement du point de vue de la religion, l’on constate qu’il est aujourd’hui devenu essentiel de connecter à l’intérieur d’un unique ensemble de connaissances des réalités qui, jusqu’à récemment, étaient séparées et ne communiquaient pas entre elles. Ainsi, il devient essentiel de comprendre comment les lectures comparatistes sont désormais la condition sine qua non d’une lecture adéquate du phénomène d’internationalisation du fait religieux et de la circulation des problèmes et des stratégies dans le contexte étudié. La société tunisienne est marquée par une spécificité qui en fait un terrain d’enquête extrêmement intéressant, elle est largement plus sécularisée que les sociétés des pays voisins. Dans cette configuration, la question de savoir quel rôle tiendra la religion islamique dans le système carcéral émerge inévitablement. Je me suis intéressé en particulier à la formation, à l’assistance, et aux espaces de socialisation religieux destinés aux détenus et aux acteurs – qu’ils soient ou non institutionnels – impliqués dans l’organisation du culte.

Dans ce but, deux après-midis (d’une durée de quatre heures chacune) ont été consacrées à l’ethnographie dans un quartier qui abrite le siège d’une association islamique (fermée pour des motifs politiques) ainsi que l’un de ses sièges d’exploitation ; à cela s’ajoutent trois entretiens ethnographiques, neuf entretiens en profondeur et deux focus groups. Continuer la lecture de Khalid Rhazzali : socio-anthropologie de la prison en Tunisie

Nazarena Lanza : Être un « saint » aujourd’hui. La baraka expliquée par des descendants de cheikh Ahmed Tijani

Nazarena Lanza a effectué une mission de deux mois à Rabat (Maroc) dans le cadre du programme CIRELANMED. Voici quelques une de ses notes de terrain.

Sainteté et baraka dans le monde musulman

Une énorme bibliographie existe sur les notions de sainteté et de baraka dans le monde musulman, au point que le jeune chercheur se trouve facilement noyé dans ce flux d’informations. J’étais l’un de ces chercheurs lorsque, il y a cinq ans, j’ai commencé mon parcours de thèse sur la Tijaniyya et ses pèlerins entre le Sénégal et le Maroc. Continuer la lecture de Nazarena Lanza : Être un « saint » aujourd’hui. La baraka expliquée par des descendants de cheikh Ahmed Tijani

Sophie Bava : Migrations africaines et dynamiques religieuses au Maroc

Migrations africaines et dynamiques religieuses au Maroc. Observations autour de la création d’un espace de formation chrétien.

Par Sophie Bava, anthropologue à l’IRD-LPED. En accueil au LEPOSHS-UIR, Maroc.

Anthropologue, j’ai construit au gré de mes recherches une « anthropologie religieuse du mouvement » en croisant les migrations africaines et les dynamiques religieuses issues de ces mobilités entre l’Afrique subsaharienne et le monde arabe. Je ne suis par contre pas spécialiste du christianisme puisque mes travaux ont d’abord porté sur l’islam, le mouridisme dans la migration africaine, les constructions religieuses des migrants africains au Caire, puis sur la formation religieuse des étudiants africains à Al Azhar. C’est sur le terrain Egyptien que j’ai découvert la question chrétienne en migration. Continuer la lecture de Sophie Bava : Migrations africaines et dynamiques religieuses au Maroc

Marie-Laure Boursin : compte rendu de terrain en Bulgarie

Par le prisme des circulations, je me propose d’étudier, dans le cadre du programme Cirelanmed, les enjeux identitaires et les dynamiques religieuses pour les minorités musulmanes de Bulgarie et de Grèce ainsi que les liens qu’elles entretiennent avec la Turquie. Il s’agit à partir de ce contexte balkanique – qui a connu une histoire mouvementée – d’aborder les transformations sociales, politiques et religieuses au travers du cas du hatim[1]. Organisé par les institutions religieuses (écoles coraniques, mosquées), ce rituel célèbre la première lecture complète du Coran d’un individu. L’approche par des « unités culturelles en communication » (Cuisenier, 2003, p. 95), c’est-à-dire le lien qu’entretiennent les minorités musulmanes de Bulgarie, et nous le verrons aussi celles de Grèce, avec l’État, mais aussi entre elles et avec leur voisin turc, permettrait un comparatisme à « bonne distance ». Continuer la lecture de Marie-Laure Boursin : compte rendu de terrain en Bulgarie

Le projet CIRELANMED au Congrès de la SISR

To read an english version of this post, please click here

Une partie de l’équipe du projet CIRELANMED s’est retrouvée au congrès de la Société internationale de sociologie des religions (SISR) qui avait lieu cette année à Louvain-La-Neuve. Réunis dans un atelier intitulé : Conversions religieuses en Méditerranée, un jeu de frontières, les travaux de l’axe 2 de notre équipe ont ainsi pu trouver un espace de dialogue et se confronter à l’écoute et l’avis des collègues présents. Continuer la lecture de Le projet CIRELANMED au Congrès de la SISR

Compte-rendu de terrain – Toulouse (juin à novembre 2014)

Par Julie Picard

Après avoir effectué plusieurs terrains au Caire dans le cadre de ma thèse de doctorat en géographie, mes recherches se sont progressivement réorientées en France (du fait aussi de mes missions confiées en tant qu’ATER à l’Université de Toulouse II Jean-Jaurès).

Mes constats précédents, mon appartenance au programme ANR Cirelanmed, ainsi qu’au programme (LabEx SMS) Mirecom (« Migrations, Religion, Commerce », coordonné par Lucine Endelstein, LISST-CIEU), m’ont incitée à m’intéresser aux migrants « africains » installés récemment dans la métropole toulousaine. Toulouse, sur la rive nord de la Méditerranée, a jusqu’ici fait l’objet de peu d’études concernant les groupes migrants africains, notamment chrétiens. Mon objectif est d’analyser des processus d’installation durable en ville, toujours par le prisme des sphères chrétiennes, notamment protestantes évangéliques.  En outre, au-delà de l’étude de la répartition de la pluralité religieuse dans les paysages urbains, mon approche se veut également : multiscalaire / réticulaire (du local au transnational), « par le bas » (réseaux chrétiens de migrants) et « par le haut » (réseaux des institutions religieuses).

Au sein de la ville rose, un premier quartier a retenu mon attention : celui de Bayard/Belfort, à proximité de la gare Matabiau et un second : celui de Saint-Cyprien, sur la rive gauche de la Garonne. Des rencontres et prises de rendez-vous ont donné lieu à quelques entretiens, avec le responsable de l’Amicale du Nid (association d’aide aux prostituées, implantée dans le quartier Bayard), avec les responsables de CRICAO (association pour le soutien des artistes et le dialogue interculturel, située à Saint-Cyprien) et avec des étudiants étrangers (une Nigériane, deux Somaliens et un Congolais de RDC) de l’association Parole Expression (association d’aide et d’enseignement du français aux étranger, dans le quartier des Minimes).  J’ai pu retracer quelques parcours migratoires, plus ou moins complexes, me familiariser avec les quartiers d’habitation des migrants africains récemment arrivés (souvent situés en banlieue sud, desservie par la ligne A du métro : Bagatelle, Le Mirail, Basso Cambo, Fontaine Lestang…), comme j’ai pu identifier un certain nombre d’acteurs / organisations référents, devenus des repères importants pour certains migrants.

Le quartier de Saint-Cyprien est réputé pour ses ancrages cosmopolites et notamment africains. Une rue, la rue de la République concentre un très grand nombre de salons de coiffure « afro », des épiceries / commerces alimentaires spécialisés. A partir de leur seule vitrine ou même des murs de la rue, j’ai repéré à force d’observations et de passages répétés à différents moments de la semaine et de la journée, plusieurs affiches ou flyers, informant de réunions religieuses en différents endroits de la ville. Grâce aux adresses postales, virtuelles (pages Facebook), et aux toponymes des groupes religieux, j’ai pu « tirer les fils » et entrer en contact via Internet avec des pasteurs d’origine subsaharienne.

Julie1
photo 1. Commerce alimentaire à Saint-Cyprien, « La Gloire de Dieu »
Julie2
photo 2. Affiches annonçant le prochain culte du Centre Chrétien de Réveil, à Toulouse

J’ai assisté à deux cultes protestants évangéliques près du quartier de Lardenne (au nord de Toulouse, à proximité du périphérique, de l’hôpital Purpan et de l’aéroport de Blagnac). La forme des lieux occupés par ces Églises a particulièrement retenu mon attention.

La première Église était une Église transnationale, créée à la fin des années 1980, dont l’Eglise-mère est implantée à Kinshasa (le Ministère Chrétien du Combat Spirituel). Elle a trouvé des locaux en rez-de-chaussée, sur un parking, au sein de la zone industrielle et du parc d’activités de Purpan. Cette salle est disponible toute la semaine et peut accueillir jusqu’à 150 personnes.

La seconde Église est une Église indépendante, créée par un Gabonnais, issu d’une famille catholique, installé en France depuis 2003 et marié à une Guadeloupéenne (les origines des quelques fidèles présents étaient d’ailleurs plus diversifiées : Antilles, Côte d’Ivoire, Bénin, mais aussi Brésil et Espagne). Il a suivi une formation française par correspondance pour devenir pasteur et a également fondé en parallèle son école de disciples. Il se rend régulièrement au Maroc, où il a des contacts avec d’autres écoles bibliques africaines. Aujourd’hui, il loue temporairement une petite salle, chaque dimanche, au Centre des services évangéliques et protestants de Toulouse. Le quartier est en réalité une cité-jardin, qui a accueilli des réfugiés républicains espagnols lors de la guerre civile de 1936. La majorité des logements sont aujourd’hui gérés par le bailleur social Habitat Toulouse et les locaux du Centre des services évangéliques et protestants (« couveuses d’Églises ») auraient été rachetés par un groupe américain (Bible Centered Ministries International) dans le but d’aider à « démarrer » différentes Églises évangéliques à Toulouse.

Ces premiers terrains m’ont permis d’identifier différentes formes d’ancrages religieux chrétiens africains à Toulouse : par l’affichage mural urbain, par les lieux de culte (bâtiments officiels ou non), des formes virtuelles, spirituelles et rituelles (les eaux de la Garonne servent aux baptêmes de nouveaux convertis par exemple). J’envisage d’approfondir ces enquêtes et notamment de suivre le parcours de cette seconde Église, puisqu’elle négocie aujourd’hui de nouveaux locaux, toujours en périphérie toulousaine, qu’elle pourrait a priori occuper à temps complet.

photo 3. Le Capitole, en arrière-plan d’une affiche annonçant une prochaine réunion du Centre Chrétien de Réveil
photo 3. Le Capitole, en arrière-plan d’une affiche annonçant une prochaine réunion du Centre Chrétien de Réveil

Michèle Baussant : à propos d’un terrain en Israël

Le terrain sur les juifs égyptiens, à Alexandrie et au Caire, est devenu difficile. Plusieurs articles ont fait récemment état du nombre de juifs demeurant en Egypte – qui ne tient pas compte de la descendance -, dont un publié par Al Ahram et un autre par Times of Israël.

J’ai donc décidé d’effectuer un terrain de courte durée en Israël, principalement à Jérusalem et Tel Aviv, du 3 septembre au 10 septembre inclus.

Au cours de ce terrain, j’ai pu mener trois entretiens auprès de personnes nées en Egypte et installées en Israël en 1948 ou plus récemment. J’ai également rencontré un spécialiste du dialecte arabe et de la culture des Juifs dans l’Egypte moderne, professeur de l’Université Hébraïque de Jérusalem, et deux personnes avec qui j’ai eu déjà l’occasion soit de mener un entretien, soit de travailler autour des questions coloniales et postcoloniales et des Juifs des pays arabes.

La lecture d’un article d’Haaretz, « Umm Kulthum in the men’s section« , relatant l’existence d’un mouvement introduisant dans les poèmes hébreux liturgiques, les cantiques (piyoutim) et les hazanout (art vocal développé par les ‘Hazanim (chantres) chargés de diriger les offices religieux), les chansons populaires entre autres d’Umm Kulthum, de Farid al Atrach, Daoud Hosni, Zakaria Ahmed et Mohammed Abdel Wahab, m’a conduite à rechercher la ou les synagogues à Jérusalem, notamment dans les quartiers de Bukharan et de Nahlaot où une tradition « Sepharade Jerusalemite » a émergé. L’auteur de l’article, A. Behar fait ainsi référence aux nombreux morceaux en hébreu de rite égyptien, chanté par Moshe Haboucha, dont la famille est originaire d’Irak. Certains ont été mis en ligne et d’autres  en arabe également. Il semble que cette tradition soit également suivie aux Etats-Unis où M. Haboucha a été invité, en particulier à la synagogue égyptienne de Brooklyn par Ahava Ve Ahba, congrégation fondée 1979, dans le cadre du Seder Tawhid de Pessah, célébrant la sortie d’Egypte. Ce rituel, qui se tient la nuit du Rosh Hodesh Nissan, commence par la lecture du sacrifice de Pâque, le Parashat hahodesh hazeh lachem, à laquelle sont ajoutés des psaumes.

Etant donné l’importante activité de cette synagogue et la communauté qu’elle rassemble, le maintien et la revivification qu’elle assure de certaines traditions égyptiennes, elle pourrait faire l’objet d’un terrain particulièrement intéressant, ainsi qu’il me l’a été indiqué lors de mon terrain par un de mes interlocuteurs.

Porter attention aux Karaim

J’ai été également orientée, au cours de ce séjour, vers un second terrain, cette fois-ci en Israël, auprès des Karaim. On ne connait pas précisément l’origine des Karaim, qui seraient soit issus d’une secte établie à Bagdad au VIIIe siècle, soit d’une branche saducéenne qui a survécu à la destruction du temple et qui précède l’arrivée des Arabes en Égypte. Les Karaim n’adhèrent qu’à la Loi écrite (le Tanakh hébraïque) comme seule loi religieuse et ne reconnaissent pas l’autorité de la tradition postbiblique incorporée dans le Talmud et les écrits rabbiniques. Ils rejettent tout enseignement rabbinique qui place le Talmud au même niveau que la Torah.

KaraiteSynnagogOldCity By Shmuliko (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons
KaraiteSynnagogOldCity By Shmuliko (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons
Au Caire, ils vivaient dans différents quartiers – ‘Abbasiyah, Ghamrah, Sakakini, Al-Daher Heliopolis, Hilwan ou encore Zamalek en fonction de leur niveau social. Ils exerçaient des professions d’artisanat spécialisé, comme menuisier, tailleur, graveur ou joailliers et composaient une minorité face aux Rabbanites, qui suivent la tradition rabbinique incluant les lois écrites et orales. Un petit groupe existait également à Alexandrie. En 1927, selon J-F Fau et F. Abecassis (1992), cette communauté, qui a été étudiée en particulier par J.F Fau (2000), E.Trevisan-Semi (1992) et Mourad el Kodsi (1987), comportait 1 848 étrangers, surtout russes et syriens, et 2 659 égyptiens.

Selon le Tanakh, ils suivent une filiation patrilinéaire. Ils sont en général opposés aux Rabbanites dans la littérature: décrits comme ancrés dans le pays depuis plusieurs siècles, on leur reproche la ressemblance de certaines de leurs pratiques (entrée dans la synogogue pieds déchaussés, prosternation lors de la prière, abstention de vin, etc…), approches (rapport direct entre le fidèle et Dieu, entre le fidèle et le texte sacré) et composition dans les textes, avec l’islam.

En Israël, ils seraient aujourd’hui plusieurs milliers, originaires d’Egypte et d’Irak, et l’on compterait 12 synagogues ou kenessas et 10 oratoires, à Ramlah, Ashdod, Beer Shva, Ofakim, Kiryat Gat, Rishon Lezion, Bat Yam, Arad, Jérusalem, Beit Ezra et Renan. Le Hakham al-Akbar (grand rabbin karaïte) Moshe Ben Yosef, siège à Ramlah. La communauté est structurée autour du « HaYahadut HaQara’it Ha‘Olamit », le Judaïsme Karaïte Universel. Elle est représentée au sein de l’Etat par le conseil religieux du judaïsme karaïte. Ses activités religieuses sont reconnues par le gouvernement. Une autre communauté, sur laquelle un documentaire a été réalisé, est installée à San Francisco. La congrégation B’nai Israel KJA est l’unique synagogue karaïte aux Etats-Unis. Elle se trouve aussi en Californie, à Daly City. Depuis 2007, des conversions sont organisées par le Beth Din karaïte en Israël et la Karaïte Jewish University, centre formation pour apprendre le judaïsme karaïte et ses pratiques.

La poursuite de mon terrain dans une ou plusieurs de ces directions, autour des juifs d’Egypte, de tradition karaïte ou rabbanite – les Karaim en Israël et aux USA, les synagogues de tradition sépharade jérusalémite et les lieux où l’on enseigne la musique du Moyen-Orient et les piyutim (notamment à la Musrara School of Eastern Music à Jerusalem), et la congrégation d’Ahava Ve Ahba – devrait permettre de mieux comprendre comment se redéfinit une identité religieuse juive égyptienne particulière en contexte migratoire, en fonction des conditions sociales et historiques propres à chaque pays d’installation. Dans tous ces cas, il s’agira d’explorer en particulier comment l’utilisation d’un répertoire religieux musical en arabe peut être ou non mobilisée non seulement pour exprimer de manière acceptable et « légitime » la spécificité d’un judaïsme reconnu et/ou considéré aujourd’hui comme égyptien, mais aussi pour transmettre des valeurs, des représentations ou encore revendiquer un lien à l’Egypte, à une culture arabe conçue comme non contradictoire avec une identité israélienne et /ou juive.

La « judéité » et la « culture arabe »

Ce travail me conduit également à creuser la question de l’usage de l’arabe égyptien et du judéo-arabe, qui renvoie ici à une problématique centrale autour du judaïsme et de la judéité dans ses articulations ou ses démarcations avec l’égyptianité et la « culture arabe », ensemble qu’il s’agira de mieux définir à la lumière du terrain, sur le long terme, en Egypte puis en Israël. Le terrain en Israël me permet ici d’interroger non seulement les évolutions de ce lien mais aussi les modes d’interaction et d’interpénétration, dans les pratiques et par-delà parfois les discours, entre ces deux sphères, en situation migratoire et dans un rapport politique et social très différent – soit la place du judaïsme et des pratiques culturelles juives dans la culture arabe israélienne et inversement, la place de la « culture arabe » et égyptienne dans le judaïsme et la judéité (cet extrait de la cérémonie d’inauguration à Jérusalem par le Maire Nir Barkat en 2012, d’une rue à Beit Hanina à Jérusalem témoigne pour partie de ces liens).

Umm Kulthum reste très populaire en Israël, même si elle a été aussi un symbole du mouvement nationaliste arabe au XXe siècle. Les propos sur la connaissance du Maqam chez les chanteurs juifs orientaux, de Nasreen Qadri, qui a gagné en 2012 un concours de chant télévisé peuvent également illustrer certains de ces croisements). En m’intéressant aux notions d’égyptianité et d’arabité dans leurs relations avec les conceptions de la judéité et du judaïsme, telles qu’elles peuvent se décliner en Israël (et en diaspora), j’envisage ainsi d’analyser les formes multiples et performatives par lesquelles les individus peuvent continuer d’associer, de faire vivre et évoluer, pour partie hors du politique, deux « identités » que beaucoup déclarent dans le même temps inconciliables.

Deuxième réunion plénière de l’ANR Cirelanmed (Rabat)

Les chercheurs de l’ANR CIRELANMED se sont retrouvés à Rabat pour la deuxième réunion plénière du programme. Les débats ont été très enrichissants et soutenus.

Nous tenons à remercier l’ensemble des participants, des invités, ainsi que le Centre Jacques Berque pour l’accueil.

Programme de la rencontre

Vendredi 28 novembre 2014

Matin (9h30-12h30) Présidence : Vincenzo Pace

  • Ouverture de la rencontre (K. Boissevain)
  • Point sur l’avancement des recherches et des travaux et des recherches (L. Le Pape, K. Boissevain)
  • Annalisa Butticci : African Pentecostalism in Italy. Mobility, Vulnerability and Charisma.
  • Farid El-Asri : Former à l’islam en Méditerranée : autorité et leadership religieux en reconstruction.
  • Aziz Hloua : Les convertis au soufisme : les privilèges et les contraintes d’une catégorie d’immigrés. Cas de la zawiya Qadiriya-Boutchichiya au Maroc.

Après midi (14h-16h30) Présidence : Khalid Mouna

  • Julie Picard : Églises de migrants africains à Toulouse : quels ancrages symboliques et territoriaux ?
  • Vincenzo Pace : Achille et la tortue. Le néo-pentecôtisme de troisième génération en concurrence avec l’islam ?
  • Nora Demarchi : Les pèlerinages de Cuney et Saint Besse : ethnographie d’une religiosité locale.
  • Intervention de Baudouin Dupret, directeur du CJB

Samedi 29 novembre 2014

Matin (10h-12h30) Présidence : Julie Picard

  • Sophie Bava : Formation religieuse et migration africaine. Observations autour de la création d’un espace de formation chrétien à Rabat et de sa réception par la société marocaine.
  • Karima Dirèche : Suivre les itinéraires de formation des pasteurs néo-évangéliques (méthodistes et pentecôtistes) algériens : entre opacité et éléments de langage
  • Khalid Rhazzali : Aide en direct 24h/24. La conversion à l’islam en ligne.

Après-midi (14h-17h) Présidence : Katia Boissevain

  • Stefano Allievi : Nouvelles trajectoires de conversions à l’islam, entre marginalisation urbaine et séduction du califat.
  • Katia Boissevain : Conversions au protestantisme évangélique au Maghreb : construire une comparaison. Quand le terrain s’en mêle (Tunisie-Maroc).
  • Loïc Le Pape : Enquêter sur les croyances religieuses des migrants chinois en Algérie. Comment observer la ségrégation ?
  • Discussion générale sur les perspectives – projets à venir

Tourisme religieux et pèlerinages dans le monde arabe et musulman (WOCMES 2014)

Katia Boissevain a récemment participé au quatrième Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient” (WOCMES) à Ankara en dirigeant un atelier intitulé : Tourisme religieux et pèlerinages dans le monde arabe et musulman : enjeux multiples.

Quatre personnes composaient le panel :

  • Katia Boissevain, CNRS, Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative, Université Aix-Marseille, Aix-en-Provence, France
  • Justin Mc Guinness, American University in Paris, Department of communication, Paris, France
  • Norig Neveu, Ehess, Centre de recherches historiques, Paris, France
  • Michel Boivin, CNRS, Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du sud à l’Ehess, Paris, France

Présentation de l’atelier

Continuer la lecture de Tourisme religieux et pèlerinages dans le monde arabe et musulman (WOCMES 2014)

Nora Demarchi : un terrain en cours dans les Alpes italiennes

Je présente ici quelques photos issues de mon terrain qui s’est déroulé du 1er au 15 aout dans les Alpes italiennes. Dans une optique comparative, je présente ici mes deux terrains de recherche. D’une part, la participation des habitants de la Vallée d’Aoste aux pèlerinages régionaux de haute montagne. Ces pèlerinages et ce qui s’y déroule seront ensuite comparés aux pratiques observées lors des pèlerinages provenant de la même région, mais à destination de Medjugorje, en Bosnie Herzégovine. L’objectif sera de comparer les formes de dévotions, locales et internationales, et d’analyser la manière dont les deux types de pèlerinages répondent à des demandes différentes.

Crédit photo : ND
Crédit photo : ND

La photo a été prise lors de la messe qui s’est déroulée le 10 août 2014 dans le sanctuaire de Saint Besse, en Valsoana, Piémont. Continuer la lecture de Nora Demarchi : un terrain en cours dans les Alpes italiennes

Katia Boissevain : compte rendu de terrain à Fez (Maroc)

Ce séjour de recherche au Maroc est le second d’une série qui tente de construire une comparaison entre les modalités de conversions au Protestantisme évangélique en Tunisie et au Maroc. Plus précisément, les deux recherches visent à mettre au jour les dynamiques de formations religieuses et les voyages d’études nécessaires telles qu’elles existent pour former les pasteurs et les diacres.

Bien entendu, pour ce faire, il faut avoir une vision claire de la présence chrétienne dans ces deux pays du Maghreb, de son histoire et de ses différents enjeux (Karima Dirèche travaille sur l’Algérie). En Tunisie comme au Maroc, les communautés historiques de chrétiens, c’est-à-dire les européens et occidentaux, soit anciennement installés, soit plus récemment expatriés, doivent désormais cohabiter avec des chrétiens africains, catholiques ou protestants, francophones ou anglophones, professionnels, étudiants ou clandestins, ainsi qu’avec une nouvelle figure, celle du converti (maghrébin) au christianisme. La grande majorité des conversions religieuses en Tunisie comme au Maroc s’opèrent vers le protestantisme évangélique plutôt que vers le catholicisme, pour des raisons historiques et théologiques exposées ailleurs.

Fez, un choix de décentrement fructueux

Continuer la lecture de Katia Boissevain : compte rendu de terrain à Fez (Maroc)

Loïc Le Pape compte-rendu d’un terrain de recherche en Algérie

Dans le cadre du programme Cirelanmed, je commence une nouvelle recherche sur la population chinoise en Algérie. Le séjour de recherche s’est déroulé en mars 2014, à Alger puis à Oran. Ce premier contact avec le nouveau terrain visait à qualifier et quantifier la présence chinoise en Algérie au delà des polémiques et des ressentis de part et d’autre. Plus tard, je souhaiterais travailler sur les pratiques religieuses des immigrés chinois et des éventuels contacts avec les Algériens. Dans ce premier séjour, j’ai tout d’abord essayé de chiffrer la présence chinoise en Algérie. Celle-ci faisant débat, les chiffres mêmes deviennent un enjeu, et il n’est pas tout à fait certain que quelqu’un en Algérie connaisse exactement le nombre de chinois présents sur le territoire. J’ai ensuite axé mes recherches sur les dispositifs mis en place en cas de décès des travailleurs chinois : où et comment sont-ils enterrés ?

À la recherche de la « ChinAlgérie »

Continuer la lecture de Loïc Le Pape compte-rendu d’un terrain de recherche en Algérie

Loïc Le Pape

Voir son carnet de recherche

Situation actuelle : IR contractuel à l’Idemec (UMR7307) – enseignant vacataire.

  • Co-direction de l’ANR Cirelanmed

Diplômes :

  • doctorat de sociologie (2007, EHESS),
  • DEA de science politique (1999 IEP Aix-en-Provence)

Activités professionnelles : 

  • 2011-2013 : Assistant de communication scientifique au Centre pour l’édition électronique (Cléo – CNRS).
  • Depuis janvier 2008 : Chargé de cours à l’American University Center of Provence (Aix-en-Provence) et à l’Institut Catholique de Paris
  • Continuer la lecture de Loïc Le Pape

Stefano Allievi

Lien vers son blog personnel

Situation actuelle : Professeur  de Sociologie à l’Université de Padoue.

Autre expériences professionnelles : Stefano est spécialiste en sociologie des religions, sociologie des migrations et du changement culturel, avec une attention particulière à la présence de l’Islam en Europe. De 2001 jusqu’à 2007 il a été Secrétaire de la Section Sociologie de Religion de l’Association Italienne de Sociologie. Il est aussi membre du comité scientifique du Yearbook for the Sociology of Islam, et de l’International Board des reviews Religioni e Società et Africa e Mediterraneo, ainsi que membre associé du CISMOC (Centre pour l’étude de l’islam dans le monde contemporain) à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve. Il a publié une centaine d’essais sur ces thèmes.

Continuer la lecture de Stefano Allievi