Archives de catégorie : France

Partenariat avec l’association Ethnoméditerranée pour la valorisation du projet (2014-2017)

De 2014 à 2017, l’association Ethnoméditerranée a été chargée de la valorisation scientifique du projet ANR « Circulations religieuses et ancrages méditerranéens. États et internationalisation des faits religieux. Europe du Sud, Maghreb, Moyen-Orient (ANR-12-TDEM-002-01) (Cirelanmed) auprès du jeune public.

Dans le cadre d’une convention avec l’IDEMEC associant Aix-Marseille Université et le CNRS, l’association a conçu et réalisé, à Marseille, trois ateliers sur le thème des pèlerinages et des pratiques culturelles qui les entourent.

Animés par Guylaine Bouvÿ-Thabourey et Julie Giabiconi, ethnologues, et Elise Oudin Gilles, plasticienne, les ateliers, qui comportaient entre six et dix séances, ont eu lieu

Les deux classes du lycée Charles Péguy étaient encadrées par Madame Charlotte Créach, professeure de philosophie.

Les ateliers : une initiation à l’ethnologie

Conçus autour d’une trame commune et adaptés en fonction des options ou filières choisies, les ateliers ont permis d’initier les élèves aux méthodes et aux problématiques de l’ethnologie, notamment à travers des exemples de terrains effectués par les intervenantes au Canada et en Australie (populations amérindienne et aborigène).

L’initiation à la thématique de l’atelier s’est effectuée par le biais de films et d’émissions radiophoniques. A travers ces supports, les élèves ont pu saisir la diversité des formes et des significations des pèlerinages accomplis par des fidèles issus de religions différentes, en Europe et Méditerranée, tout en prenant conscience du fait que certains sanctuaires étaient partagés par des pèlerins de plusieurs confessions.

Les élèves ont ensuite mené, à Marseille, des entretiens ethnographiques sur le (grand) pèlerinage à la Mecque et à Notre-Dame de la Garde. Ces entretiens, dont certains ont été enregistrés et transcrits, concernaient des pèlerins ou des aspirants pèlerins, des responsables d’agences de voyage et des marchands d’articles religieux. Ils portaient sur les préparatifs et les rituels auxquels se livrent les pèlerins ainsi que sur leurs représentations et, pour les agences de voyage, sur les prestations proposées, les formalités et quotas appliqués, le profil de la clientèle et les spécificités du tourisme religieux.

Parallèlement à ce travail ethnographique, les élèves ont réalisé, dans chaque classe, un livre d’art différent dont les motifs s’inspiraient des voûtes de la mosquée de Médine et des médaillons en mosaïque de la basilique Notre-Dame-de-la-Garde ou reprenaient les contours de cartes anciennes ou contemporaines pour évoquer les thèmes du voyage et des flux touristiques. Les trois livres d’art réalisés lors des ateliers ont été exposés, l’un à la librairie du Mucem lors de l’exposition « Lieux saints partagés », les deux autres au lycée. Œuvres collectives, les livres d’art se déploient en accordéon et permettent de mettre en valeur le travail de chacun.

Une approche ethnographique de l’objet religieux

Les ateliers ont offert aux élèves l’opportunité de découvrir l’ethnologie à travers des enquêtes de terrain et d’apprendre à rédiger un guide d’entretien. Ils ont aussi été l’occasion pour eux de se familiariser avec des systèmes de croyances appartenant à des sociétés éloignées et d’appréhender, de manière concrète, des notions telles que le relativisme culturel qui figurent au programme de philosophie de terminale. Dans un contexte de crispations identitaires et de montée des intégrismes, l’introduction à une approche ethnographique de l’objet religieux centrée sur l’étude des rites et des pratiques pèlerines a aussi permis de désamorcer certaines tensions perceptibles dans la classe : aborder le religieux à travers ces ateliers comme un « objet de culture » plutôt que comme « objet de culte » (cf. l’article de Régis Debray dans la revue Etudes, 2002/9) a en effet été l’occasion d’amorcer un dialogue avec les élèves sur la diversité religieuse tout en les sensibilisant aux questions migratoires et aux croisements entre religion et patrimonialisation.

Nous présentons ici les spécificités de chacun des trois ateliers menés par l’association Ethnoméditerranée dans le cadre du projet ANR-CIRELANMED sans revenir sur leur trame commune que nous avons détaillée plus haut : initiation à l’ethnologie et à la méthodologie de l’enquête de terrain, découverte et approfondissement du thème de l’atelier à travers des films et des émissions radiophoniques, entretiens ethnographiques, réalisation d’un travail plastique.

Atelier au lycée Victor Hugo (classe de Seconde)

Les élèves ont suivi une visite commentée de la basilique et du musée d’art religieux de Notre-Dame-de-la Garde assurée par Magali Chapus, régisseur des collections et responsable du musée qui a été inauguré en 2013. A notre demande, la visite de la basilique s’est concentrée sur la présentation des mosaïques ornant le chœur, les coupoles et le sol de la chapelle, puis sur celle des ex-voto présents à l’intérieur et à l’extérieur de l’édifice.

Visite du musée d’art religieux de Notre-Dame-de-la-Garde. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.
Visite du musée d’art religieux de Notre-Dame-de-la-Garde. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.

Les élèves, qui avaient au préalable effectué des recherches sur l’histoire de la basilique ainsi que sur l’origine, la fonction, l’organisation et l’évolution des pèlerinages à Notre-Dame-de-la Garde, ont interviewé Magali Chapus à ce sujet. L’entretien a eu lieu dans la chapelle. Il a été complété par la visite commentée du musée d’art religieux, laquelle était axée sur la tradition des pèlerinages à Notre-Dame de la Garde et sur les objets de la liturgie catholique (calice, patère et ostie, bénitier, ciboire, etc.). Ces visites ont été très instructives pour les élèves dont beaucoup étaient de confession musulmane et n’avaient jamais eu l’occasion de pénétrer dans un lieu chrétien. Elles ont été prolongées par une discussion avec P. Jacques Bouchet, recteur de la basilique, qui a abordé les pèlerinages catholiques de manière plus vaste (Lourdes, Jérusalem…).

Livre d’art. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.
Livre d’art. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.

Pour le livre d’art, les élèves ont effectué des croquis noir et blanc figurant l’entrée d’un lieu imaginaire en s’inspirant des voûtes de la mosquée de Médine puis dessiné, en couleur, des oiseaux inspirés des médaillons en mosaïque de Notre-Dame-de-la-Garde. L’ouvrage a été exposé à la librairie du Mucem sous le titre « Motifs saints partagés » en résonance avec l’exposition « Lieux saints partagés » qui était alors présentée au Mucem et en accord avec Dionigi Albera  et Manoël Penicaud, commissaires de l’exposition.

Certains entretiens menés sur le terrain ont été réécrits par les élèves à partir de leurs notes et avec l’aide des intervenantes de l’atelier.

Photographie collectée lors de l’enquête de terrain. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.
Photographie collectée lors de l’enquête de terrain. Lycée Victor Hugo, classe de Seconde.

Lycée Charles Péguy (classe de terminale ES, Sciences économiques et sociales)

L’enseignante, qui encadrait cet atelier, était chargée de dispenser les cours de philosophie à la classe et souhaitait que nous abordions, par le biais de l’ethnologie, des notions qui figuraient au programme du baccalauréat de philosophie.

Nous nous sommes donc attardés, lors des premières séances, sur des concepts tels que l’ethnocentrisme et le relativisme culturel, en empruntant des exemples à Lévi-Strauss (réflexion sur la symétrie qui existe entre les pratiques anthropophages des sociétés traditionnelles et les pratiques pénitentiaires des sociétés occidentales) et à Descola (proposition d’une classification ontologique permettant de dépasser le dualisme nature/culture).

Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme
Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme

La notion de « morale absolue » a également été discutée à propos des religions dites révélées (christianisme, judaïsme, islam), qui se réclament toutes des Ecritures tout en proposant des lectures théologiques très différentes.

Comme pour le lycée Victor Hugo, le livre d’art confectionné par les élèves a été inspiré par les motifs des voûtes de la mosquée de Médine et les médaillons en mosaïque de la basilique Notre-Dame-de-la-Garde (que les élèves ont découvert à travers un film et non lors d’une sortie sur le terrain).

Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme
Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme

Les enquêtes sur le terrain ont été restituées en classe, par chaque groupe d’enquête, sous la forme de PowerPoint. Un entretien relatif au pèlerinage à la Mecque a été enregistré.

Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme
Restitution de l’enquête de terrain. Lycée Charles Péguy, classe de BTS Tourisme

Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)

Le contenu de l’atelier a été adapté afin de correspondre à l’option « tourisme ».

Katia Boissevain, anthropologue, est intervenue pour animer une séance sur le thème « tourisme et pèlerinage ».

Les élèves ont aussi préparé, par groupes, un exposé sur les principaux pèlerinages religieux à travers le monde : chrétien (Vatican, Lourdes, Saint-Jacques de Compostelle, El Rocio, en Europe ; Basilique de Notre-Dame de Guadeloupe, au Mexique) ; musulman (Kerbala, en Inde ; Hadj, en Arabie saoudite) ; bouddhiste (Shikoku, au Japon) ; syncrétique, emprunté au catholicisme et au culte des dieux de la nature préhispaniques (Qoyllurit’i, au Pérou). Trois aspects avaient été retenus pour l’exposé : circuits empruntés par les pèlerins sur place, rituels observés, enjeux économiques et commerciaux du pèlerinage.

Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)
Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)

Le livre d’art  a été réalisé sur le thème du voyage et des flux touristiques en s’inspirant de divers documents : anciennes cartes géographiques présentées lors d’une exposition sur la Mecque à l’Institut du Monde Arabe à Paris ; cartes de navigation anciennes, images de magazines d’Air France figurant les différentes destinations/pays desservis par la compagnie. Chaque élève a créé une carte géographique en dessinant des trajectoires imaginaires reliant les pays entre eux et en y ajoutant des signes personnels distinctifs liés à des voyages effectués ou fantasmés, des envies, des projets, la famille, etc. Chacun a ensuite réalisé une deuxième carte sur laquelle les continents étaient figurés de manière stylisée, sur un fond noir entouré de papiers de couleur découpés.

Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)
Planche extraite du livre d’art. Lycée Charles Péguy (classe de BTS Tourisme)

Tous les groupes ont présenté les résultats de leurs enquêtes de terrain à la classe. Deux entretiens portant sur les pèlerinages à Notre-Dame-de-la-Garde ont été enregistrés.

Compte-rendu de terrain – Toulouse (juin à novembre 2014)

Par Julie Picard

Après avoir effectué plusieurs terrains au Caire dans le cadre de ma thèse de doctorat en géographie, mes recherches se sont progressivement réorientées en France (du fait aussi de mes missions confiées en tant qu’ATER à l’Université de Toulouse II Jean-Jaurès).

Mes constats précédents, mon appartenance au programme ANR Cirelanmed, ainsi qu’au programme (LabEx SMS) Mirecom (« Migrations, Religion, Commerce », coordonné par Lucine Endelstein, LISST-CIEU), m’ont incitée à m’intéresser aux migrants « africains » installés récemment dans la métropole toulousaine. Toulouse, sur la rive nord de la Méditerranée, a jusqu’ici fait l’objet de peu d’études concernant les groupes migrants africains, notamment chrétiens. Mon objectif est d’analyser des processus d’installation durable en ville, toujours par le prisme des sphères chrétiennes, notamment protestantes évangéliques.  En outre, au-delà de l’étude de la répartition de la pluralité religieuse dans les paysages urbains, mon approche se veut également : multiscalaire / réticulaire (du local au transnational), « par le bas » (réseaux chrétiens de migrants) et « par le haut » (réseaux des institutions religieuses).

Au sein de la ville rose, un premier quartier a retenu mon attention : celui de Bayard/Belfort, à proximité de la gare Matabiau et un second : celui de Saint-Cyprien, sur la rive gauche de la Garonne. Des rencontres et prises de rendez-vous ont donné lieu à quelques entretiens, avec le responsable de l’Amicale du Nid (association d’aide aux prostituées, implantée dans le quartier Bayard), avec les responsables de CRICAO (association pour le soutien des artistes et le dialogue interculturel, située à Saint-Cyprien) et avec des étudiants étrangers (une Nigériane, deux Somaliens et un Congolais de RDC) de l’association Parole Expression (association d’aide et d’enseignement du français aux étranger, dans le quartier des Minimes).  J’ai pu retracer quelques parcours migratoires, plus ou moins complexes, me familiariser avec les quartiers d’habitation des migrants africains récemment arrivés (souvent situés en banlieue sud, desservie par la ligne A du métro : Bagatelle, Le Mirail, Basso Cambo, Fontaine Lestang…), comme j’ai pu identifier un certain nombre d’acteurs / organisations référents, devenus des repères importants pour certains migrants.

Le quartier de Saint-Cyprien est réputé pour ses ancrages cosmopolites et notamment africains. Une rue, la rue de la République concentre un très grand nombre de salons de coiffure « afro », des épiceries / commerces alimentaires spécialisés. A partir de leur seule vitrine ou même des murs de la rue, j’ai repéré à force d’observations et de passages répétés à différents moments de la semaine et de la journée, plusieurs affiches ou flyers, informant de réunions religieuses en différents endroits de la ville. Grâce aux adresses postales, virtuelles (pages Facebook), et aux toponymes des groupes religieux, j’ai pu « tirer les fils » et entrer en contact via Internet avec des pasteurs d’origine subsaharienne.

Julie1
photo 1. Commerce alimentaire à Saint-Cyprien, « La Gloire de Dieu »
Julie2
photo 2. Affiches annonçant le prochain culte du Centre Chrétien de Réveil, à Toulouse

J’ai assisté à deux cultes protestants évangéliques près du quartier de Lardenne (au nord de Toulouse, à proximité du périphérique, de l’hôpital Purpan et de l’aéroport de Blagnac). La forme des lieux occupés par ces Églises a particulièrement retenu mon attention.

La première Église était une Église transnationale, créée à la fin des années 1980, dont l’Eglise-mère est implantée à Kinshasa (le Ministère Chrétien du Combat Spirituel). Elle a trouvé des locaux en rez-de-chaussée, sur un parking, au sein de la zone industrielle et du parc d’activités de Purpan. Cette salle est disponible toute la semaine et peut accueillir jusqu’à 150 personnes.

La seconde Église est une Église indépendante, créée par un Gabonnais, issu d’une famille catholique, installé en France depuis 2003 et marié à une Guadeloupéenne (les origines des quelques fidèles présents étaient d’ailleurs plus diversifiées : Antilles, Côte d’Ivoire, Bénin, mais aussi Brésil et Espagne). Il a suivi une formation française par correspondance pour devenir pasteur et a également fondé en parallèle son école de disciples. Il se rend régulièrement au Maroc, où il a des contacts avec d’autres écoles bibliques africaines. Aujourd’hui, il loue temporairement une petite salle, chaque dimanche, au Centre des services évangéliques et protestants de Toulouse. Le quartier est en réalité une cité-jardin, qui a accueilli des réfugiés républicains espagnols lors de la guerre civile de 1936. La majorité des logements sont aujourd’hui gérés par le bailleur social Habitat Toulouse et les locaux du Centre des services évangéliques et protestants (« couveuses d’Églises ») auraient été rachetés par un groupe américain (Bible Centered Ministries International) dans le but d’aider à « démarrer » différentes Églises évangéliques à Toulouse.

Ces premiers terrains m’ont permis d’identifier différentes formes d’ancrages religieux chrétiens africains à Toulouse : par l’affichage mural urbain, par les lieux de culte (bâtiments officiels ou non), des formes virtuelles, spirituelles et rituelles (les eaux de la Garonne servent aux baptêmes de nouveaux convertis par exemple). J’envisage d’approfondir ces enquêtes et notamment de suivre le parcours de cette seconde Église, puisqu’elle négocie aujourd’hui de nouveaux locaux, toujours en périphérie toulousaine, qu’elle pourrait a priori occuper à temps complet.

photo 3. Le Capitole, en arrière-plan d’une affiche annonçant une prochaine réunion du Centre Chrétien de Réveil
photo 3. Le Capitole, en arrière-plan d’une affiche annonçant une prochaine réunion du Centre Chrétien de Réveil

Stefano Allievi

Lien vers son blog personnel

Situation actuelle : Professeur  de Sociologie à l’Université de Padoue.

Autre expériences professionnelles : Stefano est spécialiste en sociologie des religions, sociologie des migrations et du changement culturel, avec une attention particulière à la présence de l’Islam en Europe. De 2001 jusqu’à 2007 il a été Secrétaire de la Section Sociologie de Religion de l’Association Italienne de Sociologie. Il est aussi membre du comité scientifique du Yearbook for the Sociology of Islam, et de l’International Board des reviews Religioni e Società et Africa e Mediterraneo, ainsi que membre associé du CISMOC (Centre pour l’étude de l’islam dans le monde contemporain) à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve. Il a publié une centaine d’essais sur ces thèmes.

Continuer la lecture de Stefano Allievi

Julie Picard

Lien vers son blog personnel

Situation actuelle : ATER à l’Université de Toulouse

Diplômes :

  • Doctorat en géographie à l’EHESS (LISST, Toulouse) : Le Caire des migrants africains chrétiens. Impasse migratoire et citadinités religieuses.
  • Master 2 « Villes, Territoires et Territorialités », Université de Toulouse II Le Mirail.

Continuer la lecture de Julie Picard

CIRELANMED

Carnet d’ANR : présentation des axes, de l’équipe et des travaux menés dans le cadre du projet