Archives de catégorie : France

Compte-rendu de terrain – Toulouse (juin à novembre 2014)

Par Julie Picard

Après avoir effectué plusieurs terrains au Caire dans le cadre de ma thèse de doctorat en géographie, mes recherches se sont progressivement réorientées en France (du fait aussi de mes missions confiées en tant qu’ATER à l’Université de Toulouse II Jean-Jaurès).

Mes constats précédents, mon appartenance au programme ANR Cirelanmed, ainsi qu’au programme (LabEx SMS) Mirecom (« Migrations, Religion, Commerce », coordonné par Lucine Endelstein, LISST-CIEU), m’ont incitée à m’intéresser aux migrants « africains » installés récemment dans la métropole toulousaine. Toulouse, sur la rive nord de la Méditerranée, a jusqu’ici fait l’objet de peu d’études concernant les groupes migrants africains, notamment chrétiens. Mon objectif est d’analyser des processus d’installation durable en ville, toujours par le prisme des sphères chrétiennes, notamment protestantes évangéliques.  En outre, au-delà de l’étude de la répartition de la pluralité religieuse dans les paysages urbains, mon approche se veut également : multiscalaire / réticulaire (du local au transnational), « par le bas » (réseaux chrétiens de migrants) et « par le haut » (réseaux des institutions religieuses).

Au sein de la ville rose, un premier quartier a retenu mon attention : celui de Bayard/Belfort, à proximité de la gare Matabiau et un second : celui de Saint-Cyprien, sur la rive gauche de la Garonne. Des rencontres et prises de rendez-vous ont donné lieu à quelques entretiens, avec le responsable de l’Amicale du Nid (association d’aide aux prostituées, implantée dans le quartier Bayard), avec les responsables de CRICAO (association pour le soutien des artistes et le dialogue interculturel, située à Saint-Cyprien) et avec des étudiants étrangers (une Nigériane, deux Somaliens et un Congolais de RDC) de l’association Parole Expression (association d’aide et d’enseignement du français aux étranger, dans le quartier des Minimes).  J’ai pu retracer quelques parcours migratoires, plus ou moins complexes, me familiariser avec les quartiers d’habitation des migrants africains récemment arrivés (souvent situés en banlieue sud, desservie par la ligne A du métro : Bagatelle, Le Mirail, Basso Cambo, Fontaine Lestang…), comme j’ai pu identifier un certain nombre d’acteurs / organisations référents, devenus des repères importants pour certains migrants.

Le quartier de Saint-Cyprien est réputé pour ses ancrages cosmopolites et notamment africains. Une rue, la rue de la République concentre un très grand nombre de salons de coiffure « afro », des épiceries / commerces alimentaires spécialisés. A partir de leur seule vitrine ou même des murs de la rue, j’ai repéré à force d’observations et de passages répétés à différents moments de la semaine et de la journée, plusieurs affiches ou flyers, informant de réunions religieuses en différents endroits de la ville. Grâce aux adresses postales, virtuelles (pages Facebook), et aux toponymes des groupes religieux, j’ai pu « tirer les fils » et entrer en contact via Internet avec des pasteurs d’origine subsaharienne.

Julie1
photo 1. Commerce alimentaire à Saint-Cyprien, « La Gloire de Dieu »
Julie2
photo 2. Affiches annonçant le prochain culte du Centre Chrétien de Réveil, à Toulouse

J’ai assisté à deux cultes protestants évangéliques près du quartier de Lardenne (au nord de Toulouse, à proximité du périphérique, de l’hôpital Purpan et de l’aéroport de Blagnac). La forme des lieux occupés par ces Églises a particulièrement retenu mon attention.

La première Église était une Église transnationale, créée à la fin des années 1980, dont l’Eglise-mère est implantée à Kinshasa (le Ministère Chrétien du Combat Spirituel). Elle a trouvé des locaux en rez-de-chaussée, sur un parking, au sein de la zone industrielle et du parc d’activités de Purpan. Cette salle est disponible toute la semaine et peut accueillir jusqu’à 150 personnes.

La seconde Église est une Église indépendante, créée par un Gabonnais, issu d’une famille catholique, installé en France depuis 2003 et marié à une Guadeloupéenne (les origines des quelques fidèles présents étaient d’ailleurs plus diversifiées : Antilles, Côte d’Ivoire, Bénin, mais aussi Brésil et Espagne). Il a suivi une formation française par correspondance pour devenir pasteur et a également fondé en parallèle son école de disciples. Il se rend régulièrement au Maroc, où il a des contacts avec d’autres écoles bibliques africaines. Aujourd’hui, il loue temporairement une petite salle, chaque dimanche, au Centre des services évangéliques et protestants de Toulouse. Le quartier est en réalité une cité-jardin, qui a accueilli des réfugiés républicains espagnols lors de la guerre civile de 1936. La majorité des logements sont aujourd’hui gérés par le bailleur social Habitat Toulouse et les locaux du Centre des services évangéliques et protestants (« couveuses d’Églises ») auraient été rachetés par un groupe américain (Bible Centered Ministries International) dans le but d’aider à « démarrer » différentes Églises évangéliques à Toulouse.

Ces premiers terrains m’ont permis d’identifier différentes formes d’ancrages religieux chrétiens africains à Toulouse : par l’affichage mural urbain, par les lieux de culte (bâtiments officiels ou non), des formes virtuelles, spirituelles et rituelles (les eaux de la Garonne servent aux baptêmes de nouveaux convertis par exemple). J’envisage d’approfondir ces enquêtes et notamment de suivre le parcours de cette seconde Église, puisqu’elle négocie aujourd’hui de nouveaux locaux, toujours en périphérie toulousaine, qu’elle pourrait a priori occuper à temps complet.

photo 3. Le Capitole, en arrière-plan d’une affiche annonçant une prochaine réunion du Centre Chrétien de Réveil
photo 3. Le Capitole, en arrière-plan d’une affiche annonçant une prochaine réunion du Centre Chrétien de Réveil

Stefano Allievi

Lien vers son blog personnel

Situation actuelle : Professeur  de Sociologie à l’Université de Padoue.

Autre expériences professionnelles : Stefano est spécialiste en sociologie des religions, sociologie des migrations et du changement culturel, avec une attention particulière à la présence de l’Islam en Europe. De 2001 jusqu’à 2007 il a été Secrétaire de la Section Sociologie de Religion de l’Association Italienne de Sociologie. Il est aussi membre du comité scientifique du Yearbook for the Sociology of Islam, et de l’International Board des reviews Religioni e Società et Africa e Mediterraneo, ainsi que membre associé du CISMOC (Centre pour l’étude de l’islam dans le monde contemporain) à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve. Il a publié une centaine d’essais sur ces thèmes.

Continuer la lecture de Stefano Allievi

Julie Picard

Lien vers son blog personnel

Situation actuelle : ATER à l’Université de Toulouse

Diplômes :

  • Doctorat en géographie à l’EHESS (LISST, Toulouse) : Le Caire des migrants africains chrétiens. Impasse migratoire et citadinités religieuses.
  • Master 2 « Villes, Territoires et Territorialités », Université de Toulouse II Le Mirail.

Continuer la lecture de Julie Picard

CIRELANMED

Carnet d’ANR : présentation des axes, de l’équipe et des travaux menés dans le cadre du projet